Qui dé­cro­che­ra le per­choir ?

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités - PH. AFP

L’élec­tion, mar­di, du pré­sident de l’As­sem­blée fait l’ob­jet de toutes les spé­cu­la­tions et se­ra dis­cu­tée, comme la ré­par­ti­tion des autres postes clés, lors du « sé­mi­naire d’in­té­gra­tion », ce week-end, des élus de La Ré­pu­blique en Marche. Seul can­di­dat au per­choir jus­qu’à hier, Fran­çois de Ru­gy a été re­joint par Bri­gitte Bour­gui­gnon et So­phie Er­rante.

Après leur ren­trée ad­mi­nis­tra­tive cette se­maine, les 308 dé­pu­tés du groupe ma­jo­ri­taire se re­trouvent à huis clos au­jourd’hui et de­main ma­tin à l’As­sem­blée, « dé­jà pour faire connais­sance », ex­plique La Ré­pu­blique en Marche. Ce se­ra aus­si l’oc­ca­sion pour les can­di­dats à des postes à res­pon­sa­bi­li­té au sein de l’As­sem­blée (pré­si­dence et vice­pré­si­dences, ques­teurs, pré­si­dences de com­mis­sion, de groupes d’ami­tié, etc.) de se pré­sen­ter.

Pour le poste le plus pres­ti­gieux, ce­lui de pré­sident de l’As­sem­blée – son élec­tion en séance mar­di après­mi­di ou­vri­ra la lé­gis­la­ture –, l’an­cien can­di­dat à la pri­maire de la gauche Fran­çois de Ru­gy était le seul can­di­dat jus­qu’à hier soir. Dé­pu­té de­puis 2007, il met en avant son ex­pé­rience (co­pré­sident du groupe éco­lo­giste, puis vice­pré­sident de l’As­sem­blée) et fait cam­

pagne sur la « mo­der­ni­sa­tion » et la « mo­ra­li­sa­tion » de l’ins­ti­tu­tion dans la fou­lée des ré­formes pré­vues par l’exé­cu­tif (ré­duc­tion du nombre de dé­pu­tés, li­mi­ta­tion à trois man­dats suc­ces­sifs, rem­bour­se­ment sur frais réels, etc.).

Une femme ?

Fran­çois de Ru­gy a tou­te­fois dit qu’il pour­rait re­non­cer si l’Ély­sée, qui re­garde de près le choix du qua­trième per­son­nage de l’État, vou­lait l’élec­tion d’une femme, ce qui se­rait une pre­mière. Or deux sor­tantes (sous l’éti­quette PS) se sont por­tées can­di­dates hier soir : la dé­pu­tée du Pas­de­Ca­lais Bri­gitte Bour­gui­gnon, ain­si que son ho­mo­logue de Loi­reAt­lan­tique So­phie Er­rante.

Au nom du re­nou­vel­le­ment, la ma­jo­ri­té pour­rait aus­si choi­sir un(e) can­di­dat(e) n’ayant ja­mais été dé­pu­té(e) mais ce « se­rait un pa­ri », se­lon des sources par­le­men­taires, dans IN­TÉ­RES­SÉ. Fran­çois de Ru­gy pour­rait mon­ter d’un étage. une As­sem­blée « qui va être com­pli­quée à gé­rer » avec au mi­ni­mum sept groupes, un re­cord. « Il fau­dra pou­voir te­nir tête à un Ch­ris­tian Ja­cob (à la tête de LR) qui connaît toutes les fi­celles, ou un Mé­len­chon (à la tête des In­sou­mis) qui en fe­ra des tonnes », ré­sume une de ces sources.

Un pre­mier poste clé se­ra pour­vu dès sa­me­di soir, avec l’élec­tion at­ten­due de Ri­chard Fer­rand à la pré­si­dence du groupe. L’ex­mi­nistre de la Co­hé­sion des ter­ri­toires, mis en cause dans une af­faire im­mo­bi­lière, a quit­té le gou­ver­ne­ment à la de­mande d’Em­ma­nuel Ma­cron pour bri­guer la pré­si­dence du groupe. « Je veux que tu sois mon Pierre Joxe », lui a de­man­dé le chef de l’État en ré­fé­rence à l’an­cien mi­nistre qui avait di­ri­gé avec une cer­taine au­to­ri­té le groupe PS quand Fran­çois Mit­ter­rand est ar­ri­vé au pou­voir en 1981.

« Poste le plus dif­fi­cile »

Son élec­tion ne fait guère de doute dans la me­sure où Ri­chard Fer­rand a été la che­ville ou­vrière d’En Marche. « C’est ras­su­rant car c’est le seul qu’on connaît tous et qui nous connaît tous », ex­plique ain­si un jeune élu, Ga­briel At­tal.

Le poste de chef de groupe est stra­té­gique puis­qu’il doit à la fois s’as­su­rer que la ma­jo­ri­té ap­plique le pro­gramme du gou­ver­ne­ment tout en gé­rant les re­ven­di­ca­tions et états d’âmes de ces 300 dé­pu­tés. « C’est le poste le plus dif­fi­cile », di­sait l’an­cien garde des Sceaux Jean­Jacques Ur­voas.

Pour les pré­si­dences de com­mis­sions per­ma­nentes, qui se­ront vo­tées jeu­di, plu­sieurs noms ont été ci­tés : Oli­vier Vé­ran (Af­faires so­ciales), Jean­Jacques Bri­dey (Dé­fense), Jean­Mi­chel Clé­ment et Alain Tour­ret (Lois), Bar­ba­ra Pom­pi­li et Mat­thieu Or­phe­lin (dé­ve­lop­pe­ment du­rable), Sta­nis­las Gué­ri­ni et Bru­no Bon­nell (Af­faires éco­no­miques), etc.

Par­mi les huit com­mis­sions, au moins une échap­pe­ra au groupe ma­jo­ri­taire puisque de­puis 2008 la pré­si­dence de la com­mis­sion des Fi­nances re­vient à l’op­po­si­tion. Éric Woerth a an­non­cé sa can­di­da­ture contre le pré­sident sor­tant LR Gilles Car­rez. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.