Mi­che­lin se ré­or­ga­nise

Le groupe Mi­che­lin a pré­sen­té, hier, son pro­jet de nou­velle or­ga­ni­sa­tion au ni­veau mon­dial. L’ob­jec­tif est de pour­suivre sa crois­sance, d’amé­lio­rer sa ré­ac­ti­vi­té et de ré­pondre aux nou­veaux be­soins de ses clients. Une adap­ta­tion qui s’ac­com­pa­gne­ra aus­si p

La Montagne (Vichy) - - La Une - PHOTO D’ARCHIVES JEAN-LOUIS GORCE

PNEU­MA­TIQUES. Le groupe Mi­che­lin a pré­sen­té, hier, son pro­jet de nou­velle or­ga­ni­sa­tion au ni­veau mon­dial pour per­mettre au ma­nu­fac­tu­rier d’amé­lio­rer sa ré­ac­ti­vi­té et de pré­ser­ver sa com­pé­ti­ti­vi­té.

EM­PLOI. Cette ré­or­ga­ni­sa­tion au­ra un im­pact sur les ef­fec­tifs, no­tam­ment aux États­Unis et en France, et par­ti­cu­liè­re­ment à Cler­mont où Mi­che­lin ne de­vrait pas rem­pla­cer 970 dé­parts à la re­traite.

Ce sont près d’un mil­lier d’em­plois chez Mi­che­lin qui vont dis­pa­raître à Cler­montFer­rand avant 2021. C’est le chiffre qui a été an­non­cé hier, par la di­rec­tion du ma­nu­fac­tu­rier fran­çais dans le cadre de son pro­jet de « nou­velle or­ga­ni­sa­tion mon­diale au ser­vice de ses clients ». Un pro­jet qui a été lan­cé le 16 mars der­nier et qui ar­rive dé­sor­mais à ma­tu­ri­té. Mi­che­lin sou­haite mettre en place cette nou­velle or­ga­ni­sa­tion pour ren­for­cer sa crois­sance en adap­tant son fonc­tion­ne­ment aux nou­velles at­tentes de ses clients et de ses sa­la­riés. Qu’est-ce qui change avec le pro­jet de nou­velle or­ga­ni­sa­tion ? « L’or­ga­ni­sa­tion ac­tuelle date de 1996. On peut s’in­ter­ro­ger sur ce chan­ge­ment alors que le groupe Mi­che­lin va bien et se porte bien. Sauf que notre pré­oc­cu­pa­tion, en tant que di­ri­geants, c’est d’an­ti­ci­per, de voir à 5 ou 10 ans, jus­te­ment pour évi­ter les crises. De­puis 1996, le monde a chan­gé, les be­soins ont chan­gé et les at­tentes de nos clients et de nos sa­la­riés aus­si. Mi­che­lin en­vi­sage de mettre en place dix ré­gions en charge du dé­ve­lop­pe­ment des ventes et de la ges­tion de la re­la­tion clients, res­pon­sables de leurs ré­sul­tats », ex­plique Fran­çois Cor­bin, membre du Co­mi­té exé­cu­tif du groupe Mi­che­lin. Ces dix ré­gions sont : Afrique ­ Inde ­ Moyen­Orient ; Amé­rique du sud ; Amé­rique cen­trale ; Amé­rique du nord ; Asie de l’est ­ Aus­tra­lie ; Chine ; Eu­rope cen­trale ; Eu­rope du nord ; Eu­rope du sud et Eu­rope orien­tale. Qua­torze lignes « Bu­si­ness » se­ront créées et au­ront pour mission d’éla­bo­rer des offres pour chaque ca­té­go­rie de clients. « Mi­che­lin sou­haite une proxi­mi­té plus grande avec ses mar­chés », sou­ligne Fran­çois Cor­bin. Huit di­rec­tions opé­ra­tion­nelles se­ront créées pour ap­por­ter ex­per­tises et sup­ports aux nou­velles ré­gions et lignes « Bu­si­ness ». « Plus que ja­mais, as­sure Fran­çois Cor­bin, dans le cadre de cette nou­velle or­ga­ni­sa­tion, Cler­mont­Fer­rand joue­ra un rôle ma­jeur avec La­doux, vé­ri­table vais­seau ami­ral de la re­cherche et du dé­ve­lop­pe­ment, avec le main­tien de la di­rec­tion gé­né­rale dans la ca­pi­tale au­ver­gnate et par la pré­sence de 9 lignes « Bu­si­ness » sur les 14 qui vont être créées pour éla­bo­rer les offres pour chaque ca­té­go­rie de client ».

