La tête sous l’eau, mais sur les épaules

9e place en so­lo pour Eve Pla­neix

La Montagne (Vichy) - - Sports - Etienne Pin

À seule­ment 16 ans, la Puy­dô­moise a dé­cro­ché une pro­met­teuse 9e place aux Mon­diaux de Bu­da­pest, il y a deux se­maines.

C’est avec fier­té qu’Eve Pla­neix a por­té haut les cou­leurs de la France, ri­va­li­sant avec les meilleures na­geuses du monde alors qu’elle n’est en­core que ju­nior. Un par­cours exem­plaire, em­preint de pré­co­ci­té, sur le­quel la cham­pionne est re­ve­nue.

La jeune fille dé­couvre la dis­ci­pline à l’âge de 8 ans, las­sée de voir son frère ga­gner toutes les mé­dailles de la fa­mille. Très vite, son ta­lent in­ter­pelle le pôle de Sète (alors l’un des meilleurs de France), puis la Fé­dé­ra­tion. Sa mère se sou­vient : « Ils se sont dits “mais d’où elle sort cette pe­tite ?” » C’est donc sur les bancs ­ et dans les bas­sins ­ de l’IN­SEP qu’Eve conti­nue sa pro­gres­sion, de­puis l’an­née der­nière.

Au sein de l’ins­ti­tu­tion, elle ren­contre sa par­te­naire et amie Mau­reen Jens­kin, avec qui elle cô­toie les som­mets dans les ca­té­go­ries jeunes. Co­équi­pières en duo, « ri­vales » en so­lo, les places pour re­pré­sen­ter la France sont rares et chères. Mais la concur­rence reste un mo­teur pour la na­geuse. « La concur­rence fait avan­cer, puis c’est une concur­rence saine. »

Avec Pa­ris 2024 en ligne de mire

Ar­ri­ver à un tel ni­veau si jeune, ce­la im­plique des sa­cri­fices. L’em­ploi du temps est char­gé : « J’ai 5 heures et de­mie d’en­traî­ne­ment par jour. Et le week­end c’est souvent plus de 7 heures. » À cô­té de ce­la, les cours passent souvent au se­cond plan. La jeune fille le re­con­naît : « Ma prio­ri­té, c’est la na­ta­tion syn­chro­ni­sée. J’es­saie d’orien­ter mes études pour qu’elles ne gênent pas ma pro­gres­sion, qui de­mande énor­mé­ment d’in­ves­tis­se­ments. »

Dif­fi­cile, en ef­fet, de me­ner de front sa car­rière spor­tive et ses études. Pour­tant, l’IN­SEP place au coeur de son pro­gramme le « double pro­jet ». La na­geuse a plei­ne­ment conscience qu’en l’ab­sence d’un sta­tut pro­fes­sion­nel en France, il est es­sen­tiel de pré­pa­rer l’ave­nir dès main­te­nant. Ses pa­rents veillent aus­si à le lui rap­pe­ler. Mais, pour l’ins­tant, l’ob­jec­tif prin­ci­pal d’Eve Pla­neix est bel et bien spor­tif, et de taille : re­pré­sen­ter son pays pour les JO à la mai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.