Ce que les thermes doivent à l’His­toire

La Montagne (Vichy) - - Vichy Vivre Sa Ville -

Avec la fin de l’em­pire ro­main et les in­va­sions bar­bares, Vi­chy perd de sa re­nom­mée et son ac­ti­vi­té.

Dans ce qui est de­ve­nue une pe­tite bour­gade bour­bon­naise du centre de la France, les eaux re­font par­ler d’elles en 1605, avec la créa­tion par Hen­ri IV d’une sur­in­ten­dance des eaux. Une mai­son du Roy, éta­blis­se­ment ther­mal équi­pé de bai­gnoires, est créée.

Plus tard, une grande fi­gure va ve­nir « prendre les eaux à Vi­chy » et leur don­ner des lettres de no­blesse : la mar­quise de Sé­vi­gné. Cu­riste en 1676 et 1677, elle po­pu­la­rise les bains et les prises d’eau dans ses lettres. Les eaux de Vi­chy, en la gué­ris­sant d’une fâ­cheuse pa­ra­ly­sie des mains, lui per­mettent même de re­trou­ver l’usage de sa plume. En 1785, ce sont cette fois­ci les filles de Louis XV et tantes de Louis XVI, Vic­toire et Adé­laïde, qui viennent en cure à Vi­chy. Elles sont à l’ori­gine de la dé­ci­sion de construire un pre­mier éta­blis­se­ment ther­mal digne de ce nom, et don­ne­ront par ailleurs leur nom à l’al­lée Mes­dames, l’ave­nue re­liant en­core au­jourd’hui Vi­chy à Cus­set. Entre 1814 et 1830, la du­chesse d’An­gou­lême, fille de Louis XVI, fait six cures à Vi­chy.

Puis, c’est évi­dem­ment la dy­nas­tie Na­po­léon qui va mar­quer du­ra­ble­ment l’his­toire de Vi­chy et de ses thermes. En 1799, Le­ti­zia Na­po­léon, mère de Na­po­léon Ier, ef­fec­tue une cure à Vi­chy avec son fils Louis, frère de ce­lui qui de­vien­dra em­pe­reur cinq ans après. Sur­tout, entre 1861 et 1866, Na­po­léon III (le fils… de Louis) se rend à Vi­chy à cinq re­prises. Ses ve­nues contri­buent à mettre en lu­mière une ville alors peu­plée de 3.000 ha­bi­tants. L’âge d’or de Vi­chy dé­bute.

PA­VILLON SÉ­VI­GNÉ. La mar­quise y au­rait sé­jour­né pen­dant ses cures.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.