La SDED in­ves­tit pour main­te­nir son ni­veau de qua­li­té

Créée en 1967 dans la Mon­tagne bour­bon­naise, la So­cié­té de dé­cou­page em­bou­tis­sage du Bourbonnais n’a ja­mais ces­sé de tra­vailler le mé­tal. Ins­tal­lée dé­sor­mais à Cus­set, cette en­tre­prise de trente-six per­sonnes tra­vaille no­tam­ment pour le groupe Li­gier.

La Montagne (Vichy) - - La Une - De­nis Lo­rut de­nis.lo­rut@cen­tre­france.com

Ni­chée dans l’étroite val­lée du Si­chon, à Cus­set, la so­cié­té de dé­cou­page em­bou­tis­sage du Bourbonnais (SDEB) fête cette an­née ses cin­quante ans.

De­puis sa créa­tion, un peu plus haut dans la val­lée, à Fer­rières­sur­Si­chon, la SDEB n’a ces­sé de tra­vailler le mé­tal, no­tam­ment la tôle et le tube qu’elle plie, cintre, dé­forme par em­bou­tis­sage et soude pour réa­li­ser des sous­en­sembles pour d’autres en­tre­prises.

Son PDG ac­tuel, JeanF­ran­çois Laurent, a re­joint la SDEB en 1971. C’était une op­por­tu­ni­té pour lui de tra­vailler dans son vil­ lage de Fer­rières, à tout juste 16 ans, son CAP de mé­ca­nique gé­né­ral en poche.

En 1990, Jean­Fran­çois Laurent a in­té­gré l’équipe de di­rec­tion, au dé­part à la re­traite des fon­da­teurs de la SDEB. « Notre plus gros client de l’époque était Phi­lips éclai­rage, dis­pa­ru de­puis », se sou­vient le PDG.

Trop à l’étroit dans ses murs, l’en­tre­prise a dé­mé­na­gé à Cus­set en 1993. Elle s’est ins­tal­lée aux Gri­vats, dans une usine de 3.700 m2 qui avait abri­té, sous Na­po­léon III, une fa­ brique de toile de Vi­chy.

Au­jourd’hui, on est loin du dé­li­cat tis­su au cé­lèbre pe­tit car­reau. La SDEB tra­vaille no­tam­ment dans le do­maine de l’au­to­mo­bile avec le groupe Li­gier pour le­quel elle four­nit des élé­ments de châs­sis, des tri­angles de sus­pen­sion…

Nom­breux in­ves­tis­se­ments

« Nous sommes sous­trai­tant à 99 %, ex­plique Ma­thieu Laurent qui a re­joint son père en 2008 en ef­fec­tuant un bac pro d’ou­tilleur par ap­pren­tis­sage. Outre le do­maine de l’au­to­mo­bile, nous réa­li­sons aus­si des pièces et sous­en­sembles pour la mo­to­cul­ture ou le lu­mi­naire. Mais nous avons aus­si une pro­duc­tion propre avec la fa­bri­ca­tion de pou­belle. Le PAL est, par exemple équi­pé de nos pou­belles, le mo­dèle avec tri sé­lec­tif. »

De­puis l’ar­ri­vée de Ma­thieu Laurent, âgé de 25 ans, les in­ves­tis­se­ments en ma­chines ont été nom­breux « afin de ré­pondre aux de­mandes des clients ».

Une ma­chine de dé­coupe la­ser a no­tam­ment per­mis de pro­duire des pe­tites sé­ries plus ra­pi­de­ment. Une plieuse huit axes a of­fert de nou­velles pos­si­bi­li­tés tout comme un ro­bot de sou­dure ren­tré il y a un an.

La der­nière ma­chine, ins­tal­lée dans l’usine des Gri­vats il y a six mois, est une cin­treuse à com­mande nu­mé­rique qui ac­cepte des tubes d’un dia­mètre de 62 mm. Son plus, c’est la pos­si­bi­li­té de réa­li­ser, grâce à ses ga­lets va­riables, tous types de rayon de cour­bure.

Les ma­chines tra­di­tion­nelles, comme le parc de presses de 15 à 200 tonnes, per­mettent aus­si de réa­li­ser des sé­ries jus­qu’à 30.000 pièces par mois. On reste fi­dèle au tra­vail du mé­tal à la SDEB.

« Outre l’au­to­mo­bile, nous tra­vaillons pour la mo­to­cul­ture ou le lu­mi­naire » MA­THIEU LAURENT. Di­rec­teur tech­nique

PHO­TO DO­MI­NIQUE PARAT EN ALU­MI­NIUM. Ma­thieu Laurent, di­rec­teur tech­nique de SDEB, dans l’ate­lier de fa­bri­ca­tion des pou­belles ur­baines, les mêmes qui équipent le parc du PAL.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.