L’exé­cu­tif prend « le temps du re­cul »

Der­nier Con­seil des mi­nistres, hier, avant une pause es­ti­vale qui se ter­mi­ne­ra le 28 août

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

L’exé­cu­tif s’est re­trou­vé hier pour un der­nier Con­seil des mi­nistres avant une pause es­ti­vale d’une quin­zaine de jours qui s’achè­ve­ra le 28 août avec un sé­mi­naire gou­ver­ne­men­tal mar­quant une ren­trée po­li­tique pé­rilleuse sur le front so­cial.

Lors de l’ul­time Con­seil des mi­nistres es­ti­val, Em­ma­nuel Ma­cron a in­vi­té, hier, le gou­ver­ne­ment à pro­fi­ter de ces quelques jours de va­cances pour prendre « le temps du re­cul » et « iden­ti­fier deux ou trois points » qui se­ront dé­bat­tus dès le sé­mi­naire de ren­trée.

Le gou­ver­ne­ment au grand com­plet avait dé­jà par­ta­gé mar­di soir au pa­lais pré­si­den­tiel un dî­ner au­tour du chef de l’État. L’oc­ca­sion de faire un « point d’étape sur trois mois d’ac­tion, de trans­for­ma­tion » mais aus­si d’un « mo­ment de convi­via­li­té », avait dit le porte­pa­role du gou­ver­ne­ment Ch­ris­tophe Cas­ta­ner.

Pen­dant leurs congés, les mi­nistres ont été priés de res­ter à dis­tance rai­son­nable de leurs bu­reaux pa­ri­siens pour être en me­sure de re­prendre « im­mé­dia­te­ment » du ser­vice si les cir­cons­tances l’im­po­saient.

Le chef de l’État lui­même s’ab­sen­te­ra quelques jours. Mais ses congés res­tent nim­bés de mys­tère, comme l’étaient dé­jà, ces der­nières an­nées, ceux de son pré­dé­ces­seur Fran­çois Hol­lande. L’Ély­sée n’a pré­ci­sé ni leur du­rée ni le lieu de vil­lé­gia­ture du pré­sident.

Au creux de la vague

Il res­te­ra « en mé­tro­pole » et « pour­ra re­joindre à tout mo­ment son bu­reau dans des dé­lais ex­trê­me­ment courts », a so­bre­ment in­for­mé Ch­ris­tophe Cas­ta­ner. Il jus­ti­fie ce « se­cret très bien gar­dé » par les « condi­tions de sé­cu­ri­té » en­tou­rant les dé­pla­ce­ments pré­si­den­tiels.

Quoi qu’il en soit, Em­ma­nuel Ma­cron ne par­ti­ra pas en va­cances l’es­prit aus­si lé­ger qu’à la mi­juin, quand l’in­fluent heb­do­ma­daire bri­tan­nique The Eco­no­mist le mon­trait à sa une mar­chant sur l’eau.

La vague de son­dages du mois de juillet a son­né le glas d’un bref état de grâce avec un dé­cro­chage sans pré­cé­dent sous la Ve Ré­pu­blique, mis à part en 1995 ce­lui de Jacques Chi­rac qui, élu sur la pro­messe d’une ré­duc­tion de la frac­ture so­ciale, avait don­né un tour de vis à la Sé­cu­ri­té so­ciale.

L’ac­tuel lo­ca­taire de l’Ély­sée a plon­gé de dix points se­lon le ba­ro­mètre men­suel de l’Ifop, de huit se­lon Har­ris In­te­rac­tive, de sept se­lon YouGov et de cinq se­lon Elabe.

Ren­trée so­ciale

Une se­maine plus tôt, le Par­le­ment a don­né son feu vert au gou­ver­ne­ment pour ré­for­mer le code du tra­vail par or­don­nances, celles­ci de­vant être dé­voi­lées le 31 août.

Mais la contes­ta­tion pour­rait se dé­pla­cer dans la rue. La CGT et SUD ont dé­jà ap­pe­lé à une jour­née d’ac­tion le 12 septembre et les In­sou­mis de Jean­Luc Mé­len­chon à un « ras­sem­ble­ment po­pu­laire » le 23.

Em­ma­nuel Ma­cron ne s’en était pas moins fé­li­ci­té lors du pré­cé­dent Con­seil des mi­nistres de « l’im­por­tant tra­vail par­le­men­taire » me­né ces trois der­niers mois.

Mais, s’il a mul­ti­plié les coups d’éclat di­plo­ma­tiques avec la ré­cep­tion de Vla­di­mir Pou­tine à Ver­sailles et celle de Do­nald Trump sur les Champs­Ély­sées pour le dé­fi­lé du 14 Juillet, le pré­sident s’est fait en re­vanche par­ti­cu­liè­re­ment dis­cret sur la scène in­té­rieure.

PHO­TO AFP

SE­CRET BIEN GAR­DÉ. Sé­cu­ri­té oblige, l’Ély­sée n’a pré­ci­sé ni la du­rée des va­cances ni le lieu de vil­lé­gia­ture du pré­sident de la Ré­pu­blique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.