Le grand soir pour La­ville­nie et Me­khis­si

Re­naud La­ville­nie, en quête de l’or man­quant à la perche, et Ma­hie­dine Me­khis­si (3.000 m steeple) chassent les mé­dailles aux Mon­diaux ce soir à Londres, où la fi­nale du 400 m mes­sieurs consti­tue le clou de la soi­rée.

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu - Nationale -

«Al­lons en­fants (...), le jour de gloire est ar­ri­vé ». La­ville­nie avait fait re­ten­tir la Mar­seillaise aux Jeux de Londres en 2012. Le re­cord­man du monde (6,16 m) a tout ga­gné, sauf jus­te­ment le titre mon­dial en plein air. Et il es­père voir un signe dans le fait qu’il re­trouve le sau­toir lon­do­nien et que, pour une fois, il n’aborde pas un grand cham­pion­nat en su­per fa­vo­ri.

La fine fleur de la perche

En 2009 à Ber­lin (3e), 2011 à Dae­gu (3e), 2013 à Mos­cou (2e) et 2015 à Pé­kin (3e), le Cler­mon­tois était mon­té sur le po­dium, mais il était aus­si tom­bé sur des ad­ver­saires qui, ponc­tuel­le­ment, l’avaient pri­vé de la plus haute marche.

Ce soir, il re­trou­ve­ra cette fine fleur : les Po­lo­nais Pio­tr Li­sek et Pa­wel Wo­j­cie­chows­ki (ti­tré en 2011), l’Al­le­mand Ra­phael Holz­deppe (vain­queur en 2013) et le te­nant du titre, le Ca­na­dien Shaw­na­cy Bar­ber. Cette fois, l’Amé­ri­cain Sam Ken­dricks porte l’éti­quette de fa­vo­ri, fort de son in­vin­ci­bi­li­té de­puis le dé­but de la sai­son et d’un toit à six mètres.

Di­manche, La­ville­nie s’est ras­su­ré en qua­li­fi­ca­tions s’il en était be­soin, en fran­chis­sant deux barres (5,60 et 5,70 m) au pre­mier es­sai. « C’est bon pour la confiance car ma sai­son n’a pas tou­jours été très, très fa­cile et j’ai ra­re­ment fait des concours en pas­sant tout au pre­mier es­sai. À moi de sa­voir ti­rer les bons en­sei­gne­ments de ce que j’ai fait au­jourd’hui », a­t­il ré­su­mé.

« Mar­di (ce soir, ndlr), il fau­dra tout lâ­cher, mais je ne suis pas in­quiet pour ça », a ajou­té le re­cord­man du monde, « blo­qué » à 5,87 m cet été après un hi­ver de bles­sures.

Les bles­sures, Me­khis­si en a eu sa part ces der­nières an­nées. Mais le Ré­mois, triple mé­daillé olym­pique et deux fois en bronze aux Mon­diaux (2011/2013), a tou­jours su se re­le­ver.

L’ob­jec­tif ? « C’est re­ve­nir avec une mé­daille. C’est le mi­ni­mum. Je vais es­sayer de don­ner le maxi­mum pour avoir le meilleur ré­sul­tat pos­sible. Je l’ai dé­jà fait par le pas­sé et je sais que je peux en­core le faire. »

« Je crois en moi et tout est pos­sible. Je suis moins per­for­mant que les autres an­nées, je ne suis pas le Ma­hie­dine de 2014, mais j’ai en­core des restes », a­t­il aver­ti.

Le Ke­nya reste re­dou­table, même si le cham­pion olym­pique Con­ses­lus Ki­pru­to est tou­ché à une che­ville, mais le champ des mé­daillés po­ten­tiels s’est élar­gi avec l’Amé­ri­cain Evan Ja­ger, le jeune Ma­ro­cain Sou­fiane El­bak­ka­li et les Ethio­piens. Pierre­Am­broise Bosse l’a aus­si sa fi­nale. Au pied du po­dium aux Jeux de Rio, le spé­cia­liste du 800 m a peu de courses dans les jambes et la dou­leur d’une bles­sure (is­chio­jam­bier) longue à s’ef­fa­cer.

« On va voir dans deux jours si le mec va en­core en fi­nale pour mor­fler ou pour autre chose. J’es­père que mon al­ter ego avec le sabre rouge va sor­tir (sic). Je ne vous le cache pas, ça a été un cal­vaire au­jourd’hui (di­manche en de­mi­fi­nales). Je suis très dé­ter­mi­né pour la fi­nale. Je pense que la fa­tigue va être in­hi­bée », a dé­cla­ré Bosse.

Le 400 m mas­cu­lin est bien l’épreuve la plus re­le­vée de la ma­ni­fes­ta­tion lon­do­nienne, et les de­mi­fi­nales ont don­né un avant­goût de la ba­taille fi­nale plein écran an­non­cée.

A la pour­suite du dou­blé 400/200 m, le Sud­Afri­cain Wayde Van Nie­kerk, dé­ten­teur du re­cord du monde (43.03), a rem­por­té sa sé­rie du de­mi­tour de piste hier en 20”16. Mais le cou­loir de Mak­wa­la, dans la 5e sé­rie, est res­té vide.

La Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale (IAAF) a in­di­qué que ce for­fait était dû à « une rai­son mé­di­cale ». Des in­for­ma­tions, non vé­ri­fiées, font état d’une in­toxi­ca­tion ali­men­taire.

En fait, si Mak­wa­la a vou­lu se pré­ser­ver pour son duel au som­met an­non­cé contre Van Nie­kerk en fi­nale du tour de piste mar­di soir, il de­vait pré­sen­ter un cer­ti­fi­cat mé­di­cal. Si­non, en ver­tu du rè­gle­ment, il ne pour­rait pas dis­pu­ter la fi­nale du 400 m..

LA­VILLE­NIE. qui manque Le per­chiste cler­mon­tois peut dé­cro­cher l’or mon­dial à son pal­ma­rès.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.