Deux voix ex­cep­tion­nelles sous la nef

La Montagne (Vichy) - - Lapalisse - Le Mayet Vivre Son Pays -

En pro­gram­mant Bi­zet, Ver­di, Of­fen­bach et Mo­zart dans la su­perbe église ro­mane, les or­ga­ni­sa­teurs du fes­ti­val des Monts de la Ma­de­leine pou­vaient être sûrs de leur choix. En réunis­sant Angélique Pou­rey­ron et Ain­hoa Zua­zua Ru­bi­ra, deux so­pra­nos ex­cep­tion­nelles, et l’or­chestre de chambre Du­mias sous la ba­guette d’Au­ré­lien Coste, le suc­cès était as­su­ré. L’église était d’ailleurs pleine et les mé­lo­manes très vite en­thou­siastes.

Une pre­mière par­tie avec Bi­zet et plu­sieurs ex­traits de Car­men, l’opé­ra le plus joué au monde, puis Ver­di avec Sempre Li­be­ra de la Tra­via­ta et une pre­mière ap­proche des voix ma­gni­fiques des deux di­vas. Puis Of­fen­bach, avec la Bar­ca­rolle des Contes d’Hoff­man avant le point d’orgue avec le duo Fio­di­lig­giDo­ra­bel­la de Co­si fan Tutte… Un mo­ment d’an­tho­lo­gie pour l’un des plus beaux airs de Mo­zart.

Mais Ain­hoa ra­jou­tait alors l’air de la Reine de la nuit de La Flûte en­chan­tée avec l’in­évi­table prouesse tech­nique vo­cale et le pu­blic cha­vi­rait.

Un triomphe et deux rap­pels où les belles gra­ti­fiaient les pré­sents de su­blimes duos : ce­lui des Fleurs et ce­lui des Chats, de purs ins­tants de bon­heur…

OPÉ­RA. Au­ré­lien Coste, di­ri­geant l’or­chestre de chambre Du­mias, pré­sente Angélique (à gauche) et Ain­hoa pour une stan­ding ova­tion bien mé­ri­tée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.