Phi­lippe d’En­causse : « Re­naud vaut entre 5,90 m et 6 m »

La Montagne (Vichy) - - Sports - Fran­cis La­porte

Re­naud La­ville­nie est l’af­fiche du Mee­ting Sta­nis­las, ce soir, à Nan­cy. Le per­chiste cler­mon­tois peut sau­ter haut (dès 19 h 50) si les condi­tions mé­téos s’y prêtent. Le point avec son coach, Phi­lippe d’En­causse. ■ Pour­quoi Re­naud a-t-il en­core sau­té sur un élan ré­duit

(16 fou­lées) à Lille ? C’était car­ré­ment la tempête, ça souf­flait dans tous les sens. Le stade est très bon quand le vent est dans l’axe sud ou nord. Là, il ve­nait de l’est et était tour­billon­nant avec des pointes à plus de 4m/s. Re­naud a bien es­sayé sur 20 fou­lées à l’échauf­fe­ment, mais c’était to­ta­le­ment aléa­toire. Il en a vite fait son deuil et a choi­si de ré­duire la voi­lure.

■ Avec 5,80 m, il n’a donc pas pu amé­lio­rer sa meilleure per­for­mance. Il au­rait mé­ri­té de faire mieux. Il rate 5,91 m au pre­mier es­sai en re­tom­bant à peine sur la barre. Comme à Eu­gene, face à la même barre, il mé­ri­tait de pas­ser. Il n’a pas de bol.

■ N’avoir tou­jours pas pu, après 5 concours, dé­rou­ler son élan com­plet n’est-il pas pré­ju­di­ciable ? Ce n’est pas très grave, il n’y a pas à s’af­fo­ler. Sur 20 fou­lées, Re­naud n’a pas be­soin de faire 50 com­pé­ti­tions ; une seule suf­fit. Et ce n’est pas comme s’il dé­mar­rait la sai­son. D’au­tant qu’il a dé­jà sau­té à l’en­traî­ne­ment avec 20 fou­lées. Il lui faut seule­ment la fe­nêtre mé­téo fa­vo­rable et il ga­

gne­ra entre 10 cm et 20 cm.

■ Ce se­ra pour Nan­cy ? On va es­sayer. La mé­téo n’est pas an­non­cée ter­rible. En fait, s’il tombe des cordes, il y a trois so­lu­tions : un, prendre le risque de se faire mal ; deux, ne pas sau­ter, et ce n’est pas son style ; trois, des­cendre l’élan et les perches.

■ Lille di­manche, Nan­cy ce soir, Pa­ris sa­me­di : n’est-ce pas rap­pro­ché ? Non, on s’est pré­pa­ré pour ça. Deux se­maines d’en­traî­ne­ments puis cette pé­riode de « com­pètes » et au mi­lieu, juste de l’en­tre­tien. ■ L’am­bi­tion au­jourd’hui ? Si le temps est beau, entre 5,90 m et 6 m, ce qu’il vaut tout de suite. S’il fait mau­vais, il s’adap­te­ra et puis voi­là. Quand il fait mau­vais, l’es­sen­tiel, c’est de ga­gner. ■

D’EN­CAUSSE. La confiance du coach. PHO­TO J-L GORCE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.