Ville­neuve traverse les âges

La Montagne (Vichy) - - France & Monde - Ra­phaël Abd El Nour Jus­qu’au 11 oc­tobre, le Pa­lais de To­kyo pro­pose, en col­la­bo­ra­tion avec le Centre des mo­nu­ments na­tio­naux, une ex­po­si­tion hors les murs d’ar­tistes contem­po­rains dans deux lieux em­blé­ma­tiques du pa­tri­moine au­ver­gnat : le châ­teau de Vill

D’abord, il y a l’en­trée dans la pièce. Le re­gard em­brasse tous les ob­jets : pla­fonds dé­co­rés, ta­pis­se­ries du XVe siècle, lustre mo­nu­men­tal. Des élé­ments clas­siques du châ­teau de Ville­neuve­Lem­bron (Puy­de­Dôme, près d’Is­soire). Mais après, l’at­ten­tion plonge dans les dé­tails. Et on re­marque, po­sé sur le mo­bi­lier d’époque, un pe­tit cof­fret tout neuf, dé­co­ré de chiens. Il s’agit en réa­li­té d’une boîte à mu­sique dans la­quelle un pe­tit os tourne.

Cette oeuvre da­tée de 2017 n’est pas sans rap­port avec l’his­ toire du châ­teau. Pour­quoi l’os et les chiens ? Pour faire écho à l’an­cien maître des lieux, Ri­gaud d’Au­reille, ba­ron de Ville­neuve, qui a fait éri­ger le châ­teau entre 1480 et 1500. Son pré­nom si­gni­fie « chien », en vieux fran­çais.

Le par­ti pris de l’ex­po­si­tion « Le monde est em­pli de ré­so­nances » (*) est de faire dia­lo­guer les époques en in­té­grant trois ar­tistes contem­po­raines à la vi­site des salles clas­siques du châ­teau de Ville­neuve­Lem­bron.

Le par­cours gui­dé per­met de com­prendre tous les liens que tissent les oeuvres de Mïr­ka Lu­go­si et Louise Sar­tor avec le châ­teau et son his­toire. Et ils sont nom­breux. La lé­gende de la dame fan­tôme du châ­teau se re­trouve dans les des­sins et les pein­tures des deux ar­tistes.

Les mo­tifs my­tho­lo­giques des murs semblent se té­lé­por­ter vers la mo­der­ni­té et les nou­veaux sup­ports. Dans la chambre de la Ber­gère, une cape si­gnée Mïr­ka Lu­go­si re­prend les plantes et les bois sou­vent re­pré­sen­tés et uti­li­sés dans les fresques his­to­riques du châ­teau. Mais avec le trait fin, sa­ti­né et qua­si oni­rique de l’ar­tiste.

« L’idée est de mon­trer que ces oeuvres contem­po­raines peuvent trou­ver leur place dans un lieu his­to­rique », ex­plique Ir­mine Blaise, guide au châ­teau. « Mais il ne fal­lait pas nuire ni au lieu, ni au tra­vail de ces ar­ tistes. Le dé­fi était de trou­ver un juste équi­libre. » Pour ce­la, les trois ar­tistes sont ve­nues vi­si­ter le mo­nu­ment en fé­vrier 2017.

Dans les salles du rez­de­chaus­sée et du pre­mier étage, les des­sins de Mïr­ka Lu­go­si et les pein­tures de Louise Sar­tor se fau­filent avec élé­gance et in­so­lence entre les cas­se­roles de la cui­sine ou dans les ti­roirs des meubles. « Ça rend très bien et c’est un peu comme un jeu, une énigme. On s’amuse à trou­ver les élé­ments mo­dernes dans chaque salle », juge Ma­rie, ve­nue de la Drôme avec son ma­ri pour vi­si­ter le châ­teau.

Quant aux oeuvres de la troi­sième ar­tiste, la jeune vi­déaste de 31 ans Anne­Char­lotte Fi­nel, leur dis­po­si­tif est to­ta­le­ment dif­fé­rent. Salles sombres, son vrom­bis­sant et constant pour ac­com­pa­gner des vi­déos dé­rou­tantes de pay­sages presque fixes. L’im­mer­sion est to­tale dans une tem­po­ra­li­té qui ma­rie pas­sé et pré­sent.

(*)

MÉ­LANGE. La cape de Mïr­ka Lu­go­si re­prend les mo­tifs de la salle. À sa fa­çon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.