La fu­ture RN7 trace dans la cam­pagne

Les tra­vaux tournent à plein ré­gime pour amé­na­ger le contour­ne­ment de Villeneuve

La Montagne (Vichy) - - Allier Actualité - Mat­thieu Ville­roy mat­thieu.ville­roy@cen­tre­france.com

Dans deux ans, les ca­mions ne pas­se­ront plus par Villeneuve. Le chan­tier de la fu­ture dé­via­tion de 7 km est lar­ge­ment en­ta­mé.

De­puis le dé­but du mois du juillet et jus­qu’à la mi­août, le chan­tier du fu­tur contour­ne­ment de Villeneuve­surAl­lier, sur la RN 7, connaît son pic d’ac­ti­vi­té. Une ving­taine d’en­gins lourds

en­ga­gés, une cin­quan­taine de per­sonnes mo­bi­li­sées, en deux équipes, et ce de 6 heures du ma­tin à 22 heures.

L’ob­jec­tif de la pre­mière phase de ce chan­tier, réa­li­sée par Vin­ci et Eu­ro­via, est de pré­pa­rer la trace de la fu­ture route, sur 7 km. Une des étapes ma­jeures concerne les tra­vaux de ter­ras­se­ment, en dé­blayant cer­tains re­liefs pour en rem­blayer d’autres. La no­ria des neufs tom­be­reaux aux bennes d’une tren­taine de m3 peut trans­por­ter jus­qu’à 6.000 m3 de terre par jour.

À quelques cen­ti­mètres près

La terre dé­cais­sée par une pelle mé­ca­nique au go­det im­pres­sion­nant est en­suite ache­mi­née par les tom­be­reaux, sur plu­sieurs ki­lo­mètres afin de réa­li­ser un rem­blai, au sud du fu­tur contour­ne­ment.

Sur place, la ma­laxeuse puis le com­pac­teur per­mettent d’avoir une sur­face la plus ho­mo­gène pos­sible. En pa­ral­lèle, évo­luent les bull­do­zers. Leur tra­vail est cal­cu­lé à quelques cen­ti­mètres près grâce à des don­nées trans­ mises par GPS et in­té­grées dans un or­di­na­teur. « Ce chan­tier ne pré­sente pas de dif­fi­cul­té ma­jeure. La plus im­por­tante est liée à l’hé­té­ro­gé­néi­té des ma­té­riaux dont nous dis­po­sons », confirme Ro­dolphe Ca­rio, char­gé du sui­vi des tra­vaux pour la DIR. Et les mou­ve­ments de terre sont consé­quents : 370.000 m³ de dé­blais pour 400.000 m³ de rem­blais.

Un ac­cent par­ti­cu­lier est mis sur le res­pect de l’en­vi­ron­ne­ment, tant avec la réuti­li­sa­tion maxi­male des ma­té­riaux dé­blayés qu’avec la pré­ser­va­tion de la faune et de la flore.

La der­nière étape de cette pre­mière tranche concerne l’amé­na­ge­ment de la couche de forme. Com­po­sée d’une sur­face so­li­di­fiée, elle ac­cueille­ra la chaus­sée. Les der­nières opé­ra­tions se fe­ront en sep­tembre.

PHOTOS SÉVERINE TRÉMODEUX

ACHE­MI­NE­MENT. contour­ne­ment. La terre dé­cais­sée par une pelle mé­ca­nique au go­det im­pres­sion­nant est en­suite ache­mi­née par les tom­be­reaux, sur plu­sieurs ki­lo­mètres afin de réa­li­ser un rem­blai, au sud du fu­tur

PRÉ­CI­SION. Le tra­vail des bull­do­zers est cal­cu­lé à quelques cen­ti­mètres près grâce à des don­nées trans­mises par GPS et in­té­grées dans un or­di­na­teur.

CA­MIONS. Neufs tom­be­reaux aux bennes d’une tren­taine de m3 peuvent trans­por­ter jus­qu’à 6.000 m3 de terre par jour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.