« Plus de maîtres que de classes » ré­siste

La Montagne (Vichy) - - Région Actualité - ce­cile.ber­gou­gnoux@cen­tre­france.com

Com­ment l’une des me­sures phares du pro­gramme édu­ca­tif d’Em­ma­nuel Ma­cron, le dé­dou­ble­ment des CP et CE1 en zone d’édu­ca­tion prio­ri­taire, va-t-elle s’ap­pli­quer ?

Ma­rie­Da­nièle Cam­pion, rec­teur de l’aca­dé­mie de Cler­mont­Fer­rand, est aus­si la pré­si­dente du Co­mi­té na­tio­nal de sui­vi du dis­po­si­tif « Plus de maîtres que de classes ».

Elle se penche sur l’ave­nir d’un dis­po­si­tif qui semble mal­me­né par l’une des me­sures phares du pro­gramme édu­ca­tif d’Em­ma­nuel Ma­cron : le dé­dou­ble­ment des CP et

CE1 en zone d’édu­ca­tion prio­ri­taire. ■ Le « Plus de maîtres que de classes » va-t-il dis­pa­raître au pro­fit du dé­dou­ble­ment ? Pour moi, après les in­ter­ven­tions du mi­nistre et dans les consignes que nous re­ce­vons, il ne dis­pa­raît nul­le­ment.

■ Pour­tant, le dé­dou­ble­ment des CP et des CE1 n’est pas vrai­ment dans la même

phi­lo­so­phie ? Vous sa­vez, la vraie ques­tion à se po­ser est : qu’est­ce qui se­ra le plus ef­fi­cace pour les élèves et leur réus­site ? ■ Jus­te­ment, le dis­po­si­tif n’a pas en­core été éva­lué ? La ques­tion de l’éva­lua­tion est lan­ci­nante, c’est vrai. Il faut sor­tir des res­sen­tis et s’ap­puyer sur des élé­ments ob­jec­tifs. C’est en cours. À la fois au ni­veau na­tio­nal – et j’ai de­man­dé que des écoles de l’aca­dé­mie soient in­té­grées dans l’échan­tillon ob­ser­vé – et à la fois au ni­veau de l’aca­dé­mie. ■ Ce n’était pas le rôle du Co­mi­té de sui­vi que vous pré­si­dez ? Non, pas du tout. Notre rôle était de faire un cer­tain nombre de pré­co­ni­sa­tions pour évi­ter que le dis­po­si­tif ne se dé­lite. Nous avons ain­si mis l’ac­cent sur l’in­ter­pro­fes­sion­na­li­té, la co­édu­ca­tion. Nous avons in­sis­té pour que la forme or­ga­ni­sa­tion­nelle ait un sens, elle n’a d’uti­li­té que si elle est mise au ser­vice d’ap­pren­tis­sages pré­cis. ■ Le dé­dou­ble­ment de classes per­met­tra-t-il de pour­suivre ce tra­vail ? Bien en­ten­du. Les en­sei­gnants vont conti­nuer à se par­ler, à échan­ger sur leurs pra­tiques… Nous ne sommes pas du tout dans une rup­ture mais dans une conti­nui­té. D’au­tant que la ré­duc­tion des ef­fec­tifs des classes est aus­si une de­mande fré­quente. ■

PHO­TO D’AR­CHIVES

Ma­rie-Da­nièle Cam­pion, rec­teur de l’aca­dé­mie et pré­si­dente du Co­mi­té na­tio­nal de sui­vi du « Plus de maîtres que de classes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.