Quel va être l’im­pact sur l’em­ploi. Cette évo­lu­tion des mé­tiers et des ef­fec­tifs se tra­dui­ra par des ef­fec­tifs en baisse en France et aux États­Unis, comme l’in­dique le groupe Mi­che­lin. Ain­si aux États­Unis, le pro­jet en­traî­ne­ra une di­mi­nu­tion d’en­vi­ron 450 postes entre 2018 et 2021. Sur cette même pé­riode, 1.500 sa­la­riés par­ti­ront à la re­traite. Pour la France, cette ré­or­ga­ni­sa­tion s’ef­fec­tue­ra en pa­ral­lèle avec un dé­part à la re­traite im­por­tant. En ef­fet d’ici 2021, 5.000 sa­la­riés du groupe Mi­che­lin en France quit­te­ront l’en­tre­prise, ma­jo­ri­tai­re­ment par des dé­parts à la re­traite. Rien que sur les éta­blis­se­ments im­plan­tés à Cler­mont­Fer­rand, ils se­ront 2.000. « Mi­che­lin sou­haite sai­sir cette op­por­tu­ni­té pour réus­sir la trans­for­ma­tion de son or­ga­ni­sa­tion en ac­com­pa­gnant chaque per­sonne », ex­plique JeanPaul Chioc­chet­ti, di­rec­teur des res­sources hu­maines Mi­che­lin France (voir ci­contre). Com­ment ce­la va se tra­duire ? Le plan stra­té­gique mis en place par le ma­nu­fac­tu­rier pré­voit aus­si de re­cru­ter 3.500 per­sonnes d’ici 2021 pour com­bler cette vague de dé­parts dont 1.000 sur Cler­mont­Fer­rand. Mi­che­lin pré­voit aus­si d’im­plan­ter à Cler­mont­Fer­rand et en France des ac­ti­vi­tés nou­velles qui se­ront créa­trices d’em­plois, dont

Mi­che­lin en­gage une trans­for­ma­tion en pro­fon­deur pour ac­cé­lé­rer sa di­gi­ta­li­sa­tion

250 à très haute qua­li­fi­ca­tion en lien avec les ma­té­riaux de haute tech­no­lo­gie et le di­gi­tal. La di­rec­tion de Mi­che­lin veut mettre en place pour les cadres et les col­la­bo­ra­teurs de l’éta­blis­se­ment de Cler­mont­Fer­rand, un dis­po­si­tif de pré­re­traite vo­lon­taire pour at­teindre pro­gres­si­ve­ment ses ob­jec­tifs sans au­cun dé­part contraint. Mi­che­lin confirme que 970 dé­parts à la re­traite de col­la­bo­ra­teurs et cadres d’ici 2021 sur Cler­mont ne se­ront pas rem­pla­cés. Pour les autres sa­la­riés concer­nés par cette ré­or­ga­ni­sa­tion, il se­ra pro­po­sé un poste ou un par­cours sur un mé­tier lié à la nou­velle or­ga­ni­sa­tion. À no­ter que Mi­che­lin, « dé­si­reux de se rap­pro­cher en­core plus de ses clients et pour ga­gner en com­pé­ti­ti­vi­té », se­ra ame­né à lo­ca­li­ser vers d’autres pays, dans les­quels le ma­nu­fac­tu­rier est im­plan­té, 290 postes de col­la­bo­ra­teurs et cadres. Ces trans­ferts se­ront pris en compte par le dis­po­si­tif de ges­tion et de rem­pla­ce­ment par­tiel des dé­parts à la re­traite. Mi­che­lin a fait sa­voir que chaque sa­la­rié du groupe se ver­rait pro­po­ser dès le 1er jan­vier 2018 une mission au sein de la nou­velle or­ga­ni­sa­tion.

PHOTO R. BRUNEL

AN­NONCE. Hier, le groupe Mi­che­lin a pré­sen­té son pro­jet de « nou­velle or­ga­ni­sa­tion mon­diale au ser­vice de ses clients ». Une ré­or­ga­ni­sa­tion qui s’ac­com­pa­gne­ra d’une baisse des ef­fec­tifs, no­tam­ment en France et à Cler­mont.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.