Une cure, tout un par­cours à construire

Le pro­gramme de soins se bâ­tit en fonc­tion d’avis mé­di­caux et de sou­haits per­son­nels

La Montagne (Vichy) - - Vichy - Textes Pierre Gé­rau­die pierre.ge­rau­die@cen­tre­france.com

Tout comme Lau­ra, notre curiste, les ré­si­dents des thermes sont sou­mis à un plan­ning de soins bien dé­fi­ni. Où tout est ca­lé de ma­nière pré­cise.

Au coeur des thermes, cure rime sou­vent avec dé­tente et re­laxa­tion. Pour tout le monde ? Pas vrai­ment. No­tam­ment pour les « fées » de l’ac­cueil des Dômes. Des fées ? Les res­pon­sables de l’ac­cueil des thermes, en l’oc­cur­rence, dont Lau­ra, notre curiste, sait toute l’im­por­tance de la mis­sion. « C’est grâce à elle que les soins sont bien or­ga­ni­sés, elles font un gros tra­vail ». Car mettre en place un pro­gramme de cure n’est pas une mince af­faire. Et rien n’est lais­sé au ha­sard pour le bien­être et pour la san­té du curiste.

Pour ce der­nier, le par­cours de cure com­mence avant même l’ar­ri­vée aux thermes. La pre­mière étape se passe ain­si chez le mé­de­cin trai­tant, à l’image de ce qu’il s’est pas­sé pour Lau­ra, notre curiste ve­nue d’Al­sace. « J’ai vu mon mé­de­cin trai­tant qui m’a pres­crit une cure. Il m’a alors fait une or­don­nance pour que je vienne ici ». Ar­ri­vée à Vi­chy, Lau­ra s’est de nou­veau ren­due chez un mé­de­cin, cette fois­ci di­rec­te­ment aux thermes, à la veille de com­men­cer son par­cours de soin.

Là, le spé­cia­liste opère une nou­velle consul­ta­tion. « Il prend le poids, la ten­sion, puis nous dit quels soins on peut faire. En fonc­tion de nos sou­haits et de nos be­soins, il fait aus­si des re­com­man­da­tions, comme des douches froides sur les jam­ bes ». Puis le mé­de­cin donne au curiste un pré­cieux do­cu­ment, à dé­chif­frer avec at­ten­tion : ce­lui de la consom­ma­tion d’eau, en l’oc­cur­rence des eaux de sources, qu’il convient de boire avec par­ci­mo­nie. En­fin, le doc­teur donne deux ren­dez­vous au curiste : l’un en mi­lieu de cure pour un bi­lan de mi­par­cours, l’autre en fin de cure, pour un bi­lan dé­fi­ni­tif.

Un pe­tit casse-tête

Pas­sée cette pre­mière étape mé­di­cale, Lau­ra s’est ren­due vers ses « bonnes fées » de l’ac­cueil. Là, en fonc­tion des pres­crip­tions des mé­de­cins, mais aus­si des soins « à la carte » qu’elle a choi­si de faire, un pro­gramme pour tout le temps de la cure (qui dure en gé­né­ral trois se­maines) est éta­bli. Et c’est par­fois un vé­ri­table cas­se­tête : il faut ar­ri­ver à ca­ser chaque ma­tin, pour chaque curiste, un soin à une heure pré­cise et pour une du­rée pré­cise dans une salle de soins pré­cise. Pas simple, quand les thermes sont par­ti­cu­liè­re­ment rem­plis, comme c’est le cas en cette pé­riode es­ti­vale.

Mais heu­reu­se­ment, les « bonnes fées » par­viennent tou­jours à leur fin. Aus­si, avant de com­men­cer sa cure, Lau­ra et les autres cu­ristes se voient re­mettre un plan­ning très dé­taillé, à l’heure et à la mi­nute près, des soins qu’ils re­ce­vront et des salles où ils se­ront pro­di­gués. Avec ce ta­bleau en main, Lau­ra peut avoir l’es­prit tran­quille : elle n’a qu’à se lais­ser gui­der et pro­fi­ter se­rei­ne­ment de ses soins. Après tout, n’est­elle pas là pour dé­stres­ser ?

À suivre. La se­maine pro­chaine, le qua­trième vo­let de la sé­rie au­ra pour thème : « La cure, pas des va­cances ».

Une cure pres­crite en amont par le mé­de­cin trai­tant

PHOTOS VICTORIA PULIDO

DÉ­TENTE. Entre deux soins, Lau­ra prend le temps de boire une pe­tite ti­sane. Après quoi elle re­pren­dra le cours de sa cure, dont le pro­gramme est éta­bli à la mi­nute près.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.