Re­naud La­ville­nie court après le temps

Le Cler­mon­tois en chasse au titre man­quant, à Londres, dès de­main

La Montagne (Vichy) - - Sports Athlétisme - Jean-Phi­lippe Béal

Long­temps re­tar­dé par une bles­sure, Re­naud La­ville­nie, aux ré­sul­tats jusque-là en re­trait de ses am­bi­tions pre­mières, aborde le concours de perche des Mon­diaux, à Londres (qua­li­fi­ca­tions de­main), avec dé­ter­mi­na­tion.

Le Cler­mon­tois Re­naud La­ville­nie s’at­taque de­main (12 h 40), sur son sau­toir presque fé­tiche de Londres, à un vrai dé­fi : en­fin conqué­rir le titre de cham­pion du monde de perche en plein air, le seul qui manque à son pal­ma­rès, alors, une fois n’est pas cou­tume, qu’il n’est pas le fa­vo­ri n°1.

Re­naud, c’est un été per­tur­bé que vous vi­vez, de bon­heur avec la nais­sance de votre pre­mier en­fant mais aus­si de dif­fi­cul­tés spor­tives ? Je sa­vais de­puis un mo­ment que ce joyeux évé­ne­ment al­lait ar­ri­ver à cette pé­riode. Et là, on ne peut pas tout pré­voir ni tout maî­tri­ser, mais dans l’en­semble ça va. D’au­tant que le pri­mor­dial, c’est que tout le monde aille bien. Après, me concer­nant, je di­rais qu’en ce mo­ment, je ne suis pas un gros dor­meur (sou­rire). Au bout de 3­4 jours, je me suis même fait en­gueu­ler parce que j’étais nul à l’en­traî­ne­ment ! Du coup, je n’avais pas le trop choix, dans une se­maine, ce se­ra dif­fé­rent, mais de­puis quelque temps j’es­saye vrai­ment de bien dor­mir en vue de bien me pré­pa­rer.

Dans quel état de forme êtes-vous ? Dans l’ab­so­lu, je ne suis pas trop mal, sauf que je manque de ré­gu­la­ri­té sur le plan phy­sique : il y a des jours où ça va vrai­ment bien, d’autres moins. L’exemple type, c’est qu’alors que je res­tais sur de très bons cham­pion­nats de France (à Mar­seille), j’ai eu le vrai coup de la panne à Mo­ na­co : pas de jambes, à un point qui ne m’est qua­si­ment ja­mais ar­ri­vé de ma car­rière. Et c’est la même chose aux en­traî­ne­ments, à l’image de la se­maine der­nière, où trois jours après une séance que j’ai vite ar­rê­tée parce que rien n’al­lait, j’en ai ef­fec­tué une très bonne ! L’avan­ta­ ge, c’est que je sais que ces fluc­tua­tions peuvent sur­ve­nir. Donc si, à Londres, je sens que je ne suis pas dans un bon jour, il fau­dra, non pas que je ré­vise mes am­bi­tions, mais que je pro­cède à des adap­ta­tions pour faire quelque chose de bien. J’ai de l’ex­pé­rience et j’ai dé­jà mon­tré que je pou­vais trou­ver des clefs pour sau­ter haut même en étant un peu en dé­li­ca­tesse sur le plan phy­sique.

Comment s’est dé­rou­lée votre pré­pa­ra­tion ? Le conte­nu a été chan­gé dans le sens où ma sai­son est com­plè­te­ment dif­fé­rente des autres an­nées. Avec plein de com­po­santes qui font qu’à un mo­ment don­né, on force un peu les choses. Mais ça ne passe pas tou­jours. C’est une sai­son où, à la li­mite, j’au­rais été meilleur à l’en­traî­ne­ment qu’en com­pé­ti­tion.

Dans ces cir­cons­tances, quel est votre ob­jec­tif ? Lors des sai­sons où j’étais bien mieux, sur ces com­pé­ti­tions d’un jour, je me suis quand même fait sou­vent ta­per par le mec qui sor­tait “le” concours de sa sai­son. Alors je me dis qu’il n’y a au­cune rai­son que dans une sai­son com­pli­quée pour être ré­gu­lier, je ne bé­né­fi­cie pas de ça moi non plus. En tout cas, je suis très dé­ter­mi­né : je n’ou­blie rien de ma sai­son jusque­là mais je ne res­sasse rien. Et s’il est clair que je suis loin d’être le fa­vo­ri cette an­née, éti­quette qui re­vient for­cé­ment à Ken­dricks, de là à dire que je suis un to­tal out­si­der, non. Le but, c’est d’al­ler cher­cher ma 5e mé­daille mon­diale. Et une fois à la ba­garre pour le po­dium, tout peut ar­ri­ver. Je n’aborde pas le concours en me di­sant à quelle hau­teur je dois sau­ter : le but c’est juste de faire le meilleur concours pos­sible et, oui, on peut le dire, al­ler plus haut que tout le monde. »

PHO­TO R. BRUNEL

DUO. La­ville­nie et d’En­causse (ici lors du All Star Perche de Cler­mont qui ras­sem­blait dé­jà, dès fé­vrier, l’élite mon­diale de la perche) ont dû adap­ter la pré­pa­ra­tion pour Londres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.