Les pom­piers for­més aux feux de vé­gé­ta­tion

La Montagne (Vichy) - - La Une - PHO­TO PHI­LIPPE BI­GARD

AL­LIER. La cha­leur n’est pas la seule res­pon­sable des feux de vé­gé­ta­tion en pé­riode es­ti­vale, mais les condi­tions de sécheresse et de vent aug­mentent les risques.

PRÉ­PA­RA­TION. Dans l’Al­lier, les pom­piers sont ré­gu­liè­re­ment for­més à ces in­ter­ven­tions dé­li­cates, qui né­ces­sitent une tech­ni­ci­té par­ti­cu­lière.

In­cen­dies

Les in­cen­dies ne re­pré­sentent que 6 % de l’ac­ti­vi­té du Ser­vice dé­par­te­men­tal d’in­cen­die et de se­cours (SDIS) de l’Al­lier mais ils oc­cupent un quart du temps de son ac­ti­vi­té. Avec l’été, les pom­piers res­tent par­ti­cu­liè­re­ment vi­gi­lants aux feux de vé­gé­ta­tion. Le point sur les for­ma­tions, les moyens hu­mains et ma­té­riels.

En une se­maine, de­puis ven­dre­di 16 juin, l’Al­lier a connu huit dé­parts de feu, dont cinq pour la seule jour­née du jeu­di 22 juin. « Des feux d’herbes et de brous­sailles dont les sur­faces res­tent li­mi­tées. Mais jeu­di, 1,5 hec­tare a brû­lé à Vieure », rap­pelle le com­man­dant Ed­dy Pey­rard, chef du grou­pe­ment ouest du Sdis 03. À Vaux, le même jour, près de 3.000 mètres car­rés de vé­gé­ta­tion sont par­tis en fu­mée.

La cha­leur n’est pas seule res­pon­sable. La plu­part des feux sont d’ori­gine ac­ci­den­telle. Mais les risques sont ac­crus en pé­riode de ca­ni­cule, avec la sécheresse et le vent. Ven­dre­di, alors que les tem­pé­ra­tures avoi­si­naient en­core les trente de­grés, les équipes du Sdis ont fait un point de si­tua­tion. « Rien d’alar­mant. Les in­di­ca­teurs ne sont pas au noir. »

L’in­dice feu­mé­téo four­ni quo­ti­dien­ne­ment par Mé­téo France montre « un dé­par­te­ment aux deux tiers en rouge et le reste en jaune/orange ». Ce week­end, le ther­mo­mètre a en­core bais­sé, et on an­nonce de la pluie dans les jours à ve­nir. Mais les pom­piers res­tent vi­gi­lants. La pé­riode cri­tique court de mi­juin à mi­sep­tembre.

Dans l’Al­lier, les in­cen­dies ne re­pré­sentent pour­tant que 6 % des sor­ties en moyenne, contre 80 % en­vi­ron pour le se­cours d’ur­gence aux per­sonnes. Mais ils oc­cupent un quart du temps des pom­piers, se­lon le com­man­dant Ro­dolphe Le­mel­tier, chef du grou­pe­ment opé­ra­tions for­ma­tions du Sdis 03.

« Les moyens hu­mains et la du­rée des in­ter­ven­tions sont plus im­por­tants. Et ça de­mande une tech­ni­ci­té par­ti­cu­lière, sui­vant la na­ture du feu. Le Sdis a in­ves­ti dans une cel­lule d’en­traî­ne­ment qui fonc­tionne au gaz et qui nous per­met de re­pro­duire des scé­na­rios, avec des feux réels. Le nou­veau centre de for­ma­tion qui ou­vri­ra à SaintPour­çain­sur­Sioule fin 2018 nous per­met­tra de for­mer avec des ou­tils mo­dernes. »

Qua­rante pom­piers vo­lon­taires et pro­fes­sion­nels ont été pré­pa­rés (en for­ma­tion ini­tiale) à la ges­tion des feux de fo­rêt au prin­temps, dans cha­cun des trois grou­pe­ments. « Des cadres vont à l’école de la Sé­cu­ri­té ci­vile à Va­labre dans les Bou­ches­du­Rhône et forment le per­son­nel en in­terne. Et les pom­piers dé­jà for­més tra­vaillent leurs ac­quis via des ma­noeuvres. »

En 2015, le Sdis 03 a en­re­gis­tré une aug­men­ta­tion des in­cen­dies de 34 % : « Avec 254 dé­parts de feu de dé­but juin à dé­but sep­tembre, pour une su­per­fi­cie brû­lée to­tale es­ti­mée à 260 hec­tares, l’été 2015 s’ins­crit comme ce­lui ayant connu la pres­sion opé­ra­tion­nelle la plus forte de­puis 2003, en ma­tière de feux de vé­gé­ta­tion. »

Ma­té­riel. Le Sdis 03 dis­pose de dix-neuf en­gins dé­diés aux feux de vé­gé­ta­tion, dont un qui peut em­bar­quer jus­qu’à 10.000 litres d’eau (3.000 litres pour les autres). On compte aus­si quinze autres en­gins po­ly­va­lents, trois por­teurs d’eau et qua­torze vé­hi­cules lé­gers tout ter­rain.

PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION FRED MAR­QUET

IN­TER­VEN­TIONS. Jeu­di der­nier, l’Al­lier a connu cinq dé­parts de feux de vé­gé­ta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.