Le quin­quen­nat Ma­cron entre dans le vif du su­jet cette se­maine

La Montagne (Vichy) - - La Une -

Chiffres du chômage hier, loi d’ha­bi­li­ta­tion des or­don­nances de­main, au­dit des fi­nances pu­bliques jeu­di et ré­duc­tion im­mé­diate des dé­penses : le quin­quen­nat entre dans le vif du su­jet cette se­maine avec un dis­cours cadre au Par­le­ment, peut-être lun­di pro­chain.

Au cours d’un pre­mier mois mou­ve­men­té, Em­ma­nuel Ma­cron s’est do­té d’une base so­lide pour agir : un gou­ver­ne­ment re­ma­nié, plus « tech­no » et plus fi­dèle, sans son en­com­brant al­lié Fran­çois Bay­rou, et une ma­jo­ri­té ab­so­lue à l’As­sem­blée en­ga­gée à le sou­te­nir « una­ni­me­ment » sur ses prin­ci­paux chan­tiers.

Ses pres­ta­tions in­ter­na­tio­nales sans ac­croc ont été com­plé­tées par une ac­tive com­mu­ni­ca­tion di­recte sur les ré­seaux so­ciaux, entre bains de foule, sel­fies avec Ar­nold Sch­war­ze­neg­ger pour dé­fendre le cli­mat et par­tie de ten­nis en fau­teuil rou­lant en sou­tien aux JO 2024. Ces pre­mières se­maines lui ap­portent une po­pu­la­ri­té en hausse, avec 64 % de sa­tis­faits, se­lon un son­dage Ifop pour le JDD.

Il s’at­taque main­te­nant à la ré­forme la plus ex­plo­sive de son pro­gramme, qui condi­tion­ne­ra sa cré­di­bi­li­té : le pro­jet de loi d’ha­bi­li­ta­tion l’au­to­ri­sant à lé­gi­fé­rer par or­don­nances pour ré­for­mer le code du tra­vail (lire

pages sui­vantes). La ré­ac­tion des syn­di­cats ou de la rue reste pour le nou­veau pou­voir la grande in­con­nue. « Il y a en­core dans ce pays une ma­jo­ri­té qui se­lon moi re­fuse ce que je vais ap­pe­ler une loi El Khom­ri +++ », a af­fir­mé hier Alexis Corbière, dé­pu­té de la France in­sou­mise (LFI).

Éga­le­ment cette se­maine, la Cour des comptes pu­blie jeu­di son au­dit sur les fi­nances pu­bliques qui de­vrait si­gna­ler un dé­ra­page du dé­fi­cit au­de­là des 3 % du PIB exi­gés par les trai­tés eu­ro­péens. Une li­mite qu’Em­ma­nuel Ma­cron s’est en­ga­gé à res­pec­ter. D’où de pro­bables dé­ci­sions im­po­pu­laires de ré­duc­tion des dé­penses, sa­chant que tout dé­pas­se­ment de 0,1 point cor­res­pond à 2 mil­liards d’eu­ros. Le porte­pa­role du gou­ ver­ne­ment Ch­ris­tophe Cas­ta­ner a écar­té di­manche toute hausse des im­pôts, Bru­no Le Maire, mi­nistre de l’Éco­no­mie, évo­quant lui des « dé­ci­sions dif­fi­ciles » à prendre « im­mé­dia­te­ment ». Une réunion au som­met sur les comptes pu­blics est pré­vue au­jourd’hui à l’Ély­sée.

Un sé­mi­naire gou­ver­ne­men­tal se tien­dra ven­dre­di et sa­me­di à Nan­cy où la ques­tion des ar­bi­trages bud­gé­taires de­vrait être abor­dée. L’oc­ca­sion aus­si de ten­ter de ré­soudre de pre­mières dis­sen­sions in­ter­mi­nis­té­rielles, comme celle sur les in­ter­dic­tions de cer­tains pes­ti­cides entre les mi­nistres de l’Agri­cul­ture, Sté­phane Tra­vert, et de la Tran­si­tion éco­lo­gique, Ni­co­las Hu­lot.

Il fau­dra aus­si cla­ri­fier la po­si­tion du gou­ver­ne­ment sur les ré­fu­giés, après le dis­cours de fer­me­té du mi­nistre de l’In­té­rieur Gé­rard Col­lomb, qui re­fuse de rou­vrir un centre d’ac­cueil à Ca­lais quand les as­so­cia­tions en ap­pellent au « trai­te­ment plus hu­main » ré­cla­mé par Em­ma­nuel Ma­cron.

Des in­di­ca­teurs éco­no­miques po­si­tifs

Comme de­man­dé par l’Ély­sée et Ma­ti­gnon, chaque mi­nis­tère a re­mis sa « feuille de route », de quoi nour­rir la dé­cla­ra­tion de po­li­tique gé­né­rale qu’Édouard Phi­lippe a pré­vu le 4 juillet. Mais le pré­sident de la Ré­pu­blique ré­flé­chit lui aus­si à pré­sen­ter un dis­cours cadre de­vant le Par­le­ment réuni en Congrès à Ver­sailles la veille, se­lon RTL, in­for­ma­tion que l’Ély­sée n’a pas dé­men­tie. Au risque d’af­fai­blir son Pre­mier mi­nistre.

Hier, Pôle em­ploi a pu­blié les chiffres du chômage fin mai

(lire page sui­vante), les pre­miers du quin­quen­nat Ma­cron qui veut le ré­duire à 7 % d’ici à 2022. Le pré­sident bé­né­fi­cie en tout cas d’in­di­ca­teurs éco­no­miques très po­si­tifs : l’In­see a ré­vi­sé à +0,5 % son es­ti­ma­tion de crois­sance pour le pre­mier tri­mestre, le mo­ral des mé­nages a at­teint en mai son plus haut ni­veau de­puis l’été 2007 et le cli­mat des af­faires a grim­pé à un ni­veau in­édit de­puis six ans.

Une ré­forme ex­plo­sive qui condi­tion­ne­ra sa cré­di­bi­li­té

AFP

QUIN­QUEN­NAT. Le pre­mier mois du pré­sident a été mou­ve­men­té mais il s’est do­té d’une base so­lide pour agir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.