Le jour J pour Ca­va­gna et Four­net-Fayard

La Montagne (Vichy) - - Sports Auvergne - Ra­phaël Ro­chette ra­phael.ro­chette@cen­tre­france.com

L’Au­bié­rois Ré­mi Ca­va­gna et le Cler­mon­tois Sé­bas­tien Four­net-Fayard sont au nombre des prin­ci­paux pro­ta­go­nistes des France Élite du chro­no, cet après-mi­di, à Saint-Omer (Pas-de-Ca­lais).

Ils en ont fait leur ob­jec­tif. Ré­mi Ca­va­gna chez les pros et Sé­bas­tien Four­net­Fayard en ama­teur ont co­ché de­puis long­temps la date de ce jeu­di 22 juin 2017.

C’est le jour J pour ces deux spé­cia­listes de l’ef­fort so­li­taire, en lice aux cham­pion­nats de France Élite du contre­la­montre in­di­vi­duel, sur un par­cours de 51,6 km, tra­cé au­tour de Saint­Omer (Pas­de­Ca­lais).

Ro­ger voit Ca­va­gna sur le po­dium

Le jeune rou­leur (21 ans) de Quick Step Floors est consi­dé­ré, par nombre d’ob­ser­va­teurs, comme l’un des prin­ci­paux pré­ten­dants au po­dium. Son an­cien co­équi­pier au Team Pro Im­mo Ni­co­las Roux, Maxime Ro­ger, en­ga­gé sous les cou­leurs de Cham­bé­ry, voit d’ailleurs le double cham­pion de ROU­LEUR. Un po­dium pour Ré­mi Ca­va­gna ?

France es­poirs mon­ter sur la « boîte », cet après­mi­di.

« Ré­mi peut al­ler cher­cher une mé­daille, as­sure le néo­Sa­voyard. Il est al­lé re­con­naître le par­cours, en pro­fi­tant d’un pas­sage dans le Nord et il met de la mi­nu­tie à pré­pa­rer cet exer­cice. Il est bien chez Quick Step et dans sa tête. Il y a des chances qu’il ait le ré­sul­tat qu’il at­tend. »

L’in­té­res­sé n’avance ce­pen­dant pas d’am­bi­tions très pré­cises. Il se croit « évi­dem­ment » ca­pable de bien faire, mais se garde d’an­non­cer des en­vies de po­dium, ni même de top 5. « J’y vais sans pres­sion, si­gnale­t­il. Je suis en­core es­poir (c’est sa der­nière an­née, ndlr). Je fe­rai ce que je peux. Il risque de faire une grosse cha­ leur. On n’est pas à l’abri d’une sur­chauffe. Et c’est un très long contre­la­montre. Je n’ai pas en­core fait cette dis­tance, cette an­née. Il va fal­loir gé­rer son ef­fort tout le long, car on peut perdre beau­coup de temps sur la fin. Il ne fau­dra pas griller les car­touches trop tôt pour pou­voir fi­nir fort. »

« Je me sens fort »

Sa 5e place dans cet exer­cice, ré­cem­ment au Tour de Bel­gique, ca­ta­logue l’Au­ver­gnat par­mi les cou­reurs à suivre, cet après­mi­di. D’au­tant qu’ou­treQuié­vrain, il a fait jeu égal avec Syl­vain Cha­va­nel, triple cham­pion de France de la spé­cia­li­té.

« Ce n’est pas une pe­tite perf, c’est bien, mais ça n’a rien à voir avec le chro­no des France, re­la­ti­vise­t­il. C’était sur 18 km. Ça donne confiance, mais d’autres fac­teurs vont in­fluer sur le ré­sul­tat. »

Comme la ca­pa­ci­té à te­nir le rythme pen­dant un peu plus d’une heure. Chaque an­née, l’Au­bié­rois se teste sur ce for­mat qu’il com­mence à mieux ap­pré­hen­der. Et puis, sur­tout, il se pré­sente dans une forme étin­ce­lante. C’est lui qui l’af­firme : « Je me sens fort, très fort. J’étais per­for­mant au Ster ZLM (qui s’est ache­vé di­manche, ndlr). J’avais de très bonnes jambes, les meilleures que je n’ai ja­mais eues. »

Il a fi­ni 11e du pro­logue de l’épreuve hol­lan­daise et c’est une pierre de plus à son édi­fice. « Le par­cours était as­sez tor­tueux, avec beau­coup de vi­rages dans les­quels j’ai per­du du temps. De ce point de vue, je n’ai pas fait un bon chro­no. Mais, en termes de puis­sance, je suis vrai­ment dans les clous et je pense être présent jeu­di. »

Sé­bas­tien Four­netFayard, lui aus­si, en­tend être à l’heure au ren­dez­vous. Après deux qua­trièmes places (2016, 2014), chez les ama­teurs, 2017 est peut­être en­fin la bonne an­née pour le ca­pi­taine de route de Pro Im­mo, âgé de 32 ans. Celle d’une pre­mière mé­daille, qu’il mé­rite am­ple­ment.

« Je veux al­ler cher­cher le po­dium, an­nonce­t­il. On ver­ra com­ment j’au­rai ré­cu­pé­ré du Tour du Ni­ver­nais Mor­van. Il a tout de même du­ré quatre jours. Cer­taines an­nées, je pré­pa­rais les France sans cou­rir (dans la se­maine pré­cé­dente, ndlr). Là, je pré­fère y al­ler sans pres­sion. Le par­cours est usant, il peut me conve­nir. Tant mieux ! »

Plu­sieurs autres Au­ver­gnats se­ront au dé­part, dont Florian Va­chon (For­tu­néo) et Maxime Ro­ger, donc. Le pro mont­lu­çon­nais aime dou­bler chro­no et route aux France.

« Je prends plai­sir à faire le contre­la­montre, dit­il. C’est un bel ef­fort pour pré­pa­rer la course de di­manche, qui est plus dans mes cordes. » Mal­gré tout, il s’est clas­sé 15e du chro­no l’an pas­sé, à Ve­soul.

« Un ef­fort li­néaire »

« C’est ma place, mon rang, entre 10 et 15. Mais j’y al­lais sans ob­jec­tif, c’est avant tout un vrai plai­sir le contre­la­montre. »

Pour un spé­cia­liste comme Maxime Ro­ger, la motivation est for­cé­ment bien su­pé­rieure. Le Bes­sard es­père « se rap­pro­cher le plus pos­sible du po­dium » en ama­teur. Sur­tout, il vou­drait « pro­duire un ef­fort plus li­néaire » que l’an pas­sé, pour sa dé­cou­verte de l’épreuve.

« Au bout de 40 mi­nutes, j’étais en per­di­tion », se sou­vient­il. Des mo­ments pé­nibles, à ne pas re­vivre, au­jourd’hui ! ■

PHOTO TIM DE WAELE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.