De l’ar­gent pour les adieux de Du­merc

Les bas­ket­teuses fran­çaises rê­vaient d’of­frir de l’or à leur ca­pi­taine Cé­line Du­merc pour son der­nier match en bleu : elles ont dû se conten­ter de l’ar­gent, hier à Prague, où les Es­pa­gnoles se sont lar­ge­ment im­po­sées.

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

La dé­faite, et l’am­pleur du score d’un ul­time match sans sus­pense, font mal. Il fau­dra du temps pour que les joueuses voient dans cette cin­quième mé­daille eu­ro­péenne d’af­fi­lée un beau ca­deau d’adieu à « Caps » et un bon ré­sul­tat pour la France, qui conso­lide son sta­tut de puis­sance conti­nen­tale. De­puis le titre de 2009, elle est la seule na­tion à n’avoir plus quit­té le po­dium.

Bien sûr, rien ne rem­place la vic­toire, sur­tout pour une équipe qui avait été bat­tue en fi­nale en 2015 par la Ser­bie et en 2013, dé­jà par l’Es­pagne. Cet échec d’il y a quatre ans avait pro­fon­dé­ment mar­qué Du­merc. Ayant vu ses amies Eme­line Ndon­gué et Ed­wige Law­son­wade ter­mi­ner leur par­cours en pleurs après la dé­faite d’un point contre l’Es­pagne, de­vant le pu­blic d’Or­chies, elle vou­lait à tout prix évi­ter un tel sort pour sa

262e sé­lec­tion, un re­cord. En grande ca­pi­taine, la star des « Bra­queuses » mé­daillée d’ar­gent à Londres, a pris ses responsabilités. C’est elle qui a sem­blé re­lan­cer la France dans le deuxième quart­temps en ins­cri­vant deux pa­niers à trois

points quand le re­tard avait at­teint pour la pre­mière fois dix points. Mais les Es­pa­gnoles étaient tout sim­ple­ment trop fortes. À tout sei­gneur tout hon­neur, c’est Du­merc qui a mar­qué les deux der­niers pa­niers fran­çais et fi­ni meilleure mar­queuse des Bleus avec 15 points. Mais la ré­si­gna­tion se li­sait de­puis long­temps sur son vi­sage.

Les Es­pa­gnoles, vice­cham­pionnes olym­piques à leur tour en 2016, qui rem­portent leur troi­sième titre eu­ro­péen après 1993 et 2013 (à chaque fois contre la France en fi­nale !), se sont jouées de la dé­fense des Bleues, leur prin­ci­pale force pour­tant, sur­tout en pre­mière pé­riode (39­30). Al­ba Tor­rens, pro­ba­ble­ment la meilleure joueuse eu­ro­péenne, et l’Amé­ri­caine na­tu­ra­li­sée San­cho Lyt­tle ont fait des ra­vages (18 et 19 points res­pec­ti­ve­ment au to­tal).

Mal­gré cette fi­nale man­quée, l’Eu­ro reste une réus­site. La France re­monte sur un po­dium in­ter­na­tio­nal un an après la frus­tra­tion de Rio, où elle avait fi­ni qua­trième, en l’ab­sence de Du­merc, bles­sée.

Ce groupe, au­quel Gaëlle Skre­la, une autre de ses tau­lières, a fait ses adieux à 34 ans, a mon­tré une belle force col­lec­tive. Il a ga­gné ses matchs à douze en fai­sant cra­quer ses ad­ver­saires, la Slo­vé­nie, la Grèce (deux fois), la Slo­va­quie et la Ser­bie, te­nante du titre, en fin de match, mais pas l’Es­pagne, qui était d’un autre ca­libre.

S’il faut à tout prix faire sor­tir une joueuse du lot, ce se­ra En­dy Miyem. L’in­té­rieure, la seule cham­pionne d’Eu­rope de l’équipe avec Du­merc en 2009, a été le socle sur lequel les Bleues ont pu s’ap­puyer, des deux cô­tés du ter­rain. Elle n’est pas­sée à cô­té d’au­cun match... sauf un peu de la fi­nale (8 points).

A voir la ri­chesse du banc bleu, on au­rait presque ou­blié que le sec­teur in­té­rieur était en théo­rie dé­ci­mé par l’ab­sence de Sandrine Gru­da, qui fai­sait l’im­passe pour se consa­crer à son ma­riage, et d’Isa­belle Ya­cou­bou, à la re­traite in­ter­na­tio­nale. La grande Hé­lé­na Ciak, Dian­dra Tchat­chouang et la toute jeune Alexia Char­te­reau, ont sou­vent do­mi­né dans la « pein­ture ». ■

La France re­monte sur le po­dium après l’échec de Rio

DO­MI­NA­TION. Les Fran­çaises n’ont rien pu faire pour contrer des Es­pa­gnoles à l’image de Du­merc dont c’était le der­nier match in­ter­na­tio­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.