Les sau­mons passent en moins de quatre heures... contre vingt jours

La Montagne (Vichy) - - Dossier Barrage De Poutès -

« Amé­lio­rer la conti­nui­té éco­lo­gique »

EDF s’y était en­ga­gé : le ni­veau de la re­te­nue de Pou­tès a été spé­cia­le­ment abais­sé au prin­temps afin de fa­vo­ri­ser la dé­va­lai­son des sau­mons sau­vages.

Un abais­se­ment de six mètres en­vi­ron, en mar­sa­vril, avant une remontée du ni­veau pour un nou­vel abais­se­ment in­ter­ve­nu au mois de juin, à moins de huit mètres cette fois, pour le lan­ce­ment des tra­vaux.

Cet abais­se­ment tem­po­raire a per­mis à la re­te­nue de pas­ser de 3,5 km de lon­gueur quand le bar­rage est en eau à seule­ment un ki­lo­mètre, tout en pour­sui­vant la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té.

Pour confor­ter au maxi­mum la des­cente, un exu­toire pro­vi­soire a été amé­ na­gé sur l’une des vannes de crues de l’ou­vrage. « Cet exu­toire se vou­lait le plus ef­fi­cace pos­sible avec une passe d’en­vi­ron deux mètres de lar­geur », ex­plique Syl­vain Le­cu­na. Une lame d’eau d’en­vi­ron 70 cm a été main­te­nue pour as­su­rer aux sau­mons de pou­voir pas­ser sans se bles­ser.

Pour quan­ti­fier et me­su­rer l’ef­fi­ca­ci­té de cet abais­se­ment de la re­te­nue et des amé­na­ge­ments sur la dé­va­lai­son, des jeunes sau­mons ont été cap­tu­rés en amont de Pou­tès.

Ils ont été mar­qués avec un mi­nus­cule émet­teur acous­tique. Des cap­teurs ont été po­si­tion­nés en amont et en aval de la re­te­nue pour pou­voir en­sui­ te suivre avec pré­ci­sion le tra­jet des jeunes sau­mons sau­vages et per­mettre d’étu­dier leur com­por­te­ment.

Et les ef­fets ont été à la hau­teur. « Ce­la à mon­tré des ré­sul­tats ex­tra­or­di­naires. Au­pa­ra­vant, les sau­mons qui des­cen­daient met­taient en moyenne vingt jours à pas­ser l’ou­vrage. Ils se rap­pro­chaient du bar­rage, puis re­par­taient, re­ve­naient… Là, le temps moyen a été ra­me­né à 3,6 heures. Ce temps de dé­va­lai­son a été di­vi­sé par 132. »

Grâce à l’abais­se­ment, les sau­mons se perdent moins dans la re­te­nue et trouvent plus fa­ci­le­ment la passe pro­vi­soire pour des­cendre en ar­ri­vant de­vant l’exu­toire.

L’étude me­née sur les sau­mons mar­qués se fait dans le cadre du pro­jet Am­ber. Un pro­jet eu­ro­péen vi­sant à mieux connaître le pas­sage des sau­mons dans les ou­vrages.

« Le pro­gramme a pour ob­jec­tif d’amé­lio­rer la conti­nui­té éco­lo­gique et ré­duire les im­pacts cau­sés par les bar­rages. Am­ber s’in­té­resse en par­ti­cu­lier à la car­to­gra­phie des ou­vrages exis­tants ou ef­fa­cés, et à l’amé­lio­ra­tion et l’adap­ta­tion des me­sures d’ex­ploi­ta­tion des autres ou­vrages, en consi­dé­ra­tion des be­soins du mi­lieu. » EDF par­ti­cipe à ce pro­jet aux cô­tés d’une ving­taine de par­te­naires, dont le Con­ser­va­toire na­tio­nal du sau­mon sau­vage, et de onze pays dif­fé­rents.

PHO­TO EDF

DES­CENTE. Un exu­toire pro­vi­soire, sur le cô­té d’une vanne de crue, a été amé­na­gé au prin­temps pour lais­ser des­cendre les sau­mons.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.