Com­ment les joueurs s’équipent-ils ?

Ch­ris­tian Faz­zi­no, qui par­ti­ci­pe­ra à l’étape de Mont­lu­çon des Mas­ters, ré­vèle ses pe­tits se­crets

La Montagne (Vichy) - - Les Masters À Montluçon 1 - Florent Ley­bros

Pour ré­pondre à cette ques­tion, on a fait ap­pel ni plus ni moins qu’au « joueur du siècle », le mont­lu­çon­nais Ch­ris­tian Faz­zi­no. Le cham­pion passe au crible le ma­té­riel qu’il uti­lise en com­pé­ti­tion, de la tête au pied.

1La cas­quette. Ch­ris­tian Faz­zi­no ne la quitte ja­mais sur les ter­rains. « Elle me donne le centre au ni­veau du tir de la boule et ça me per­met de me ca­cher de tout l’en­tou­rage qui peut me gê­ner. »

Les lu­nettes. « Elles ar2 rivent avec l’âge (rires). J’ai eu des lu­nettes de vue à par­tir de mes 45­50 ans. Elles me pro­tègent aus­si du so­leil. »

Le tee-shirt. « Il ne faut 3 pas qu’il serre trop au ni­veau de l’en­co­lure des bras. Je joue sou­vent en manches longues, même quand il fait chaud pour me pro­té­ger du so­leil. Pour les Mas­ters, on nous four­nit cinq te­nues, car elles doivent être plus nobles et stan­ding comme on passe à la TV. Mon équipe joue en pan­ta­lon blanc avec un po­lo bleu un peu che­mi­sé, mais qui reste souple. »

Le chif­fon. « On l’uti­li4 se tout le temps, dès qu’on a la boule en main. Ça sert pour la sueur ou quand il pleut. Cer­tains joueurs ont leur chif­fon fé­tiche parce qu’ils ont ga­gné deux­trois concours avec. Moi je n’en ai pas, c’est dans la tête de toute fa­çon. »

Les boules. « Je suis 5 spon­so­ri­sé par Obut, je joue tou­jours avec les mêmes boules, des ATX. Je les change tous les ans. Le plus im­por­tant, c’est le dia­mètre. De­puis tout pe­tit je joue avec des boules de 71 mm, j’uti­lise le plus pe­tit dia­mètre du cir­cuit. Les ti­reurs jouent en gé­né­ral avec des boules de 7375 mm. Concer­nant le poids, je jouais avec des 700­710 g, mais main­te­nant j’uti­lise des 690 g. Ça évite la fa­tigue de la vieille­rie… Les ti­reurs ou mi­lieux jouent avec des boules lisses, alors qu’un poin­teur a une pe­tite rayure sur sa boule pour qu’elle agrippe un peu mieux le ter­rain, et elle est aus­si un peu plus lourde. Du cô­té des marques, la plu­part joue avec des Obut, mais il y en a trois ou quatre qui poussent der­rière. Dy­lan Ro­cher joue par exemple avec des KTK. » 6êtreLe pan­ta­lon. « Il doit

souple, car on a ten­dance à s’age­nouiller pour poin­ter. »

7 Les chaus­sures. « On se les four­nit nous­même. On prend des genres de bas­kets. Il faut que le bas soit plat, qu’il ne soit pas à la Lu­cky Luke. Ça nous per­met d’être bien sta­bi­li­sés quand on tire. J’ai tou­jours deux paires avec moi au cas où il pleuve. Je les change tous les ans ou deux ans. Je re­trouve le même modèle chaque an­née. »

Le sac. « J’en em­porte 8tou­jours

un avec moi. À l’in­té­rieur je mets une bois­son, un mètre, des chif­fons, une deuxième cas­quette, un bou­chon et mes af­faires per­son­nelles. Pour les Mas­ters, on nous four­nit le bou­chon, il est soit rouge, orange ou vio­let en fonc­tion du ter­rain. »

PHOTO JEAN-LOUIS GORCE

AC­CES­SOIRE. Ch­ris­tian Faz­zi­no ne se sé­pare ja­mais de sa cas­quette, qui l’aide à ti­rer et se concen­trer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.