Ti­mides en­chères au Grand Prix Vi­chy-Classic

Ob­jets, ac­ces­soires et vé­hi­cules d’ex­cep­tion étaient à vendre au plus of­frant à l’aé­ro­drome de Char­meil, hier, lors du Grand Prix Vi­chy-Classic.

La Montagne (Vichy) - - La Une - Es­telle Dis­say es­telle.dis­say@cen­tre­france.com

Près de deux cents lots liés au monde de l’au­to et de la mo­to ont été mis aux en­chères par le ca­bi­net d’huis­siers Oriot­Cou­leau, hier ma­tin, à l’aé­ro­drome de Char­meil, en marge de la sep­tième édi­tion du Grand Prix Vi­chyC­las­sic or­ches­tré par Les Belles mé­ca­niques en Bour­bon­nais.

Vé­hi­cules mi­nia­tures, plaques émaillées, af­fiches, mas­cottes et mo­teurs cher­chaient un nou­veau pro­prié­taire­col­lec­tion­neur, à l’ins­tar des voi­tures et mo­tos d’ex­cep­tion ex­po­sées pour l’oc­ca­sion. Le pu­blic était bien au ren­dez­vous, mais il a man­qué une étin­celle à l’aé­ro­drome. Les en­chères n’ont pas dé­col­lé. Seule­ment quelques lots ont trou­vé pre­neur.

« Des af­faires au­raient dû se faire »

« Des af­faires au­raient dû se faire, es­time Éric Al­lègre, un San­flo­rain membre du club Les Vieux gui­dons de la Mar­ge­ride ve­nu avec d’autres pas­sion­nés de mé­ca­nique. Il y avait un beau pla­teau de mo­tos avec des Ter­rot, une NSU… L’in­té­rêt de ces vieilles mo­tos est leur ar­chi­tec­ture et leur mo­teur culbu­té. Il a un meilleur ren­de­ment que

le la­té­ral, avec de belles prouesses tech­niques. Dans une vente comme celle­ci, tout part nor­ma­le­ment. Là, rien n’est par­ti. »

Un né­go­ciant spé­cia­li­sé dans les vé­hi­cules de col­lec­tion avait fait le dé­pla­ce­ment de­puis le Puy­de­Dôme. Il est re­par­ti avec une Don­net G2 de 1927. « Je l’ai ache­tée 3.500 €, confie Ch­ris­tian De­com­bas. J’au­rais bien ache­té trois ou quatre mo­tos, mais les prix de ré­serve étaient trop éle­ vés. Les ven­deurs sont trop gour­mands. Les par­ti­cu­liers qui par­ti­cipent à des ventes veulent faire des af­faires et là tout était au prix du mar­ché. » Deux Fer­ra­ri FF n’ont pas trou­vé ac­qué­reur. Tout comme la Rolls Royce Sil­ver Sha­dow de 1973, avec à peine 71.000 miles au comp­teur.

« Il faut faire ve­nir des col­lec­tion­neurs in­ter­na­tio­naux. C’est un ga­lop d’es­sai »

« Il y a de très belles pièces », com­mente un spec­ta­teur char­gé de re­pré­sen­ter le pro­prié­taire d’une BMW 328 Col­lec­tor Car, une voi­ture pour en­fant fa­bri­quée à l’échelle 6/10e es­ti­mée entre 7.500 et 10.000 € sur le ca­ta­logue. « Mais, on n’avait pas la clien­tèle. Il faut faire ve­nir des col­lec­tion­neurs in­ter­na­tio­naux. C’est un ga­lop d’es­sai. »

S’il peut rou­ler à 20 km/h, ce jouet équi­pé d’un mo­teur ther­mique et de phares lu­mi­neux, n’a pas en­flam­mé les en­chères. Idem pour la 309 GTI qui a pro­ba­ble­ment rap­pe­lé aux qua­dra­gé­naires la voi­ture dont ils rê­vaient à l’âge de 20 ans.

« On est déçu, concède Maître Hé­lène Cou­leau, as­so­ciée au ca­bi­net d’huis­siers de jus­tice. Il nous a fal­lu six mois de tra­vail pour or­ga­ni­ser la vente, re­cen­ser les biens, les ex­per­ti­ser… Mais on est prêt à re­com­men­cer. Il faut en pas­ser par là. » ■

PHO­TO VIC­TO­RIA PULIDO

LUXE. Deux Fer­ra­ri FF étaient ex­po­sées à l’aé­ro­drome de Char­meil pour la vente aux en­chères.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.