Quinze mois ferme pour le cam­brio­leur

Après un vol avec ef­frac­tion com­mis en pleine rue à Riom

La Montagne (Vichy) - - Région Faits Divers - Ch­ris­tian Le­fèvre

« Quinze mois de pri­son alors que je n’ai rien fait ? ».

En ap­pre­nant la peine à la­quelle ve­nait de le condam­ner le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Cler­montFer­rand, ce pré­ve­nu au co­pieux ca­sier ju­di­ciaire a mis quelques mi­nutes avant de réa­li­ser qu’il pre­nait en­core une fois le che­min de la dé­ten­tion.

Ju­gé en com­pa­ru­tion im­mé­diate, An­to­nio Viei­ra, 52 ans et dé­jà trente fois condam­né, de­vait cette fois s’ex­pli­quer sur un vol avec ef­frac­tion com­mis à Riom, fin juillet, vers 2 heures du ma­tin.

Mais l’homme a im­mé­dia­te­ment nié toute im­pli­ca­tion dans ce cam­brio­lage, per­pé­tré dans une mai­son d’ha­bi­ta­tion pro­vi­soi­re­ment in­oc­cu­pée. Bu­tin : un vase chi­nois en por­ce­laine, une tête maya en terre cuite, la sculp­ture d’un lion en bois et un thang­ka boud­histe, Rien n’a été re­trou­vé. Contrô­lé d’abord par la po­lice dans une rue voi­sine, puis in­ter­pel­lé un peu plus tard, chez lui, à cinq cents mètres de la mai­son cam­brio­lée, il a ex­pli­qué s’être trou­vé de­hors, cette nuit­là, « par ha­sard ». « J’ai pas­sé toute la soi­rée dans un parc, juste à cô­té, à dis­cu­ter avec quatre tou­ristes. On a bu des bières et je suis ren­tré chez moi. C’est là que j’ai été contrô­lé. Mais je n’ai vrai­ment rien à voir avec ce vol ! ».

Loïc Ey­ri­gnac, re­pré­sen­tant le mi­nis­tère pu­blic, n’a pas cru un ins­tant à cette ver­sion « constam­ment confuse » et re­quis une peine de dix­huit mois, avec main­tien en dé­ten­tion. Pour la dé­fense, Me Ca­ro­line Hus­sar a es­ti­mé que « l’en­quête de po­lice ne contient pas le moindre élé­ment à charge » sus­cep­tible d’in­cri­mi­ner son client.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.