Quid des pa­rents d’élèves ?

La Montagne (Vichy) - - Le Fait Du Jour -

Les pré­si­dentes de la FCPE et de la PEEP lo­cales ré­agissent à la pos­si­bi­li­té pour les écoles de re­tour­ner à la se­maine de quatre jours.

Pour Lau­rence Er­naultC­lauws, pré­si­dente de la FCPE de l’Allier (Fé­dé­ra­tion des conseils de pa­rents d’élèves), c’est oui « pour que les écoles re­trouvent une au­to­no­mie dé­ci­sion­nelle mais avec des gar­de­fous ! »

« Je pro­teste contre le fait que la dé­ci­sion fi­nale re­vienne aux mai­ries car je ne suis pas sûre que tous les maires consul­te­ront les conseils d’école et res­pec­te­ront le choix de ces der­ niers. Je pense que, dans les pro­chaines se­maines, on va avoir des sur­prises ! », s’in­quiète­t­elle.

De son cô­té, la PEEP (Fé­dé­ra­tion des pa­rents d’élèves de l’en­sei­gne­ment pu­blic) pré­fère en­core res­ter pru­dente. « Je pense que les conseils mu­ni­ci­paux pren­dront des dé­ci­sions prag­ma­tiques. Mais il faut une consul­ta­tion des conseils d’école au préa­lable, » dé­clare la pré­si­dente de la PEEP de la ré­gion de Mont­lu­çon, San­drine Ni­co­las.

Alors que Lau­rence Er­naultC­lauws sou­haite que les con­ seils d’école aient plus de pou­voir que le maire dans la dé­ci­sion du pos­sible re­tour en ar­rière, San­drine Ni­co­las pré­fère que les élus, les en­sei­gnants et les pa­rents d’élèves soient sur un pied d’éga­li­té. Néan­moins, les deux as­so­cia­tions sont d’ac­cord sur le fond du dé­cret vou­lu par le mi­nistre. « Nous sommes plu­tôt en fa­veur de l’in­dé­pen­dance des mai­ries et des écoles pour le rythme sco­laire et les TAP car chaque cas est par­ti­cu­lier. Les moyens et les be­soins dé­pendent de plein de fac­teurs tels que la si­tua­tion géo­gra­phique et les ef­fec­tifs, » ex­plique San­drine Ni­co­las.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.