La piste ter­ro­riste re­te­nue

Il vou­lait « com­mettre un at­ten­tat contre un mi­li­taire »

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

L’homme mu­ni d’un cou­teau ayant for­cé un contrôle de sé­cu­ri­té à la tour Eif­fel, sa­me­di soir, a af­fir­mé, lors de sa garde à vue, qu’il vou­lait com­mettre un at­ten­tat.

Il dit avoir vou­lu s’en prendre à un mi­li­taire : la sec­tion an­ti­ter­ro­riste du par­quet de Pa­ris s’est sai­sie de l’en­quête sur l’homme, ad­mis en psy­chia­trie mais en per­mis­sion de sor­tie, qui a bran­di sa­me­di soir un cou­teau au pied de la tour Eif­fel en criant « Allah Ak­bar ». Il n’y a pas eu de vic­time. L’en­quête est ou­verte pour « as­so­cia­tion de mal­fai­teurs ter­ro­riste en vue de com­mettre des crimes d’at­teinte aux per­sonnes » et « ten­ta­tives d’as­sas­si­nat sur per­sonnes dé­po­si­taires de l’au­to­ri­té pu­blique ».

Dans un pre­mier temps, le par­quet de Pa­ris n’avait pas re­te­nu la piste ter­ro­riste. Mais le sus­pect, un Fran­çais, né en août 1998 en Mau­ri­ta­nie, a af­fir­mé en garde à vue qu’« il vou­lait com­mettre un at­ten­tat contre un mi­li­taire et était en lien avec un membre du groupe dji­ha­diste État is­la­mique qui l’au­rait en­cou­ra­gé à pas­ser à l’acte », se­lon une source proche de l’en­quête. Il avait été condam­né en dé­cembre 2016 à quatre mois de pri­son as­sor­tis d’un sur­sis avec mise à l’épreuve pen­dant deux ans pour apologie du ter­ro­risme et me­naces de mort.

Hos­pi­ta­li­sé en psy­chia­trie

Les pre­mières in­ves­ti­ga­tions ont mis en lu­mière sa per­son­na­li­té très fra­gile. Il était hos­pi­ta­li­sé dans un ser­vice psy­chia­trique de­puis plu­sieurs mois et sa me­sure d’hos­pi­ta­li­sa­tion avait été re­nou­ve­lée le 27 juillet pour six mois, d’après la source proche de l’en­quête. Il était en per­mis­sion de sor­tie du 4 au 6 août.

Sa­me­di soir, peu avant mi­nuit, l’homme a fran­chi un pre­mier por­tique en bous­cu­lant un agent de sé­cu­ri­té d’un coup d’épaule. Il a en­suite sor­ti un cou­teau en criant « Allah Ak­bar ». Des mi­li­taires de l’opé­ra­tion Sen­ti­nelle lui ont alors or­don­né de po­ser son cou­teau à terre. Il s’est exé­cu­té sans op­po­ser de ré­sis­tance et a été im­mé­dia­te­ment in­ter­pel­lé.

Eva­cua­tion du site

Après l’in­ci­dent, « les forces de po­lice pré­sentes sur place ont pro­cé­dé à une vé­ri­fi­ca­tion com­plète du site et ont de­man­dé son éva­cua­tion vers mi­nuit trente », soit un quart d’heure avant l’heure ha­bi­tuelle, a in­di­qué la So­cié­té d’ex­ploi­ta­tion de la tour Eif­fel (SETE) dans un com­mu­ni­qué pu­blié dans la nuit de sa­me­di à di­manche, sans pré­ci­ser le nombre de vi­si­teurs pré­sents sur le site.

Di­manche ma­tin, la tour Eif­fel a rou­vert ses portes « nor­ma­le­ment » à 9 heures, a pré­ci­sé la SETE.

Le mo­nu­ment ar­bo­rait sa­me­di les cou­leurs du PSG pour « sa­luer l’ar­ri­vée » de l’at­ta­quant­star bré­si­lien Ney­mar à Pa­ris.

De­puis jan­vier 2015, la France est vi­sée par une vague d’at­ten­tats dji­ha­distes qui a fait au to­tal 239 morts, les der­niers vi­sant tout par­ti­cu­liè­re­ment les forces de l’ordre.

AFP

TOUR EIF­FEL. Quelques heures après son éva­cua­tion, sa­me­di soir, le mo­nu­ment a rou­vert ses portes hier ma­tin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.