Le re­mo­de­lage de l’ou­vrage est amor­cé

Après l’abais­se­ment du ni­veau de l’eau, la remontée des sé­di­ments sur la par­tie amont a dé­bu­té

La Montagne (Vichy) - - Dossier Barrage De Poutès - Lio­nel Cio­chet­to lio­nel.cio­chet­to@cen­tre­france.com

Les en­gins de chan­tier sont en ac­tion en Haute-Loire sur la re­te­nue abais­sée du bar­rage de Pou­tès, prin­ci­pal obs­tacle à la mi­gra­tion des sau­mons du haut Al­lier.

De­puis la mi­juin, le ni­veau de l’eau a été abais­sé de huit mètres sur la re­te­nue du bar­rage de Pou­tès (Haute­Loire). Une pre­mière étape et un abais­se­ment in­dis­pen­sable afin de per­mettre aux énormes en­gins de chan­tier de dé­bu­ter la remontée des sé­di­ments. Cette fois, pas de doute, les tra­vaux ont bien dé­bu­té. « Il fal­lait com­men­cer par sé­cher les sé­di­ments en quelque sorte », ex­plique Syl­vain Le­cu­na, chef de pro­jet Al­lier à EDF.

D’ailleurs, les en­gins ont été équi­pés pour cer­tains de che­nilles spé­ci­fiques, d’une très grande lar­geur (1,40 mètre par che­nille) afin d’évi­ter aux lourds en­gins de s’en­li­ser sur un sol en­core mou.

Re­mon­ter les sé­di­ments

De­puis plu­sieurs se­maines, ces en­gins de tra­vaux pu­blics sont dé­jà en ac­tion sur le site.

Il a d’abord fal­lu réa­li­ser une pla­te­forme ca­pable d’ac­cueillir la lo­gis­tique et pou­voir sto­cker les en­gins pour toute la du­rée du chan­tier – six an­nées au to­tal – à proxi­mi­té. Un che­min a été amé­na­gé pour fa­ci­li­ter leur ac­cès et leur per­mettre de re­mon­ter.

Une voie d’ac­cès qui a per­mis de dé­bu­ter la deuxième étape du chan­tier : la réa­li­sa­tion d’un mer­lon pour sto­cker les sé­di­ments. Une sorte de bas­sin, avec une im­mense digue en bor­dure, a ain­si été amé­na­gé et les pre­miers sé­di­ments ont été en­le­vés, sur la par­tie amont de la re­te­nue abais­sée.

« Ces tra­vaux de remontée des sé­di­ments vont s’éta­ler sur deux étés, cette an­née et en 2018. Nous in­ter­ve­nons l’été car le cours de l’Al­lier est na­tu­ rel­le­ment plus bas et il y a moins de risques de crues ma­jeures », pour­suit Syl­vain Le­cu­na. Mais l’ob­jec­tif prin­ci­pal de cette remontée des sé­di­ments sur les berges hautes de la re­te­nue est d’abord lié à la vi­dange to­tale, pro­gram­mée, elle, pour l’été 2019.

« Il faut ab­so­lu­ment re­ti­rer ces sé­di­ments pour évi­ter qu’ils ne partent à l’aval de l’ou­vrage lors de la vi­dange to­tale ». Pour l’ins­tant, une « pe­tite » re­te­nue d’en­vi­ron 40.000 m3 reste main­te­nue de­vant le bar­rage.

L’im­mense ma­jo­ri­té des pois­sons conte­nus – les sal­mo­ni­dés sont dé­jà re­mon­tés – a fait l’ob­jet d’une pêche par des pro­fes­sion­nels et a été dé­ver­sée dans des por­tions de l’Al­lier à l’aval clas­sées en deuxième ca­té­go­rie.

L’opé­ra­tion a été me­née conjoin­te­ment avec la Fé­ dé­ra­tion de pêche de la Haute­Loire.

Cette re­te­nue qui s’étire sur en­vi­ron 450 mètres, au lieu des 3,5 km lorsque le bar­rage est plein, jus­qu’à Pont­d’Al­ley­ras, se­ra en­tiè­re­ment vi­dan­gée du­rant l’été 2019. Une étape là aus­si né­ces­saire pour en­ta­mer les tra­vaux sur l’ou­vrage, pour pou­voir en­suite le ra­bais­ser. La hau­teur d’eau dans la re­te­nue pas­se­ra ain­si de dix­sept mètres à moins de cinq mètres.

« Ex­pé­ri­men­tal »

Tous ces tra­vaux de remontée des sé­di­ments ont fait craindre pour la qua­li­té de l’eau de l’Al­lier, no­tam­ment en aval. Des études sont réa­li­sées en conti­nu. Le chan­tier doit par­fois s’ar­rê­ter et les mé­thodes de tra­vail re­vues pour res­ter en des­sous des seuils dé­fi­nis au préa­lable.

« L’en­semble du chan­tier a un ca­rac­tère très ex­pé­ri­men­tal », convient Syl­vain Le­cu­na. « Il faut sans cesse tes­ter dif­fé­rentes fa­çons de tra­vailler et s’adap­ter. Mais le pha­sage du chan­tier reste main­te­nu ».

Ces tra­vaux se­ront fi­nis dé­but sep­tembre et la re­te­nue se­ra remontée à sa côte nor­male.

PHO­TO EDF

SÉ­DI­MENTS. Une pelle mé­ca­nique tra­verse le cours de l’Al­lier, qui a re­trou­vé son an­cien lit, pour al­ler cher­cher des sé­di­ments sur la berge op­po­sée et les ra­me­ner en rive droite où un es­pace a été amé­na­gé pour les sto­cker. Les tra­vaux sont me­nés cet été sur la par­tie amont de la re­te­nue abais­sée, là où les sé­di­ments sont les plus im­por­tants. Tout ce­la pour évi­ter qu’ils ne des­cendent en aval du bar­rage lors de la vi­dange to­tale pré­vue, elle, en 2019.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.