Les pilleurs d’églises re­viennent !

La Montagne (Vichy) - - Magazine Actualité - Blan­dine Hu­tin-Mer­cier blan­dine.hu­tin@cen­tre­france.com

Les Ar­dents Édi­teurs, à Li­moges, pu­blient un très beau et très do­cu­men­té livre sur les pilleurs d’églises qui ont écré­mé l’Au­vergne et le Li­mou­sin au dé­but du XXe siècle.

«Cherchez à Cler­montFer­rand un cer­tain Tho­mas qui, avec son frère plus jeune, au­rait une usine de cercles pour fu­tailles dans les pa­rages du bou­le­vard Pas­teur ; je ne connais pas son adresse par­ti­cu­lière. Il lou­che­rait d’un oeil ».

Voi­ci l’in­dice que l’an­ti­quaire pa­ri­sien Ro­meuf dé­livre, sous le sceau du mystère, au juge Cam­bours, à Li­moges le 1er oc­tobre 1907 ; in­dice qui per­met­tra de dé­man­te­ler la « bande à Tho­mas » et de ré­soudre la plus im­pres­sion­nante sé­rie de vols d’ob­jets re­li­gieux per­pé­trés en Au­vergne et en Li­mou­sin.

C’est l’his­toire de ces pilleurs d’église que ra­conte, avec force do­cu­men­ta­tions et ico­no­gra­phies d’époque, le re­mar­quable ou­vrage de Vincent Brousse et Phi­lippe Grand­coing, La Belle Époque des pilleurs d’égli

ses, aux Ar­dents Édi­teurs. Leur par­cours, leurs mé­thodes, les fruits de leurs lar­cins, la des­ti­née de ces tré­sors, mais aus­si le trai­ te­ment ju­di­ciaire de ces af­faires comme les liens, par­fois troubles, qui unis­saient alors les mondes de l’art, de la conser­va­tion, de la po­lice et de la jus­tice… Tout est nar­ré par le me­nu, dé­cryp­té et re­pla­cé dans un contexte gangre­ né par l’af­faire Drey­fus et la pan­théo­ni­sa­tion de Zo­la.

La Vierge de La Sau­ve­tat fut la pre­mière à su­bir les ou­trages de Fran­çois Tho­mas ; un vol qui au­rait été com­man­di­té par l’an­ti­quaire et fa­bri­cant de meubles Du­fay. Un autre an­ti­quaire, le Pa­ri­sien Tri­cou, l’achè­te­ra pour 15.000 francs, sans igno­rer son ori­gine. Ac­coin­tances

En même temps que l’on suit, avec la pré­ci­sion et la gouaille de chro­niques jour­na­lis­tiques d’un autre temps, le trai­te­ment ju­di­ciaire de ces af­faires hors normes (on est sur­pris no­tam­ment de la verve po­li­tique dé­ployée pour at­ta­quer les mal­frats, entre an­ti­ma­çon­ne­rie et an­ti­sé­mi­tisme), le livre re­vient sur l’his­toire et la ri­chesse des oeuvres dé­ro­bées.

Les émaux mé­dié­vaux li­mou­sins sont alors une tra­di­tion en voie de ré­ha­bi­li­ta­tion, dont la pré­cio­si­té et le rare état de conser­va­tion de cer­tains spé­ci­mens ne sont pas en­core, pour tous, les évi­dences qu’elles sont au­jourd’hui. Leur pro­tec­tion n’est pas non plus, loin s’en faut, aus­si sa­cra­li­sée, ce qui en fait, dans bien des édi­fices de cam­pagne, des proies fa­ciles.

Entre igno­rance et com­pli­ci­té crasse, entre avi­di­té et cor­rup­tion, les pilleurs d’église des­sinent une im­pres­sion­nante ga­le­rie de por­traits et une le­çon d’his­toire tout à fait pas­sion­nante.

HIS­TOIRE. La châsse de Mozac a été la pre­mière à tom­ber dans l’es­car­celle de la Bande à Tho­mas. AR­CHIVES RO­LAND SEGUY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.