Un ha­bi­tant de Mont­lu­çon gratte un ti­cket et gagne un mil­lion

Le joueur, qui sou­haite res­ter ano­nyme, avait quatre chances sur six mil­lions de ti­rer le gros lot

La Montagne (Vichy) - - La Une - Tan­guy Ol­li­vier tan­guy.ol­li­vier@cen­tre­france.com

Un joueur qui sou­haite conser­ver l’ano­ny­mat a ga­gné un mil­lion d’eu­ros en ache­tant un ti­cket de Mil­lion­naire à Mont­lu­çon. Le même bu­ra­liste avait ven­du un ti­cket de Cash à 500.000 eu­ros en avril 2016 !

Si on com­pare au trans­fert à 222 mil­lions d’eu­ros de Ney­mar au PSG, ce n’est qu’une goutte d’eau. Mais pour le ta­bac­presse l’Au­riol de Mont­lu­çon, avoir ven­du un ti­cket qui a rap­por­té un mil­lion d’eu­ros est un vé­ri­table évé­ne­ment.

Une mise mul­ti­pliée par 100.000 !

Cette somme co­los­sale – le plus gros gain pos­sible à un jeu de grat­tage en France – a été rem­por­tée le mar­di 11 juillet. Mais Sé­bas­tien Guibert, le pa­tron du com­merce mont­lu­çon­nais n’a ré­vé­lé l’in­for­ma­tion qu’hier. « Je suis très éton­né d’avoir ven­du un ti­cket ga­gnant de Mil­lion­naire car ce n’est vrai­ment pas le jeu qui part le plus chez moi », confie le bu­ra­liste.

L’heu­reux ga­gnant sou­haite « res­ter le plus ano­nyme pos­sible », a in­di­qué La Fran­çaise des Jeux. On ne sau­ra donc pas ce qu’il a pré­vu de faire avec tout cet ar­gent.

En ache­tant un ti­cket de Mil­lion­naire à 10 eu­ros, il avait quatre chances sur six mil­lions de mul­ti­plier son gain par cent mille.

Sé­bas­tien Guibert, qui s’est ins­tal­lé il y a six ans, n’en re­vient tou­jours pas. « Il a eu une chance in­croyable. C’est la plus grosse somme ja­mais ga­gnée chez moi. »

Le 6 avril 2016, un ti­cket de Cash à 500.000 eu­ros avait dé­jà été ache­té dans son com­merce par une joueuse ré­gu­lière. « Je pense que ça n’ar­rive qu’une fois dans une car­ rière », avait à l’époque, confié Sé­bas­tien Guibert à La Mon­tagne. Per­du !

Le bu­ra­liste af­firme qu’après ce pre­mier gros gain, son com­merce avait connu une af­fluence plus im­por­tante que d’ha­bi­tude « pen­dant en­vi­ron trois mois ».

Ce deuxième coup de chance de­vrait en toute lo­gique lui ap­por­ter un nou­veau re­gain de no­to­rié­té.

« C’est la plus grosse somme ja­mais ga­gnée chez moi » SÉ­BAS­TIEN GUIBERT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.