Bolt n’ar­rache que le bronze pour sa der­nière grande fi­nale du 100 mètres

Le sprin­teur ja­maï­cain a été bat­tu par l’Amé­ri­cain sur 100 m, hier soir, à Londres

La Montagne (Vichy) - - La Une -

Un ul­time ré­ci­tal sur 4 x 100 m pour Bolt

Coup de ton­nerre sur Londres : la su­per­star du sprint Usain Bolt qui a fi­ni troi­sième, a ra­té ses adieux avec le 100 m en étant pri­vé d’un ul­time titre mon­dial par le ma­lai­mé Jus­tin Gat­lin, re­ve­nu d’une sus­pen­sion de quatre ans pour do­page.

Le mo­nu­ment de l’ath­lé­tisme, seule­ment 3e der­rière Gat­lin (9”92) et l’Amé­ri­cain Ch­ris­tian Co­le­man (9”94) dans un chro­no de 9”95, a donc vu la grande fête pro­mise gâ­chée par un cou­reur au pas­sé sul­fu­reux, qui ajoute à son ca­sier un crime de lèse­ma­jes­té dans l’en­ceinte sur­chauf­fée du stade olym­pique.

Le Ja­maï­cain de 30 ans jouait sa ré­pu­ta­tion, celle d’un ath­lète hors du com­mun ayant mar­qué l’his­toire de son sport. Il sa­vait qu’un re­vers pour sa der­nière ap­pa­ri­tion sur la ligne droite au­rait for­cé­ment fait tache. Le coup de grâce est ar­ri­vé par la faute de Gat­lin, que per­sonne sou­hai­tait se­crè­te­ment voir re­ve­nir au som­met.

« Je suis res­té très concen­tré, après tout ça j’ai réus­si à ga­gner, c’est in­croyable, Usain a tel­le­ment ap­por­té à notre sport, il nous a tel­le­ment ins­pi­rés, et d’être ici à ce mo­ment de ma car­rière c’est énorme. Est­ce que je mé­rite ces huées, ce n’est pas à moi de le dire », a lâ­ché Gat­lin. Le monde de l’ath­lé­tisme au­rait vou­lu un autre pas­sage de té­moin au mo­ment où sa plus grande ve­dette, au CV propre et sans le moindre soup­çon, a dé­ci­dé de rac­cro­cher les pointes. Le contraste était d’ailleurs sai­sis­sant entre le bain de foule au­quel a eu droit Bolt et la sor­tie presque en catimini et sous les sif­flets de Gat­lin, qui a mis fin à une in­vin­ci­bi­li­té de 9 ans du Ja­maï­cain en grande com­pé­ti­tion.

Au­teur d’un dé­part mé­diocre, l’oc­tuple cham­pion olym­pique n’a ja­mais vrai­ment maî­tri­sé la course et son re­tour a été trop tar­dif pour em­pê­cher Gat­lin de l’em­por­ter de peu. L’homme le plus ra­pide du monde (9”58 sur 100 m, 19”19) crai­gnait pour sa mise en ac­tion, après avoir pes­té contre des star­ting­blocks pas as­sez fermes à son goût, la veille à l’is­sue des sé­ries. Il n’a pas eu à trou­ver d’ex­cuses après cet échec cruel mais fi­na­le­ment lo­gique au vu de sa forme.

Le Roi est donc tom­bé mais ce ré­gi­cide n’a pas al­té­ré le sou­rire éter­nel de ce­lui qui res­te­ra, quoi qu’il en soit, le plus grand sprin­teur de tous les temps. Bolt n’est plus ce­lui qui écra­sait tout sur son pas­sage avec des chro­ nos ve­nus d’ailleurs mais ce dé­noue­ment a fi­na­le­ment des al­lures de sou­la­ge­ment pour un spor­tif qui a dé­dié sa vie à son sport dès le plus jeune âge.

« Je suis dé­so­lé de ne pas avoir pu ter­mi­ner sur une vic­toire, mais je vous re­mer­cie pour votre sou­tien », a lan­cé à la foule ce­lui qui a tout de même été le hé­ros de la soi­rée, même dans la dé­faite, et qui, beau joueur, a of­fert une ac­co­lade de bonne grâce à son bour­reau.

Même dans la tris­tesse, Bolt a fait son show, pre­nant des sel­fies avec le pu­blic, dra­pé du dra­peau ja­maï­cain, et exé­cu­tant son fa­meux geste de l’Eclair à sa­tié­té, pour le plus grand bon­heur du pu­blic lon­do­nien. La lé­gende du sprint a sor­ti sa pa­no­plie pour com­mu­nier une der­nière fois avec les spec­ta­teurs.

Avant la re­traite do­rée qui l’at­tend, Bolt a pré­vu un ul­time ré­ci­tal sur le re­lais 4 x 100 m dont la fi­nale au­ra lieu le 12 août. Nul doute qu’il au­ra à coeur de quit­ter dé­fi­ni­ti­ve­ment la scène sur un der­nier sacre. Pour res­ter fi­dèle à sa lé­gende.

HOM­MAGE. A l’ar­ri­vée, Gat­lin, comme un sym­bole s’est in­cli­né de­vant Bolt.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.