Rome et Pa­ris s’en­tendent

Pas d’autres ac­tion­naires re­cher­chés d’ici le 27 sep­tembre

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Les gou­ver­ne­ments fran­çais et ita­lien sont conve­nus hier d’apla­nir leurs di­ver­gences après la na­tio­na­li­sa­tion du chan­tier na­val STX France, pour­tant pro­mis à l’Ita­lien Fin­can­tie­ri qui a ou­vert une crise entre les deux pays.

L’Ita­lie et la France se sont en­ga­gées, hier, à trou­ver une is­sue po­si­tive à la crise née entre les deux pays après la na­tio­na­li­sa­tion du chan­tier na­val STX France que l’Ita­lien Fin­can­tie­ri pen­sait avoir ac­quis.

« Les gou­ver­ne­ments ita­lien et fran­çais ex­priment leur vo­lon­té com­mune de sur­mon­ter leurs di­ver­gences concer­nant l’équi­libre de la struc­ture du ca­pi­tal de STX », in­dique le texte d’une dé­cla­ra­tion com­mune, ren­due pu­blique après une ren­contre à Rome entre le mi­nistre ita­lien des Fi­nances Pier Car­lo Pa­doan et son ho­mo­logue fran­çais Bru­no Le Maire.

Les deux gou­ver­ne­ments se sont don­né jus­qu’au 27 sep­tembre, date d’un som­met entre le pré­sident fran­çais Em­ma­nuel Ma­cron et le chef du gou­ver­ne­ment ita­lien Pao­lo Gen­ti­lo­ni, pour ten­ter de trou­ver une so­lu­tion « ré­ci­pro­que­ment ac­cep­table », se­lon cette dé­cla­ra­tion.

Pier Car­lo Pa­doan et Bru­no Le Maire se sont ren­con­trés pour ten­ter de trou­ver une is­sue à la crise née entre les deux pays après la na­tio­na­li­sa­tion « tem­po­raire » de STX France, chan­tier na­val ba­sé à Saint­Na­zaire (ouest) pour­tant pro­mis à l’Ita­lien Fin­can­tie­ri sous la pré­si­dence de Fran­çois Hol­lande.

Le pré­sident Em­ma­nuel Ma­cron a tou­te­fois dé­ci­dé de rou­vrir le dos­sier et de ré­vi­ser le pacte d’ac­tion­naires, en pro­po­sant à l’Ita­lie un ac­cord 50­50, ce qu’elle re­fuse, ré­cla­mant la ma­jo­ri­té ab­so­lue du ca­pi­tal du chan­tier fran­çais.

Pier Car­lo Pa­doan avait rap­pe­lé cette exi­gence hier en fin de ma­ti­née. « Fin­can­tie­ri doit avoir au mi­ni­mum plus de 50 %, vu que les Co­réens avaient les deux tiers » du ca­pi­tal de STX France, a ain­si af­fir­mé le mi­nistre ita­lien.

Di­ver­gences

Et de fait, la ren­contre hier n’a pas per­mis de trou­ver un ac­cord sur ce point cru­cial.

La France s’est tou­te­fois en­ga­gée à ne pas re­cher­cher d’autres ac­tion­naires d’ici le 27 sep­tembre et à consi­dé­rer Fin­can­tie­ri comme « son op­tion privilégiée » pour l’ave­nir de STX France, se­lon cette dé­cla­ra­tion.

« Nous avons consta­té qu’il reste en­core des di­ver­gences qui n’ont pas été éli­mi­nées », a dé­cla­ré Pier Car­lo Pa­doan de­vant la presse, à l’is­sue de la ren­contre.

« Nous avons des dif­fi­cul­tés et des opi­nions dif­fé­rentes sur STX, mais nous trou­ve­rons une so­lu­tion adé­quate », a ren­ché­ri Bru­no Le Maire.

Ce der­nier s’est dit prêt à re­ve­nir à Rome dès sep­tembre, avant le som­met fran­co­ita­lien le 27, pour ten­ter d’apla­nir ces di­ver­gences, et avan­cer sur le dos­sier de la co­opé­ra­tion dans le do­maine na­val entre les deux pays.

« J’ai bon es­poir que dans les se­maines qui viennent nous trou­ve­rons non seule­ment une so­lu­tion sur STX mais sur­tout que nous ar­ri­ve­rons à lan­cer les bases de cette co­opé­ra­tion na­vale », a­t­il af­fir­mé.

« La France et l’Ita­lie ex­priment leur sou­hait de fa­ci­li­ter la créa­tion d’une in­dus­trie na­vale eu­ro­péenne plus ef­fi­cace et com­pé­ti­tive », in­dique ain­si la dé­cla­ra­tion com­mune.■

PHOTO AFP

POI­GNÉE DE MAINS. Entre le Fran­çais Bru­no Le Maire et l’Ita­lien Pier Car­lo Pa­doan, hier après-mi­di à Rome.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.