Pyon­gyang ne désarme pas

La Co­rée du Nord en­rage après les sanc­tions de l’ONU

La Montagne (Vichy) - - France & Monde - Actualités -

Sanc­tions ou pas, même lâ­chée par la Chine, la Co­rée du Nord en­tend pour­suivre le dé­ve­lop­pe­ment de son ar­se­nal nu­cléaire.

La Co­rée du Nord a as­su­ré, hier, avec co­lère que le dur­cis­se­ment sen­sible des sanc­tions de l’ONU ne l’em­pê­che­rait pas de dé­ve­lop­per son ar­se­nal nu­cléaire, pré­ve­nant qu’elle ne né­go­cie­rait pas sous la me­nace des ÉtatsU­nis.

Ce mes­sage de dé­fi est la pre­mière ré­ac­tion d’im­por­tance de Pyon­gyang à la ré­so­lu­tion adop­tée à l’una­ni­mi­té au cours du week­end par le Conseil de sé­cu­ri­té de l’ONU sous l’im­pul­sion de Wa­shing­ton. Les sanc­tions pour­raient coû­ter à la Co­rée du Nord un mil­liard de dol­lars de re­ve­nus an­nuels tout en re­strei­gnant des échanges éco­no­miques cru­ciaux avec la Chine, son prin­ci­pal al­lié et par­te­naire éco­no­mique.

Les sanc­tions consti­tuent « une vio­la­tion vio­lente de notre sou­ve­rai­ne­té », a dé­cla­ré le gou­ver­ne­ment nord­co­réen dans un com­mu­ni­qué pu­blié par l’agence of­fi­cielle KCNA.

« Nous ne met­trons pas notre pro­gramme de dis­ sua­sion nu­cléaire sur la table de né­go­cia­tions » tant que le Nord est me­na­cé par Wa­shing­ton. Pyon­gyang « ne re­cu­le­ra pas d’un seul pas s’agis­sant du ren­for­ce­ment de (sa) puis­sance nu­cléaire », a af­fir­mé le com­mu­ni­qué.

Pyon­gyang a me­na­cé les États­Unis de leur « faire payer le prix de leur crime […] un mil­lier de fois ».

Cette dé­cla­ra­tion est pu­bliée alors que le chef de la di­plo­ma­tie nord­co­réenne, Ri Yong­Ho, est à Ma­nille à l’oc­ca­sion d’un fo­rum ré­gio­nal sur la sé­cu­ri­té qui réunit les re­pré­sen­tants des États­Unis, de la Chine, de la Rus­sie et d’autres pays de l’Asie­Pa­ci­fique.

Fer­me­té chi­noise

Le mi­nistre chi­nois des Af­faires étran­gères, Wang Yi, a af­fir­mé au cours de ce fo­rum que son pays « va as­su­ré­ment ap­pli­quer la nou­velle ré­so­lu­tion à 100 %, plei­ne­ment et stric­te­ment ».

Plus tôt, ce­lui­ci avait ré­ité­ré la po­si­tion chi­noise, se­lon la­quelle les sanc­tions ne suf­fisent pas. « Le dia­logue et la né­go­cia­tion sont les seuls moyens ap­pro­priés pour ré­gler le pro­blème de la pé­nin­sule co­réenne », avait­il dit, en de­man­dant la re­prise des « pour­par­lers à six » (Chine, États­Unis, Rus­sie, Ja­pon, deux Co­rées).

Le se­cré­taire d’État amé­ri­cain, Rex Tiller­son, a ex­clu un re­tour ra­pide au dia­logue avec la Co­rée du Nord, es­ti­mant que la nou­velle vo­lée de sanc­tions dé­mon­trait que la pla­nète avait per­du pa­tience face à ses am­bi­tions nu­cléaires.

Le chef de la di­plo­ma­tie amé­ri­caine a sou­li­gné que Wa­shing­ton n’en­vi­sa­ge­rait de pour­par­lers que si Pyon­gyang sus­pen­dait son pro­gramme ba­lis­tique. « Le meilleur si­gnal que pour­rait en­voyer la Co­rée du Nord pour si­gni­fier qu’elle est prête à par­ler se­rait d’ar­rê­ter ces tirs de mis­siles », a­t­il lan­cé. Il a lais­sé tou­te­fois en­tre­voir la pers­pec­tive que des émis­saires amé­ri­cains puissent un jour s’as­seoir à la même table que les res­pon­sables du pays re­clus pour évi­ter l’es­ca­lade.

PHOTO AFP

ISO­LÉ. Le chef de la di­plo­ma­tie nord-co­réenne, Ri Yong-Ho, a dû se sen­tir bien seul, hier, à Ma­nille, à son ar­ri­vée au fo­rum ré­gio­nal sur la sé­cu­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.