CGT : « On s’en dou­tait, mais pas d’une telle am­pleur »

La Montagne (Vichy) - - Le Fait Du Jour -

Du cô­té des syn­di­cats, et par­ti­cu­liè­re­ment de la CGT, l’an­nonce de ce pro­jet de nou­velle or­ga­ni­sa­tion et la sup­pres­sion de 970 postes de cadres et col­la­bo­ra­teurs tombe comme une douche froide.

« On s’en dou­tait, ne cache pas Jean­Mi­chel Gilles, se­cré­taire gé­né­ral CGT Mi­che­lin. Mais un plan d’une telle am­pleur… non ! »

« De­puis des an­nées la di­rec­tion est dans la po­li­tique du tou­jours plus de ré­duc­tion d’ef­fec­tifs alors que le groupe Mi­che­lin va bien, fait des bé­né­fices qu’il re­dis­tri­bue aux ac­tion­naires », s’agace Jean­Mi­chel Gilles. Car pour la CGT, l’an­nonce du pro­jet de nou­velle or­ga­ni­sa­tion sou­hai­tée par la di­rec­tion gé­né­rale de Mi­che­lin res­semble plus à un plan so­cial : « Ima­gi­nez ! On nous parle de 2.000 dé­parts à la re­traite pour seule­ment 1.000 em­bauches. Le compte n’y est pas ».

La CGT at­tend dé­sor­mais le co­mi­té d’en­tre­prise ex­tra­or­di­naire pré­vu le jeu­di 6 juillet pro­chain pour contes­ter : « Nous vou­lons re­ven­di­quer sur le pas­sage aux 32 heures et sur­tout de­man­der qu’un dé­part à la re­traite soit com­pen­sé par une em­bauche. Si on conti­nue à sup­pri­mer comme ça des postes chez Mi­che­lin, il n’y au­ra bien­tôt plus d’em­plois pour nos jeunes à Cler­mont ».

PHOTO D’ARCHIVES

RÉ­AC­TION. Les re­pré­sen­tants de la CGT ont été sur­pris par le nombre de dé­parts à la re­traite qui ne se­ront pas rem­pla­cés à Cler­mont.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.