2 Ju­lien La­porte piaffe d’im­pa­tience

Le dé­fen­seur cen­tral cler­mon­tois ne se sa­tis­fait pas de son sta­tut de rem­pla­çant

La Montagne (Vichy) - - Sports Auvergne - Di­dier Cros

Ju­lien La­porte en­tame sa troi­sième sai­son dans l’ef­fec­tif de Cler­mont, de nou­veau avec le sta­tut de rem­pla­çant. Mar­di, à Châ­teau­roux, avec le bras­sard de ca­pi­taine, le dé­fen­seur cen­tral a mon­tré qu’il fau­drait en­core comp­ter sur lui pour bous­cu­ler la hié­rar­chie de ce dé­but d’an­née.

Six joueurs étren­naient leur pre­mière ti­tu­la­ri­sa­tion en match of­fi­ciel, mar­di à Châ­teau­roux, en Coupe de la Ligue (qua­li­fi­ca­tion 1­0, but de Ga­vo­ry). Par­mi eux*, Ju­lien La­porte qui a abor­dé la ren­contre avec l’en­vie de bien faire et sû­re­ment aus­si l’idée de mettre le doute dans l’es­prit de la coach au mo­ment de faire les pro­chaines com­po­si­tions.

Car de­puis la re­prise, le dé­fen­seur cen­tral cler­mon­tois piaffe sur le banc. « Mon ob­jec­tif est de bous­cu­ler la hié­rar­chie éta­blie et de ga­gner une place de ti­tu­laire », avance l’in­té­res­sé avec fran­chise.

En ce dé­but de sai­son, Fon­taine et Kav­dans­ki ont les fa­veurs de Co­rinne Diacre en dé­fense cen­trale. Avec au­cun but en­cais­sé, en deux ren­contres de L2, elle n’a pas de rai­son de chan­ger même si tout n’a pas été par­fait sur le plan dé­fen­sif. Mais la hié­rar­chie du mois d’août ne se­ra pas for­cé­ment celle de septembre. Sans comp­ter les bles­sures ou les sus­pen­sions. Ju­lien La­porte, qui en­tame sa troi­sième sai­son dans le groupe pro, en a conscience.

« Dans le foot, rien n’est fixé. J’at­tends mon heure et j’es­père qu’elle ar­ri­ve­ra as­sez vite car c’est frus­trant d’être sur le banc. »

Mar­di, Ju­lien La­porte por­tait le bras­sard, comme ce­la avait dé­jà été le cas en match de pré­pa­ra­tion cet été. « Ce­la ne change pas grand­chose sur le ter­rain car je par­lais dé­jà avant. En tout cas, je ne le prends pas comme un lot de con­so­la­tion », ajoute­t­il. Le port du bras­sard marque ce­pen­ dant un chan­ge­ment de sta­tut au sein du ves­tiaire, car il est dé­sor­mais un des plus an­ciens du groupe (il a si­gné son pre­mier contrat pro en jan­vier 2016, ndlr).

« C’est vrai, j’ai un rôle un peu plus im­por­tant dans le groupe qui s’est ra­jeu­ni, re­con­naît­il. Et puis, j’ai ga­gné en ma­tu­ri­té et en ex­pé­rience. » La sai­son der­nière, La­porte avait dé­mar­ré en po­si­tion de n° 3 sur le poste der­rière Fon­taine et Avi­nel. Il avait dû long­temps ron­ger son frein avant de ga­gner du temps de jeu après la trêve et la mise à l’écart d’Avi­nel.

Dans la pré­fec­ture de l’Indre, Ju­lien La­porte a le sen­ti­ment d’avoir mar­qué des points. Non seule­ment car la sor­tie s’est conclue par une qua­li­fi­ca­tion pour le deuxième tour de la com­pé­ti­tion. Mais aus­si parce qu’il es­time avoir li­vré une bonne co­pie. « J’ai fait un match so­lide, même si je jouais sur mon mau­vais pied », ana­ly­sait le Can­ta­lien qui évo­luait en char­nière gauche. À gauche ou à droite, qu’im­porte, pour­vu qu’il joue.

(*) Hor­mis La­porte, Jean­nin, Pho­jo, Es­pi­no­sa, Dou­line et Do­ré ont été ti­tu­laire pour la pre­mière fois.

« Dans le foot, rien n’est ja­mais fixé »

PHO­TO HER­VÉ CHELLÉ

CA­PI­TAINE. Ju­lien La­porte, qui por­tait le bras­sard mar­di à Châ­teau­roux, a mon­tré sa vo­lon­té de bous­cu­ler la hié­rar­chie du dé­but de sai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.