Condam­né à la li­ber­té à per­pé­tui­té

Si on avait le por­te­feuille de Ma­nu Chao, on ne se­rait peut­être pas aus­si gé­né­reux. Comme le ré­ta­blit une ré­cente bio­gra­phie, le la­tin­tra­vel­ler est un chic type. Chance, sa route passe par le Mas­sif cen­tral en juillet.

La Montagne (Vichy) - - Magdimanche - Ju­lien Ra­pe­gno ju­lien.ra­pe­gno@cen­tre­france.com

Cet été, Ma­nu Chao bon­di­ra par­tout. D’Eu­ro­pa­vox à Cler­montFer­rand, aux Vieilles Char­rues à Ca­rhaix, jus­qu’au Quer­cy (fes­ti­val Ecaus­sys­tème à Gi­gnac), en pas­sant par le nou­veau fes­ti­val El Clan­des­ti­no, qui lui est dé­dié, à Gué­ret (Creuse).

L’al­ter­ro­cker sans chaînes en­chaî­ne­ra pas moins de onze fes­ti­vals en France en juillet. Pas mal pour un mu­si­cien qui n’a pas sor­ti de nou­vel al­bum de­puis dix ans (La Ra­dio­li­na). Date à la­quelle Ma­nu Chao a an­non­cé qu’il sor­tait du « sys­tème ». Ma­nu Chao, qui a ven­du plu­sieurs mil­lions de disques quand le mar­ché était en­core en bonne san­té, s’est adap­té à la nou­velle donne éco­no­mique en mê­lant forte pré­sence nu­mé­rique et concerts. Et jus­te­ment, sur scène, il reste phé­no­mé­nal.

Le pe­tit chan­teur éner­vé de ban­lieue est de­ve­nu un géant

Comme le rap­porte son der­nier bio­graphe, le jour­na­liste bri­tan­nique Pe­ter Cul­shaw : « Quinze ans après, l’or­ga­ni­sa­teur du fes­ti­val d’Aus­tin, au Texas, di­sait que le concert de La Ma­no Ne­gra était peu­têtre l’un des meilleurs qu’il y avait vus, sur plu­sieurs mil­liers ».

Per­son­nel­le­ment, je n’ai vu Ma­nu Chao sur scène que sans La Ma­no Ne­gra. La pre­mière fois, c’était à la MJC d’Is­sy­les­Mou­li­neaux, en 1986. Ma­nu Chao fai­sait alors par­tie d’une sorte de col­lec­tif de groupes punk­rock­la­ti­no qui émer­geaient sur la scène al­ter­na­tive : les Hot Pants, Chi­hu­hua (où jouait son frère An­toine Chao) et Los Ca­rayos, où les deux fran­gins de Sèvres (Hauts­de ­Seine) cô­toyaient Fran­çois Had­jiLa­za­ro (Pi­galle) et Alain Wam­pas. Ce soir­là, l’éner­gie dé­ployée par Ma­nu Chao au sein de ces obs­cures for­ma­tions m’a suf­fi­sam­ment im­pres­sion­né pour que je re­tienne son nom et suive sa car­rière.

Trente et un ans plus tard, c’est­à­dire au mois de mai de cette an­née, je l’ai re­trou­vé, seul avec sa gui­tare, dans un pe­tit ca­fé de la Creuse, à Flayat. Le pe­tit chan­teur éner­vé de la ban­lieue ouest est de­ve­nu un géant qui est ca­pable d’en­voyer au­tant de jus dans un tro­quet de « bar­rio » sud­amé­ri­cain ou de la cam­pagne creu­soise que dans un stade de 15.000 per­sonnes.

Comme on est en France, ce­lui qui est le mu­si­cien fran­çais vi­vant le plus cé­lèbre au monde a ses dé­trac­teurs : l’« ar­tiste al­ter­mon­dia­liste mil­lion­naire », l’an­ti­sys­tème qui sait pro­fi­ter du sys­tème… ça fait vingt ans que ça grince et per­sifle.

De­puis le succès stra­to­sphé­rique de Clan­des­ti­no, le disque (5 mil­lions d’exem­plaires ven­dus) qui lui a of­fert la li­ber­té à per­ pé­tui­té. Celle de cou­rir le monde, de fa­ve­las en pam­pas in­sur­gées, points de chutes qu’il a tou­jours pré­fé­rés aux pa­laces et aux îles pa­ra­di­siaques.

Le tou­jours très in­for­mé Pe­ter Cul­shaw contex­tua­lise ces pro­cès en « in­té­gri­té » faits à Ma­nu Chao : « Quand Bruce Spring­steen, grand dé­fen­seur de la classe ou­vrière amé­ri­caine, de­mande plus d’un mil­lion d’eu­ros pour se pro­duire aux Vieilles Char­rues, ca­chet as­sor­ti d’une ex­tra­va­gante liste d’exi­gences, per­sonne n’y trouve rien à re­dire ».

Ma­nu Chao vs Re­naud

Si l’on s’en tient à l’Hexa­gone, je ne ré­siste pas à la ten­ta­tion de com­pa­rer deux tra­jec­toires : celle de Ma­nu Chao et celle de Re­naud, tous deux très po­pu­laires, tous deux pro­gram­més aux Vieilles

Char­rues cet été et consi­dé­rés comme des ar­tistes engagés. L’ex ­ « lou­bard » de la Porte d’Or­léans nous donne de­puis vingt ans de mièvres le­çons de bien­pen­sance de­puis sa mai­son du Lu­bé­ron. L’ex­ro­cka­billy de Sèvres conti­nue à dé­fendre, in­las­sa­ble­ment, la cause des op­pri­més, par­tout dans le monde, en pre­nant bien soin de ne ja­mais don­ner de le­çons. La mu­sique de Ma­nu Chao, les concerts qu’il donne gra­tui­te­ment, loin des mé­dias, confèrent une cré­di­bi­li­té maxi­mum à cet en­ga­ge­ment. Il faut juste ne pas le confondre avec Che Gue­va­ra.

Cet été, il vient faire sa « sai­son » sur les routes de France avant de re­par­tir ba­rou­der au loin. Et comme c’est un gars fon­ciè­re­ment hon­nête, si on est dix mille et qu’on a payé notre place il sue­ra sang et eau. Il y met­tra au­tant de fer­veur que s’il jouait dans un bouge de Ti­jua­na… ou de Flayat. ■

➔ Clan­des­ti­no, à la re­cherche de Ma­nu Chao. Une bio­gra­phie de Pe­ter Cul­shaw, édi­tions le Cas­tor as­tral. 24 eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.