DU MONDE les Fran­çaises ont gran­di les obs­tacles aus­si

Ce soir

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

Ca­se­mi­ro (24e) par­ti à la li­mite du hors­jeu qur une passe de Car­va­jal.

Dès le re­tour des ves­tiaires, les hommes de Zi­dane en­fon­cèrent le clou grâce à une deuxième réa­li­sa­tion si­gnée Is­co, à la suite d’un « une­deux » d’école avec Ka­rim Ben­ze­ma, qui avait vu quelques mi­nutes plus tôt sa frappe stop­pée par De Gea.

Le clou au­rait même pu (et dû) être en­fon­cé à l’heure de jeu, sur une frappe de Ga­reth qui s’écra­sa sur la trans­ver­sale de Gea.

Au lieu de ce­la, to­ta­le­ment contre le cours du jeu, Man­ches­ter re­vint dans le match sur la pre­ mière réa­li­sa­tion de la re­crue star, Ro­me­lu Lu­ka­ku, op­por­tu­niste après un pre­mier tir de Ma­tic re­pous­sé par Na­vas.

A 2­1, les Man­cu­niens se don­naient en­core une chance de ren­ver­ser le cours de cette Supercoupe d’Eu­rope.

De quoi don­ner un al­lant nou­veau au bloc an­glais, plus agres­sif, plus haut. Des vél­léi­tés bien gé­rés par les Ma­dri­lènes, même si Key­lor Na­vas a dû s’em­ployer pour rem­por­ter un duel dé­ci­sif face à Ra­sh­ford, à dix mi­nutes du terme, en dé­viant une frappe croi­sée chi­rur­gi­cale du jeune at­ta­quant an­glais.

Pour Zi­dane, c’est dé­jà un cin­quième tro­phée rem­por­té en tant qu’en­traî­neur prin­ci­pal du Real en moins de deux ans. (2 Ligues des cham­pions, 1 coupe du monde des clubs, 2 su­per­coupes d’eu­rope).

Pour Pog­ba et Man­ches­ter, le dé­part en fan­fare n’est pas au ren­dez­vous. Pas de quoi se ras­su­rer avant la re­prise d’une âpre pre­mière ligue an­glaise. Troi­sième de la Coupe du monde 2014 or­ga­ni­sée à do­mi­cile, l’équipe de France fé­mi­nine de rug­by a connu un saut qua­li­ta­tif de­puis. Mais un chan­ge­ment d’en­ca­dre­ment dé­but 2017 et l’ab­sence de ré­sul­tats pro­bants de­puis em­pêchent d’en faire un fa­vo­ri du Mon­dial qui dé­bute ce soir (20 h 45) en Ir­lande.

« Il y a vrai­ment un avant­Coupe du monde 2014 et un après. » Le­naïg Cor­son est ca­té­go­rique : même sans mé­daille d’or, le Mon­dial fran­çais au­ra ser­vi de trem­plin.

Les chiffres lui donnent rai­son : le nombre de li­cen­ciées s’est en­vo­lé, pas­sant de 12.000 à plus de 19.000 en trois ans. Dans les ca­té­go­ries jeunes, les ef­fec­tifs ont car­ré­ment dou­blé.

Le rug­by fé­mi­nin fran­çais est tou­jours ama­teur, hor­mis les joueuses à VII sous con­trat fé­dé­ral, qui ont connu l’aven­ture olym­pique en 2016 et peuvent al­ter­ner les deux sé­lec­tions. Mais la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de rug­by (FFR) a en­clen­ché une marche avant sous la pré­si­dence de Pierre Ca­mou, que pour­suit son suc­ces­seur Ber­nard La­porte.

Ces ef­forts se­ront­ils suf­fi­sants pour his­ser en­fin les Bleues sur la plus haute marche, elles qui n’ont ja­mais réus­si à at­teindre la fi­nale (3e en 1994, 2002, 2006 et 2014) ?

Le contexte in­terne qui a pré­cé­dé la pré­pa­ra­tion et les ré­sul­tats du Tour­noi n’in­citent pas for­cé­ment à l’op­ti­misme.

Le pa­ri ris­qué de La­porte

Élu le 3 dé­cembre face à Ca­mou, La­porte a en ef­fet pris le pa­ri ris­qué de li­mo­ger l’en­ca­dre­ment à huit mois de la Coupe du monde, tout en de­man­dant aux joueuses de la rem­por­ter.

À Noël, exit l’en­traî­neur Jean­Mi­chel Gon­za­lez, un Basque proche de Ca­mou qui avait pour­tant rem­por­té le Tour­noi des six na­tions 2016 et mis en place le sui­vi ex­ter­na­li­sé de ses joueuses. Et re­voi­ci la ma­na­ger Hay­raud, pré­sente sur la liste élec­to­rale de La­porte… Avec elle Sa­muel Che­rouk, sans ex­pé­rience du rug­by fé­mi­nin, qu’elle a as­so­cié à Liè­vre­mont. Pour les dé­buts du trio, les Fran­çaises perdent leur titre au Tour­noi.

Avant d’af­fron­ter le Ja­pon à Du­blin, ce soir, dif­fi­cile de sa­voir où les Fran­çaises en sont. Car l’équipe de la ca­pi­taine Gaëlle Mi­gnot ne s’est frot­tée à au­cune autre na­tion, se conten­tant de deux matchs en in­terne à Font­Ro­meu.

« Si on avait joué l’Ecosse, je ne suis pas sûre que ce­la nous au­rait ap­por­té quelque chose de plus », ré­torque Hay­raud. Mais entre le 4e du Tour­noi et l’An­gle­terre, la Nou­vel­leZé­lande et le Ca­na­da, les trois grands fa­vo­ris du Mon­dial, il y a un gouffre.

IS­CO. Ti­tu­la­ri­sé à la pointe du mi­lieu ma­dri­lène, l’Es­pa­gnol a ins­crit le deuxième but des siens et scel­lé ain­si la vic­toire et le pre­mier titre du Real Ma­drid cette sai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.