Florent Pe­rei­ra, la fibre tri­co­lore

La Montagne (Vichy) - - Sports Cyclisme -

La se­maine der­nière, Florent Pe­rei­ra a mis de l’ex­tra dans son or­di­naire de cou­reur cy­cliste ama­teur de haut ni­veau. L’Or­ci­nois a été fier de re­pré­sen­ter la France aux VIIIes Jeux de la Fran­co­pho­nie, à Abid­jan. Il est re­ve­nu « des sou­ve­nirs plein la tête ».

Sa ré­cente sé­lec­tion en équipe de France, l’am­biance aux Jeux de la Fran­co­pho­nie et sa sai­son avec Pro Im­mo.

Au re­tour de Côte­d’Ivoire, où il a été 13e de la course en ligne, sous le maillot tri­co­lore, Florent Pe­rei­ra fait le point.

L’équipe de France. « Je n’avais pas por­té le maillot tri­co­lore de­puis ma sé­lec­tion à la coupe des na­tions es­poirs, en juillet 2015, en Ita­lie. C’est tou­jours un hon­neur. Une sé­lec­tion en équipe de France, ça ne se re­fuse pas. Même pour une pe­tite course. Re­pré­sen­ter son pays, c’est gé­nial.

Tu as en­core plus l’en­vie de bien faire. En tout cas, j’au­rai eu des sé­lec­tions en équipe de France. Tout le monde n’a pas cet hon­neur. C’était un ob­jec­tif, je l’ai réa­li­sé. » Abid­jan plu­tôt que la Gua­de­loupe avec Pro Im­mo.

« J’ai fait le choix d’al­ler en Côte­d’Ivoire. Le Tour de la Gua­de­loupe, je pour­rai y re­tour­ner l’an pro­chain. Faire une sé­lec­tion en équipe de France, en pleine sai­son, ça te booste. Tu dé­couvres d’autres pays, d’autres cultures. C’est en­ri­chis­sant. » Sa 13e place, à Abid­jan. «Je suis sor­ti à l’en­tame du pre­mier tour de cir­cuit (après 50 km en ligne,

ndlr), avec cinq cou­reurs. J’étais le seul Fran­çais et il y avait deux Ma­ro­cains. Le Ma­roc étant la na­tion dont on se mé­fiait le plus, mes co­équi­piers ont rou­lé et ils ont ra­me­né le pe­lo­ton sur nous. Car on n’était pas sûr de ga­gner.

En­suite, Pierre Id­joua­diene et Bru­no Ar­mi­rail sont sor­tis dans une autre échap­pée, qui a été la bonne, cette fois. Ça va au bout, car les plus grosses na­tions étaient re­pré­sen­tées : la France, le Ma­roc, le Qué­bec et la Suisse. Les Afri­cains ont me­né la chasse, mais ça n’a pas suf­fi. Der­rière, c’était l’en­ter­re­ment. Je n’ai pas pu y al­ler, car je ve­nais de faire un ef­fort. J’avais confiance en eux, car Pierre va vite au sprint et Bru­no est un gros rou­leur. Je me suis dit : “ils vont la jouer fine”.

C’est ce qu’ils ont fait. Pierre est sor­ti seul dans l’avant­der­nier tour pour al­ler ga­gner. Nous der­rière, avec Jus­tin (Mot­tier), on a contrô­lé. On a ten­té un coup dans l’avant­der­nier tour. On est sor­ti, mais on s’est fait re­prendre à 3 km de l’ar­ri­vée et on nous a contrés. C’est pour ça qu’on fi­nit 11e et 13e. L’es­sen­tiel, c’était qu’un Fran­çais gagne. » L’en­goue­ment à Abid­jan. « C’était “blin­dé” de pu­blic. Plus que pour un cham­pion­nat de France. Les Ivoi­riens sont res­pec­tueux des cou­reurs. Il n’y avait pas de bar­rières et les gens ne ve­naient pas, comme sur le Tour de France, en plein mi­lieu de la route. En re­vanche, c’était com­pli­qué de s’en­traî­ner. On était es­cor­té par le Raid ou le GIGN dès qu’on sor­tait du village des spor­tifs. Vingt per­sonnes étaient char­gées de notre sé­cu­ri­té. » « Je tire les bé­né­fices de mon an­née pro » 2017, sa meilleure sai­son. « J’ai quatre vic­toires, dont trois en élite. C’est l’an­née où j’ai le plus ga­gné, celle où j’ai le mieux “mar­ché” sur les courses par étapes. J’ai fi­ni 5 e du Tour du Ju­ra, en classe 2. Ma sai­son chez les pros (l’an pas­sé) m’a per­mis d’ac­qué­rir plus de force, d’ex­pé­rience et de ma­tu­ri­té. Cette an­née, j’en tire les bé­né­fices. Ce qui m’em­bête, c’est de n’avoir pas eu suf­fi­sam­ment de ré­sul­tats en coupe de France. J’ai fait toutes les manches, mais elles ne me réus­sissent pas. Elles se courent d’une ma­nière qui ne me va pas.

Ça ar­rive sou­vent au sprint mas­sif. Et moi, je suis un sprin­teur de pe­tits groupes. Je peux al­ler cher­cher des points, mais ga­gner, non. C’est ce qui me manque pour re­pas­ser pro. Un po­dium aux cham­pion­nats de France ou une gagne en coupe de France, ça chan­ge­rait la donne. Si­non, mes ré­sul­tats sont bien meilleurs qu’en 2015, quand je suis pas­sé pro à Rou­baix. »

FIER­TÉ. Florent Pe­rei­ra a re­pré­sen­té la France à Abid­jan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.