Souvigny dé­voile ses tré­sors his­to­riques 1

Souvigny, c’est un pa­tri­moine ex­cep­tion­nel lié à sa fi­lia­tion à la puis­sante ab­baye de Clu­ny. Vi­site gui­dée au coeur du ber­ceau de la fa­mille des Bour­bons. Église, mu­sée et jar­din : vi­site gui­dée de la plus belle fille de Clu­ny

La Montagne (Vichy) - - Allier Actualité - Textes Ke­vin Las­tique pho­tos Sé­ve­rine Trémodeux

La ville de Souvigny, son ab­ba­tiale tout par­ti­cu­liè­re­ment, re­cèle de tré­sors. Vi­site, en dix pho­tos, dans les pas de Ch­loé Bo­ni­mond, du mu­sée de Souvigny.

In­con­tour­nables Mayeul et Odi­lon. Dans la nef cen­trale de l’église prieu­rale, le tom­beau des saints ab­bés de Clu­ny est l’étape in­con­tour­nable d’une vi­site à Souvigny. Mayeul et Odi­lon sont morts dans la ci­té mé­dié­vale, en 994 et 1049, et y sont en­ter­rés. Le pre­mier, ap­pe­lé par le roi de France Hugues Ca­pet pour ré­for­mer l’ab­baye de Saint­De­nis, meurt en route à Souvigny, à 84 ans. Le se­cond quitte Rome pour ve­nir mou­rir au­près du tom­beau de son père spi­ri­tuel. Leur sain­te­té, et les nom­breux mi­racles consta­tés sur leur tom­beau, fe­ront dès lors af­fluer les pè­le­rins. 2

Sa­pris­ti dans la sa­cris­tie. Le lieu, uti­li­sé par le cler­gé pour se pré­pa­rer avant les of­fices, dif­fére to­ta­le­ment du reste de l’édi­fice, avec son ar­chi­tec­ture et ses dé­cors ba­roques. Construite dans les an­nées 1770, la sa­cris­tie a été sau­ve­gar­dée in­tacte parce qu’elle était « confor­table ». Et que le con­seil mu­ni­ci­pal, après la Ré­vo­lu­tion, avait choi­si le lieu pour te­nir ses réunions. 3

Des ar­ti­sans mou­li­nois à l’oeuvre. La sa­cris­tie en­core, conçue par l’ar­chi­tecte mou­li­nois Eve­zard, mé­rite le dé­tour à elle seule. En plus d’un Ch­rist en ivoire mys­té­rieux, les boi­se­ries du me­nui­sier, lui aus­si mou­li­nois, Pous­set et du sculp­teur Mar­let, in­cor­porent des meubles re­mar­quables. En par­ti­cu­lier, un cha­pier (notre pho­to) dé­dié au ran­ge­ment des vê­te­ments lit­tur­giques, avec ses ti­roirs se­mi­cir­cu­laires. 4

Quand les moines frap­paient la mon­naie. Le prieu­ré de Souvigny a eu un droit de mon­nayage de la fin du XIe siècle jus­qu’en 1321 (date à la­quelle le roi de France le ra­che­ta). Un pri­vi­lège qui ne s’ex­plique que par la pré­sence des re­liques des saints ab­bés de Clu­ny. Dans le tran­sept, un cha­pi­teau re­mar­quable, re­pré­sen­tant les moines frap­pant, pe­sant et met­tant en sac la mon­naie, est là pour le rap­pe­ler. 5

La der­nière de­meure de la fille de Louis XIV. De Louis II à Charles Ier, les tom­beaux des cha­pelles vieille et neuve abritent les ducs de Bour­bon et leurs femmes. C’est le cas d’Anne de Beau­jeu, ré­gente du royaume de France à la mort de son père Louis XI. À ses cô­tés, re­pose no­tam­ment Louise de Bour­bon, fille de Louis XIV et de Ma­dame de Mon­tes­pan. Elle meurt, en 1681, à l’âge de six ans, dans un ac­ci­dent de car­rosse à Bour­bonl’Ar­cham­bault. 6ce Le cloître. Une seule aile, de

cloître go­thique du XVe siècle sub­siste au­jourd’hui. Les autres ga­le­ries cou­vertes, bor­dant le flanc sud de l’église, ont été dé­truites dans un in­ci­dent. Lieu de mé­di­ta­tion, de dé­tente et de pas­sage, en­tou­rant un jar­din, le cloître per­met­tait aux moines de re­joindre les dif­fé­rents es­paces. 7

Les mys­tères de la co­lonne du zo­diaque. C’est le tré­sor du mu­sée de Souvigny. Ce pi­lier ro­man de forme oc­to­go­nale, sculp­té sur cha­cune de ses faces, est tout sim­ple­ment unique au monde.

La co­lonne re­cèle bien des mys­tères. Son em­pla­ce­ment d’ori­gine et son uti­li­sa­tion (sup­port de ca­dran so­laire, base d’un chan­de­lier pas­cal…) di­vi­sant les cher­cheurs. 8le Ex­po­si­tion tem­po­raire. Dans

mu­sée tou­jours, mais à l’étage cette fois­ci, l’ex­po tem­po­raire, Une His­toire de mode, est consa­crée à des joyaux d’un autre temps. Avec no­tam­ment les robes Cour­rège et le style Mon­drian, ty­pique des an­nées 1960. 9

Le pai­sible jar­din du prieu­ré. Dif­fi­cile de conser­ver un jar­din dans son as­pect ori­gi­nal. Ce­lui que l’on peut vi­si­ter ac­tuel­le­ment a été créé en 1995, se­lon un plan tra­di­tion­nel à la fran­çaise. Il ac­cueille cet été plu­sieurs oeuvres ori­gi­nales réa­li­sées pour la ma­ni­fes­ta­tion des bancs­poèmes. 10

Saint-Marc. En­fin, face à l’en­semble prieu­ral, l’an­cienne église du XIIe siècle vaut le coup d’oeil. Saint­Marc est au­jourd’hui un au­di­to­rium où les concerts, ex­po­si­tions et confé­rences s’en­chaînent tout au long de l’an­née.

1 3 5 7 9 2 4 6 8 10

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.