Guerres fra­tri­cides

BOX-OF­FICE Va­lé­rian et la ci­té des mille planètes, de Luc Bes­son, le plus gros bud­get du ci­né­ma fran­çais, a réuni 1.640.681 spec­ta­teurs lors de sa pre­mière se­maine d’ex­ploi­ta­tion, soit la troi­sième meilleure per­for­mance pour une sor­tie en 2017 après Moi,

La Montagne (Vichy) - - Cinéma - Une vie vio­lente. Pe­ret­ti (France, 1 h 53). Thril­ler de Thier­ry de

vante. La fièvre dé­crite dans le film n’est pas re­tom­bée pour une par­tie de la jeu­nesse na­tio­na­liste, et l’île connaît tou­jours des ac­cès de vio­lence.

« Le film est une fa­çon de ré­ac­ti­ver la mé­moire de la gé­né­ra­tion qui était sur le point d’avoir 30 ans en 2000. Elle a été per­cu­tée de plein fouet, de fa­çon très di­recte comme cer­tains per­son­nages du film, ou de fa­çon plus pé­ri­phé­rique comme moi, par le trouble de cette pé­riode­là », ex­pli­quait à Cannes Thier­ry de Pe­ret­ti. « C’est une pé­riode de grande confu­sion po­li­tique, san­glante, vio­lente. On a été mar­qué d’une fa­çon ou d’une autre ».

Le réa­li­sa­teur, dont le pre­mier long­mé­trage Les Apaches (2013) se dé­rou­lait dé­jà en Corse, s’est li­bre­ment ins­pi­ré de l’his­toire de l’une de ses connais­sances d’en­fance, Ni­co­las Mon­ti­gny, jeune na­tio­na­liste tué de onze balles de pis­to­let au­to­ma­tique, en 2001 après avoir été proche du groupe « Ar­ma­ta Cor­sa ».

« On ren­verse la table »

Dans le film, in­car­cé­ré après avoir ac­cep­té de trans­por­ter des armes pour des connais­sances, Sté­phane se lance dans l’ac­tion clan­des­tine pour la li­bé­ra­tion du peuple corse. Il ne veut pas se sa­lir les mains sur une île su­jette aux dé­rives ma­fieuses. « La Corse, c’est comme une par­tie de cartes où tout le monde triche. Nous, on prend la table et on la ren­verse ! », lancent ces mi­li­tants. Les lo­giques de ven­geance et de contrôle du ter­ri­toire les rat­tra­pe­ront : il faut se frot­ter au ban­di­tisme pour ré­cu­pé­rer des armes et fi­nan­cer la lutte, sans comp­ter l’hos­ti­li­té des clans dé­jà éta­blis. « La Corse, au­jourd’hui, à l’ins­tar de beau­coup d’autres en­droits en Eu­rope, est en proie à des ques­tion­ne­ments iden­ti­taires très forts avec aus­si une pro­blé­ma­tique so­ciale très forte », dé­cla­rait en mai le réa­li­sa­teur corse.

CLAN­DES­TI­NI­TÉ. Jean Mi­che­lan­ge­li in­ter­prète Sté­phane, un jeune bour­geois qui se ra­di­ca­lise et se condamne à une vie mar­gi­nale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.