Ma­cron à l’écoute des agri­cul­teurs

La Montagne (Vichy) - - France & Monde - Actualités -

Quelques se­maines après le lan­ce­ment des États gé­né­raux de l’Ali­men­ta­tion, le monde agri­cole a été re­çu, hier, à l’Ély­sée. Il a ré­cla­mé no­tam­ment une ré­par­ti­tion de la va­leur plus fa­vo­rable aux pro­duc­teurs face à la grande dis­tri­bu­tion ou aux trans­for­ma­teurs.

Les re­pré­sen­tants d’un monde agri­cole en crise ont pré­sen­té, hier, à l’Ély­sée, leurs do­léances au pré­sident Em­ma­nuel Ma­cron, en es­pé­rant que les États gé­né­raux de l’Ali­men­ta­tion lan­cés fin juillet leur per­mettent de sor­tir de l’or­nière.

Ces ren­contres sont in­ter­ve­nues dans un contexte ten­du, quelques se­maines après le lan­ce­ment de ces États gé­né­raux qui doivent per­mettre no­tam­ment une ré­par­ti­tion de la va­leur plus fa­vo­rable aux pro­duc­teurs face à la grande dis­tri­bu­tion ou aux trans­for­ma­teurs.

La ten­sion était en­core mon­tée d’un cran il y a une di­zaine de jours, après un ar­bi­trage du gou­ver­ne­ment sur les aides eu­ro­péennes, très contes­té par l’en­semble du monde pay­san, y com­pris la FN­SEA, ab­sente hier parce que dé­jà re­çue le 18 juillet der­nier. Le mi­nistre de l’Agri­cul­ture, Sté­phane Tra­vert, avait an­non­cé le trans­fert d’une par­tie des aides eu­ro­péennes du « pi­lier 1 » de la po­li­tique agri­cole com­mune (aides à l’hec­ta­ re) vers le « pi­lier 2 » (dé­ve­lop­pe­ment ru­ral, aide à l’agri­cul­ture de mon­tagne, ins­tal­la­tion des jeunes agri­cul­teurs, aide à la pro­duc­tion bio).

« Tra­ça­bi­li­té de la marge »

« Ça s’est bien pas­sé », a in­di­qué l’Ély­sée. La plu­part des vi­si­teurs de la ma­ti­née ont loué un pré­sident « à l’écoute » et qui « maî­tri­sait son su­jet ».

« Pour l’ali­ment de base, qui est le pain, nous sommes à 3,4 cen­times de blé dans un eu­ro de ba­guette », a ex­pli­qué Ber­nard Lannes, pré­sident de la Co­or­di­na­tion ru­rale, qui a ré­cla­mé la mise en place d’une meilleure tra­ça­bi­li­té de l’ori­gine des pro­duits agri­coles, mais éga­le­ment une « tra­ça­bi­li­té de la marge pour que le consom­ma­teur de­vienne un “consomm’ac­teur” ».

De­vant le pré­sident, il a es­ti­mé que les États gé­né­raux de l’Ali­men­ta­tion ne pour­raient « ré­orien­ter l’ali­men­ta­tion » que si on mo­di­fie la PAC (po­li­tique agri­cole com­mune eu­ro­péenne), por­tée par un com­mis­saire eu­ro­péen à l’Agri­cul­ture Phil Ho­gan « ul­tra­li­bé­ral ».

L’en­tou­rage du pré­sident a in­di­qué que ce der­nier sou­hai­tait « agir en amont des pro­chaines né­go­cia­tions com­mer­ciales, no­tam­ment au ni­veau eu­ro­péen avec la PAC, pour per­mettre un meilleur par­tage de la va­leur ajou­tée et per­mettre aux agri­cul­teurs de vivre de leur mé­tier ».

Ar­bi­trages contes­tés

Em­ma­nuel Ma­cron, ab­sent lors de leur ou­ver­ture, a « ré­af­fir­mé son am­bi­tion au­tour des États gé­né­raux », qua­li­fiés de « chan­tier prio­ri­taire », et in­for­mé ses in­ter­lo­cu­teurs qu’il « pré­sen­te­rait lui­même les conclu­sions de la phase 1 sur la créa­tion et la ré­par­ti­tion de la va­leur à la mi­oc­tobre ». Avant ce­la, il s’est en­ga­gé, se­lon les re­pré­sen­tants du monde pay­san, à les re­voir fin sep­tembre.

« Les agri­cul­teurs qui pro­duisent de la qua­li­té sont peu ai­dés par la PAC et pro­duisent une ali­men­ta­tion pour les riches et les agri­cul­teurs qui se gavent d’aides pro­duisent une ali­men­ta­tion bas de gamme pour les pauvres », a dé­non­cé le por­te­pa­role de la Con­fé­dé­ra­tion pay­sanne, Laurent Pi­na­tel, contes­tant ain­si les der­niers ar­bi­trages de ré­par­ti­tion des aides PAC, pas as­sez fa­vo­rables, se­lon lui, aux agri­cul­teurs bio et le sys­tème dans son en­semble.

Laurent Pi­na­tel a sou­hai­té « une loi qui im­pose à la grande trans­for­ma­tion, à la grande dis­tri­bu­tion, de ré­par­tir les marges en fonc­tion des coûts de pro­duc­tion. Le droit au re­ve­nu des pay­sans, c’est quelque chose qui doit être ins­crit dans la loi ». Em­ma­nuel Ma­cron s’est, se­lon lui, mon­tré « ou­vert à une ré­ou­ver­ture de la loi LME » qui ré­git les né­go­cia­tions com­mer­ciales entre dis­tri­bu­teurs et in­dus­triels.

Les États gé­né­raux de l’Ali­men­ta­tion doivent per­mettre de « ré­équi­li­brer un peu tout ça, re­don­ner des re­ve­nus un peu plus dé­cents aux agri­cul­teurs », a éga­le­ment plai­dé Jé­ré­my De­cerle, pré­sident des Jeunes agri­cul­teurs. Ap­pe­lant Em­ma­nuel Ma­cron à en­rayer le dé­clin dé­mo­gra­phique d’un sec­teur éco­no­mique en panne d’« at­trac­ti­vi­té » où la moi­tié des agri­cul­teurs gagne moins de 350 eu­ros par mois, il lui a rap­pe­lé que la France avait per­du un quart de ses pay­sans ces dix der­nières an­nées.

PHOTO ÉRIC MALOT

JÉ­RÉ­MY DE­CERLE. Le pré­sident des Jeunes agri­cul­teurs a rap­pe­lé que la moi­tié des agri­cul­teurs gagne moins de 350 eu­ros par mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.