Le ca­fé comme un nou­vel art de vivre

Dé­cli­né sous formes in­édites, le « pe­tit noir » est dé­sor­mais por­té en éten­dard. Une nou­velle ten­dance qui fait des émules à Vi­chy.

La Montagne (Vichy) - - Vichy Vivre Sa Ville - Yann Ter­rat vi­chy@cen­tre­france.com

Le simple pe­tit noir ser­vi sur le zinc a­t­il pris un sa­cré coup de vieux ? Peu­têtre si la ten­dance se confirme. De­puis un an, en ef­fet, la ville ther­male où constellent les ca­fés tra­di­tion­nels a vu ar­ri­ver un, puis deux autres éta­blis­se­ments aux for­mats in­édits. Ces cof­fee shops ou cof­fee houses sont pour­tant loin d’être des ov­nis et ont le vent en poupe de­puis 30 ans, dans une bonne par­tie du monde oc­ci­den­tal.

À New York, Londres ou Pa­ris, les en­seignes comme Star­bucks et Co­lum­bus sont de­ve­nues les lieux de fré­quen­ta­tion in­con­tour­nables d’un pu­blic sou­vent jeune, bran­ché et connec­té. Une com­mu­nau­té pour qui les Caf­fè Latte, Caf­fè Mo­cha, Mac­chia­to, Frap­puc­ci­no sont aus­si fa­mi­liers que le « noir » ou la vi­chy cé­les­tins pour les gé­né­ra­tions plus an­ciennes.

Sur­fant sur la vague, Ve­nus Ba­ris­ta, le Co­coon Cof­fee et le tout der­nier Se­lect Cof­fee House

(voir ci des­sous) ont donc bou­le­ver­sé quelque peu le pay­sage des ca­fés vi­chys­sois. Trois éta­blis­se­ments où l’un des breu­vages les plus consom­més au monde tient une place cen­trale. Et dans le pe­tit monde, qui ne de­mande qu’à gran­dir, des cof­fee shops, la concur­rence sti­mule plus qu’elle ne dé­range. « Le fait d’être plu­sieurs est une bonne chose, confirme Jé­rôme Phi­lip­pon du Co­coon Cof­fee.

Ce­la nous oblige à ne pas nous en­dor­mir. »

De la place pour tout le monde semble­t­il, d’au­tant plus que l’offre est suf­fi­sam­ment large pour que les consom­ma­teurs y trouvent leur compte. À cha­cun son éta­blis­se­ment, en quelque sorte. Le Ba­ris­ta et le Se­lect en centre­ville, le Co­coon à l’en­trée du pôle Lar­dy, les « cof­fee » at­tirent leur propre clien­tèle. Des consom­ma­teurs de quar­

tiers d’une part ou à la re­cherche de pro­duits plus spé­ci­fiques pro­po­sés dans chaque lieu, d’autre part.

Cha­cun son cré­neau

Pour le Ba­ris­ta, le po­si­tion­ne­ment est clair. Le ca­fé et la marque avant tout. Le « pe­tit noir » ne se boit pas, il se dé­guste. Chaque pro­ve­nance, une di­zaine, né­ces­site un trai­te­ment par­ti­cu­lier pour ob­te­nir « une pa­ lette de sa­veurs plus sub­tile en­core que celle du vin », as­surent les deux gé­rants. Tasses, ta­bliers, vi­trines : toute la bou­tique est es­tam­pillée par un même lo­go. Car au Ba­ris­ta, on vend aus­si la marque.

Le Coc­con Cof­fee pro­pose un concept plus gé­né­ra­liste in­fluen­cé par les Star­bucks. À proxi­mi­té du Ca­vi­lam, l’éta­blis­se­ment est une adresse pri­sée des étu­diants étran­gers qui re­trouvent une at­mo­sphère fa­mi­lière. Avec un es­pace dé­dié aux en­fants, l’adresse se veut éga­le­ment plus fa­mi­liale. Les pro­duits ven­dus ba­layent la large gamme dé­jà pro­po­sée par la grande chaîne amé­ri­caine.

Du cô­té du Se­lect, le ca­fé se fait plus dis­cret et c’est « l’am­biance convi­viale et cha­leu­reuse », que les gé­rants, ont cherché à dé­ve­lop­per.

La bois­son an­ces­trale a dé­sor­mais le vent en poupe. Une ten­dance, qui, se­lon les trois nou­veaux éta­blis­se­ments vi­chys­sois, n’est pas prête de s’in­ver­ser. ■

Une clien­tèle jeune et connec­tée

PHO­TO EME­RIC ENAUD

CONCEPT. Au­tour du ca­fé, chaque éta­blis­se­ment se dis­tingue par une am­biance spé­ci­fique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.