Ma­rine Serre, la pé­pite LVMH

La Montagne (Vichy) - - Sports Moto - Ca­ro­line Gi­rard

A 25 ans, la Cor­ré­zienne Ma­rine Serre est l’heu­reuse lau­réate du prix LVMH. Sé­lec­tion­née par­mi 21 autres graines de créa­teurs, elle s’est vu re­mettre la dis­tinc­tion des mains de Ri­han­na, ven­dre­di 16 juin, à la Fon­da­tion Vuit­ton.

Comme toutes les ados, elle avait, à 15 ans, une ar­moire dé­jà bien four­nie. Comme toutes les ados, ou presque. De ses jour­nées pas­sées à chi­ner dans les fri­pe­ries, Ma­rine Serre au­ra sans doute ti­ré une part d’ins­pi­ra­tion.

À 25 ans, cette Cor­ré­zienne, na­tive de Brive­la­Gaillarde, vient de rem­por­ter l’une des plus grandes dis­tinc­tions du monde de la mode : le prix LVMH. « Il y a quelques mois, j’ai en­voyé ma can­di­da­ture en me di­sant que je n’avais rien à perdre ». Rien à perdre, et même tout à ga­gner. Dé­jà re­pé­rée et ré­com­pen­sée au Fes­ti­val d’Hyères en jan­vier, elle a su char­mer un pres­ti­gieux ju­ry pré­sent à la Fon­da­tion Vuit­ton pour le der­nier grand oral, le 16 juin der­nier.

Pre­miers coups de crayon chez Dior, Mar­gie­la, Ba­len­cia­ga

Unique col­lec­tion mais pre­mière d’une pro­bable longue sé­rie, « Ra­di­cal call for love » a été plé­bis­ci­tée par la crème des sty­listes et grands cou­tu­riers : Karl La­ger­feld, Ni­co­las Ghes­quière, Phoebe Phi­lo… « Leur in­fluence est énorme. Lors de la der­nière étape du concours, nous étions huit fi­na­listes, ins­tal­lés dans des sho­wrooms, à at­tendre leur ve­nue ».

Au dé­tour de quelques dis­cus­sions pri­vées, ils ont ob­ser­vé les dé­tails de cette col­lec­tion ju­gée « es­thé­ti­que­ment re­mar­quable », « ar­ri­vée juste après les at­ten­tats », ex­plique Ma­rine Serre : « Il y a une vraie re­cherche sur les vê­te­ments turcs et ara­ DIS­TINC­TION. En rem­por­tant le prix LVMH, Ma­rine Serre (au centre) – fé­li­ci­tée par Ri­han­na (à gauche) et Del­phine Ar­nault, di­rec­trice gé­né­rale ad­jointe de Louis Vuit­ton (à droite) – bé­né­fi­cie d’une an­née d’ac­com­pa­gne­ment pour le lan­ce­ment de sa propre marque.

bes au XIXe siècle. L’idée n’était pas d’orien­ta­li­ser le sports­wear, mais de créer un lien entre les vo­lumes, les coupes de cette époque, et les na­nas en jog­ging d’au­jourd’hui ».

Dans les rues de la ca­pi­tale belge, où elle a va­ga­bon­dé le temps de sa for­ma­tion à la pres­ti­gieuse école de La Cambre, elle a trou­vé les fon­de­ments des pièces pré­sen­tées de­vant le ju­ry LVMH. Des pièces qu’elle pense et confec­tionne di­rec­te­ment en 3D : « Pour moi, le vê­te­ment, c’est aus­si le com­prendre ; et pour le com­prendre, il faut le voir, le por­ter. C’est très lié à la ma­nière dont je tra­vaille », pré­cise la de­si­gner : « Quand j’étais ado, j’avais une col­lec­tion de

fringues hal­lu­ci­nante et c’est comme ça qu’est réel­le­ment né mon rap­port à la mode. Pas avec le des­sin ». Elle se­ra quand même pas­sée par les bancs du ly­cée de La Sou­ter­raine (Creuse) pour un bac en Arts ap­pli­qués, par Mar­seille et plus ré­cem­ment donc, par Bruxelles, pour pré­ci­ser ce coup de crayon qui, s’il est sou­vent vir­tuel, n’est pas moins maî­tri­sé.

Son au­then­ti­ci­té, sa­luée lors du concours, reste l’un des fils conduc­teurs qui la guide. En­tou­rée de son pe­tit ami et de sa soeur dans l’aven­ture, Ma­rine Serre veut « don­ner la même in­ten­si­té, la même hon­nê­te­té et simplicité dans mon tra­vail. L’es­sen­tiel, c’est de conti­nuer à

se faire plai­sir, de gar­der cette naï­ve­té dans ma fa­çon de construire, de voir le monde ».

Pas­sée par les in­con­tour­nables mai­sons Christian Dior et Mar­tin Mar­gie­la, elle of­fi­cie de­puis six mois chez Ba­len­cia­ga, en tant que de­si­gner ju­nior. Mi­nu­tieuse et ap­pli­quée là­bas, Ma­rine Serre de­vra l’être aus­si, même plus en­core, dans son fu­tur ate­lier, pour tis­ser la marque qui porte son nom.

En sep­tembre, mille pièces de la col­lec­tion qui lui au­ra fait gra­vir un pre­mier (et grand) éche­lon se­ront en vente dans le monde en­tier. Au Ja­pon, à Londres, aux États­Unis… « Pour la suite, on es­saie­ra de faire les choses du mieux pos­sible ». ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.