L’après Du­merc est pro­met­teur

Cé­line Du­merc s’en va, mais avec des joueuses comme Oli­via Epou­pa, Ma­rine Jo­hannes ou Alexia Char­te­reau, le bas­ket fran­çais peut voir l’ave­nir avec op­ti­misme après la mé­daille d’ar­gent eu­ro­péenne rem­por­tée par les Bleues di­manche à Prague. La suc­ces­sion

La Montagne (Vichy) - - SPORT -

Avec le dé­part de « Caps », l’équipe de France n’a pas seule­ment per­du une me­neuse de jeu et une ca­pi­taine. Elle de­vra se pas­ser d’un mo­nu­ment du bas­ket qui en était ar­ri­vé à per­son­ni­fier son sport pour le grand pu­blic. Et elle n’est pas la seule à ti­rer sa ré­vé­rence. Gaëlle Skre­la, une autre tau­lière dans un rôle plus obs­cur, a dé­ci­dé aus­si de pas­ser la main pour de­ve­nir ki­né­si­thé­ra­peute.

« Ça va nous mettre un coup à la fin de la com­pé­ti­tion quand on va se dire au re­voir. Ça va être un manque à com­bler », re­con­nais­sait l’ai­lière Dian­dra Tchat­chouang avant la fi­nale per­due à l’Eu­ro contre l’Es­pagne (71­55).

Oli­via Epou­pa de­vrait prendre la re­lève

Ce n’est pas une gé­né­ra­tion en­tière qui s’en va d’un seul coup dans une équipe de France en per­pé­tuel re­nou­vel­le­ment. Ain­si, seules deux des cham­pionnes d’Eu­rope de 2009 étaient en­core là en 2017, Cé­line Du­merc et En­dy Miyem. Et c’est à peine si on se sou­vient que les ab­sences de San­drine Gru­da (qui re­vien­dra) et d’Isa­belle Ya­cou­bou (à la re­traite in­ter­na­tio­nale) fai­saient une grosse dif­fé­rence à Prague avec les Jeux de Rio de l’été der­nier.

« Il y a des joueuses qui se­ront dif­fi­ciles à rem­pla­cer, mais il y a du po­ten­tiel en France », dit la sé­lec­tion­neuse Va­lé­rie Gar­nier.

Au poste de Du­merc, ce po­ten­tiel est re­pré­sen­té par Oli­via Epou­pa, 23 ans. La pe­tite (1,65 m) me­neuse, do­tée d’une vi­tesse,

d’une dex­té­ri­té et d’un sens du jeu épous­tou­flant, tient dé­jà un grand rôle de­puis Rio, où elle avait te­nu la ba­raque en l’ab­sence de « Caps » (bles­sée à la che­ville). Cham­pionne de France avec Ville­neu­ved’Ascq, elle va en­core s’aguer­rir dans le grand club turc de Ga­la­ta­sa­ray. 189.000 bas­ket­teuses en France

Pour rem­pla­cer le shoot de la ca­pi­taine, les Bleues au­ront ce­lui de la jeune Ma­rine Jo­hannes, 22 ans. Cette ar­rière spec­ta­cu­laire est dé­jà ca­pable de dé­blo­quer un match avec ses mou­ve­ments dé­rou­tants. Avec un peu plus de ré­gu­la­ri­té, elle peut de­ve­nir une pièce maî­tresse de l’équipe.

Aux autres postes, il n’y a pas non plus pé­ril en la de­meure. Au­cune des dix cham­pionnes d’Eu­rope qui conti­nuent en bleu n’a dé­pas­sé les trente ans et cer­taines sont très jeunes, comme Va­lé­riane Ayayi (23 ans), une ai­lière au très gros po­ten­tiel, et bien sûr Alexia Char­te­reau, 18 ans seule­ment, qui de­vrait s’ins­tal­ler pour long­temps dans la ra­quette des Bleues.

Il y a aus­si celles qui ne portent pas en­core le maillot de la sé­lec­tion A mais qui brillent avec les jeunes. Les U20 ont été cham­pionnes d’Eu­rope en 2014 et vice­cham­pionnes en 2015, les U18 vi­ce­cham­pionnes en 2015 et cham­pionnes en 2016, etc.

Rien d’anor­mal car le bas­ket est avec le hand­ball le sport col­lec­tif do­mi­nant en France chez les femmes (189.000 li­cen­ciées), loin de­vant le foot­ball (107.000).

« Les jeunes ont des ré­sul­tats. Celles qui ont eu des mé­dailles vont aus­si ga­gner plus tard avec l’équipe de France se­niors. On a des clubs de bonnes qua­li­tés qui jouent l’Eu­ro­ligue et l’Eu­ro­coupe, elles ne vont pas se re­trou­ver dans de mau­vaises équipes quand elles pas­se­ront pro », sou­ligne Du­merc.

SUC­CES­SION. La re­traite de Cé­line Du­merc va per­mettre à des jeunes pro­met­teuses de prendre le re­lais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.