Al­gé­si­ras sur haute fré­quence

Chaque été en­traîne tou­jours plus d’ac­ti­vi­té por­tuaire entre l’Es­pagne et l’Afrique du Nord

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Cet été, près de trois mil­lions de per­sonnes tran­si­te­ront par l’Es­pagne pour at­teindre l’Afrique du Nord. Ces pas­sages re­pré­sentent l’une des plus grandes mi­gra­tions sai­son­nières d’Eu­rope. Se­lon la Pro­tec­tion ci­vile es­pa­gnole, le port an­da­lou d’Al­gé­si­ras en­re­gis­tre­ra pro­ba­ble­ment un nou­veau re­cord de fré­quen­ta­tion du­rant la sai­son.

Les voya­geurs des­cendent de France, de Bel­gique ou d’Ita­lie, dans l’ob­jec­tif de re­joindre leur pays d’ori­gine en Afrique du Nord. Nombre d’entre eux n’hé­sitent pas à par­cou­rir 2.000 km pour at­teindre le port es­pa­gnol d’Al­gé­si­ras, ville an­da­louse de 120.000 ha­bi­tants. Dès qu’on s’ap­proche du Sud en rou­lant sur l’au­to­route, les pan­neaux de si­gna­li­sa­tion in­diquent la des­ti­na­tion en arabe.

Comment ca­na­li­ser au­tant de tra­ver­sées en si peu de temps ? L’opé­ra­tion « Pas­sage du dé­troit » de Gi­bral­tar mo­bi­lise du cô­té es­pa­gnol près de 13.000 po­li­ciers, gardes ci­vils, tra­duc­teurs et bé­né­voles de la Croix­Rouge. L’an­née der­nière, la Pro­tec­tion ci­vile es­pa­gnole avait en­re­gis­tré 2,8 mil­lions de pas­sages dans les deux sens. Cette an­née pour­rait connaître un nou­veau re­cord.

Deux jours en plein so­leil

L’or­ga­ni­sa­tion au­tour du port a chan­gé. Il a fal­lu qu’il se mo­der­nise. Un voya­geur de 36 ans, qui pa­tiente sur un par­king du port, té­moigne : « Il y a trente ans, c’était in­sa­lubre. On at­ten­dait deux jours en plein so­leil pour em­bar­quer, et ça bou­chon­nait jus­qu’à l’ex­té­rieur d’Al­gé­si­ras. Main­te­nant, il y a des agents qui nous parlent en fran­çais et on est gui­dés jus­qu’au bout. »

Mal­gré les amé­lio­ra­tions sur les in­fra­struc­tures, le tra­jet reste long et dur pour tout ce monde qui pa­tiente à l’ombre des vé­hi­ cules en at­ten­dant l’em­bar­que­ment. Cer­tains ont même fait le tra­jet en bus. « On a le dos cas­sé pour dor­mir. Mais je n’avais pas le choix, j’ai re­gar­dé à la der­nière mi­nute et il n’y avait plus de billets d’avion », dé­clare Ha­mid Ha­fid, un homme d’une cin­ quan­taine d’an­nées en pro­ve­nance d’Agen, dans le sud de la France.

Si le voyage al­ler semble la­bo­rieux, que dire du re­tour en août et jus­qu’à la mi­sep­tembre ? La sé­cu­ri­té se­ra ren­for­cée pour pré­ve­nir tout risque d’im­mi­gra­tion clan­des­tine et de me­nace ter­ro­riste. Pour me­ner à bien cette opé­ra­tion, une cin­quan­taine d’agents de seize autres pays d’Eu­rope se­ront mo­bi­li­sés.

La sai­son es­ti­vale marque un ren­for­ce­ment des contrôles, et le com­merce en pâ­tit for­cé­ment. Pen­dant les jours de pointe, la prio­ri­té est don­née au tran­sit des pas­sa­gers tan­dis que les ca­mions de mar­chan­dises passent au se­cond plan en at­ten­dant que la cir­cu­la­tion se flui­di­fie.

Ce sur­plus de fré­quen­ta­tion a aus­si son lot d’avan­tages, puisque la sai­son es­ti­vale per­met la créa­tion d’em­plois tem­po­raires. À Al­gé­si­ras, 28.000 em­plois dé­pendent di­rec­te­ment de l’ac­ti­vi­té liée au port, et plus de 200 in­té­ri­maires en cos­tume jaune fluo aident à la cir­cu­la­tion. Une au­baine pour cer­tains, comme Isa­bel Co­rales, une étu­diante en ad­mi­nis­tra­tion et fi­nances, qui y voient l’oc­ca­sion d’éco­no­mi­ser un peu d’ar­gent avant la ren­trée. La jeune femme ac­com­plit ce tra­vail sai­son­nier de­puis cinq ans, ce qui lui per­met de payer les frais d’ins­crip­tion à son uni­ver­si­té.

PHO­TO AFP

TRA­VER­SÉE. Pen­dant les jours de pointe, la prio­ri­té est don­née au tran­sit des pas­sa­gers ve­nus de toute l’Eu­rope pour tra­ver­ser la Mé­di­ter­ra­née tan­dis que les ca­mions de mar­chan­dises passent au se­cond plan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.