Un air de va­cances au­tour du lac d’Al­lier

Une di­zaine de bars et d’éta­blis­se­ments de res­tau­ra­tion ouvrent du­rant la belle sai­son Loin du tu­multe de la ville, le lac d’Al­lier offre un cadre sin­gu­lier aux bars et res­tau­rants ins­tal­lés sur les berges. Les consom­ma­teurs ne se font pas prier pour en p

La Montagne (Vichy) - - La Une - Yann Ter­rat vichy@cen­tre­france.com

AF­FLUENCE. Dès les beaux jours, Vi­chys­sois et tou­ristes se donnent ren­dez­vous sur les berges de l’Al­lier pour pro­fi­ter des nom­breux bars et res­tau­rants.

BU­CO­LIQUE. Les uni­vers spé­ci­fiques à chaque éta­blis­se­ment at­tirent une clien­tèle va­riée, dans une am­biance de va­cances hors du temps.

La chef cuis­tot Mar­lène, à La Ro­tonde, est bien pla­cée pour par­ler du lac d’Al­lier : cette masse d’eau qui en­toure son éta­blis­se­ment. « Ce que je sais, ce sont les clients qui me l’ont ra­con­té. L’eau a des ver­tus apai­santes, ex­plique celle qui di­rige La table de Mar­lène. Ici, nous sommes comme sur un ba­teau, l’im­pres­sion d’être hors du temps à deux pas seule­ment du cen­tre­ville. »

Comme pour mieux illus­trer son pro­pos, elle dé­gaine son por­table pour mon­trer les der­niers cli­chés qu’elle a pris du lac. Sur les pho­tos de cou­cher de so­leil, les cou­leurs tirent sur le rouge et le rose. Comme un ta­bleau chan­geant au fil des sai­sons, « les nuances des arbres se re­flètent sur l’eau et ne sont ja­mais les mêmes ». Une eau comme une se­conde peau, une iden­ti­té propre : lorsque la chef s’ins­talle en 2009, elle oriente ins­tinc­ti­ve­ment sa carte vers les pois­sons et une cui­sine pro­ven­çale, plus lé­gère.

Un cadre tro­pé­zien

Comme chez Mar­lène, pour la di­zaine d’éta­blis­se­ments de bar et res­tau­ra­tions, qui ont « pi­gnon sur lac », la vie a aus­si ce par­fum de lé­gè­re­té, cette pe­tite sa­veur de va­cances. Un havre de paix, loin du tu­multe, somme toute re­la­tif du centre­ville, que le pu­blic ap­pré­cie lorsque les beaux jours font leur ap­pa­ri­tion. Des Vi­chy­sois aux pre­miers mois de la sai­son, aux­quels, en­suite se mêlent les tou­ristes. La clien­tèle lo­cale re­prend pos­ses­sion des lieux, à par­tir de sep­tembre.

Quel que soit le client, dans les tro­quets, les te­nan­ciers constatent, amu­sés, le même scé­na­rio. « Les places au bord de l’eau sont prises d’as­saut, c’est à croire que cer­tains vou­draient même s’as­seoir sur le lac », s’amuse Florent, qui re­pren­dra le bar, Le Mi­rage, la sai­son pro­chaine.

Pour le jeune en­tre­pre­neur de 27 ans, le choix d’un tel em­pla­ce­ment est évident. « C’est un cadre à la Saint­Tro­pez, ici, nous ne sommes plus en ville », ex­plique­t­il. Comme la plu­part des pro­fes­sion­nels, le fu­tur gé­rant sou­ligne la qua­li­té des amé­na­ge­ments des berges, où les pro­me­neurs af­fluent sans dis­con­ti­nuer, cer­tains jours. « Cette af­fluence, pour nous est pri­mor­diale, ana­lyse Xa­vier Qui­lis, du res­tau­rant Les Planches. Grâce à la re­nom­mée des berges et au lac, nous n’avons plus à nous sou­cier de faire ve­nir les gens chez nous. Nous nous concen­trons sur l’ac­cueil. »

Le Ta­hi­ti, les Planches, Le Mi­rage, le Bar de la plage des Cé­les­tins, le Bun­ga­low cô­té Vichy, Chez Mé­mère, Chez Yoyo et l’At­mo­sphère cô­té Bel­le­rive : les éta­blis­se­ments surfent sur l’image pour se dif­fé­ren­cier. Et si, d’un com­mun ac­cord du cô­té des pro­fes­sion­nels, « il y a de la place pour tout le monde », cha­cun joue sa carte pour plaire ou col­ler à un pro­fil type. Des cou­leurs bleues et blanches aux Ca­no­tiers en pas­sant par les tran­sats et l’am­biance lounge au Mi­rage, les éta­blis­se­ments s’ins­pirent le plus souvent des thé­ma­tiques des va­cances et de l’eau, bien évi­dem­ment.

Le lac d’Al­lier, bien plus qu’un cadre pour les éta­blis­se­ments, une vé­ri­table in­fluence.

PHO­TO EME­RIC ENAUD

PHO­TO EME­RIC ENAUD

FAR­NIENTE. Pour les consom­ma­teurs, boire un verre au bord de l’eau est sy­no­nyme de mo­ment pri­vi­lé­gié.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.