Pour vivre l’été le coeur lé­ger

La Montagne (Vichy) - - Magazine -

Si l’été est sy­no­nyme de va­cances et de bons mo­ments, il fa­vo­rise aus­si des si­tua­tions qui peuvent avoir un im­pact sur la san­té car­dio-vas­cu­laire. La Fé­dé­ra­tion fran­çaise de car­dio­lo­gie alerte et livre ses conseils pra­tiques.

Quelques re­com­man­da­tions pour un été au top ! Voyages longs, at­ten­tion au

« jet-leg ». Les voyages longs né­ces­sitent une sta­tion as­sise pro­lon­gée. En im­mo­bi­li­sant les jambes, ils pro­voquent un risque de phlé­bite. Ap­pe­lée aus­si throm­bose vei­neuse pro­fonde, cette af­fec­tion dé­signe la for­ma­tion de caillots dans les veines pro­fondes de la jambe lorsque la cir­cu­la­tion san­guine se fait dif­fi­ci­le­ment. La déshy­dra­ta­tion ren­force ce risque, en pro­vo­quant une concen­tra­tion accrue du sang qui s’épais­sit. La phlé­bite s’ex­prime par une dou­leur spon­ta­née ou pro­vo­quée par la pal­pa­tion du mol­let. Une fois for­mé, ce caillot peut mi­grer dans la veine cave in­fé­rieure, puis dans les ar­tères pul­mo­naires dé­clen­chant une em­bo­lie pul­mo­naire, avec un dan­ ger vi­tal. En avion, le risque est en­core plus fort, car la pres­sion basse en ca­bine fa­vo­rise le gon­fle­ment des jambes.

Pen­dant une pé­riode de forte cha­leur, il faut être vi­gi­lant en cas de maux de tête, nau­sées, crampes mus­cu­lai­ res, confu­sion men­tale… qui peuvent être le signe d’un coup de cha­leur, pou­vant en­traî­ner des consé­quences graves. Dans ce cas, il faut ap­pe­ler le 15 et ra­fraî­chir la per­sonne souf­frante en at­ten­dant les se­cours.

Re­prendre le sport. L’ac­ti­vi­té phy­sique et spor­tive ré­gu­lière est es­sen­tielle pour la san­té du coeur et des ar­tères, car elle par­ti­cipe à la pré­ven­tion des ma­la­dies car­dio­vas­cu­laires et en di­mi­nue les consé­quences. L’été est une bonne oc­ca­sion de s’y re­mettre. En sai­sis­sant toutes les oc­ca­sions de bou­ger au fil de

la jour­née, le coeur et le corps de­viennent plus to­niques. Une de­mi­heure de pra­tique quo­ti­dienne par­vient à ré­duire de 25 à 30 % les risques de mor­ta­li­té car­dio­vas­cu­laire, or au­jourd’hui seuls 21 % des Fran­çais bougent au moins 30 mi­nutes d’af­fi­lée plus de trois fois par se­maine.

At­ten­tion au sel. L’été est une pé­riode fa­vo­rable à la hausse de la consom­ma­tion de pro­duits très riches en sel : char­cu­te­rie, chips, ca­ca­huètes, etc. Or, un ex­cès de sel nuit gra­ve­ment aux ar­tères et au coeur. Si le sel est im­por­tant pour l’or­ga­nisme (il per­met de contrô­ler tout le sys­tème hy­drique de notre corps), sa consom­ma­tion en ex­cès ri­gi­di­fie les ar­tères et fa­vo­rise l’hy­per­ten­sion ar­té­rielle. L’ap­port jour­na­lier de sel re­com­man­dé par l’OMS est in­fé­rieur à 6g par jour, alors que sa consom­ma­tion at­teint fré­quem­ment plus de 10g chez l’adulte. Par exemple, on trouve 1g de sel dans 3 tranches de sau­cis­son, dans une poi­gnée de chips ou de bis­cuits apé­ri­tifs, dans quatre tranches de pain ou en­core une part de piz­za.

© LA MON­TAGNE PRÉ­CAU­TIONS. At­ten­tion au long voyage, à la sur­con­som­ma­tion de sel, hy­dra­tez-vous, bou­gez et n’ou­bliez pas vos mé­di­ca­ments pour des va­cances se­reines.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.