Trump se veut plus bel­li­ciste

Après avoir pro­mis le « feu et la co­lère » au ré­gime nord­co­réen

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités - Ré­ac­tion fran­çaise. «La dé­ter­mi­na­tion du pré­sident amé­ri­cain telle qu’elle a été ex­pri­mée cette nuit est de toute fa­çon la dé­ter­mi­na­tion que tous les pré­si­dents amé­ri­cains au­raient eue, parce qu’ils ne peuvent pas ac­cep­ter qu’une par­tie de leur ter­ri­toire

Do­nald Trump a in­ten­si­fié hier l’es­ca­lade ver­bale face à la Co­rée du Nord, van­tant la puis­sance nu­cléaire amé­ri­caine, même si son équipe jouait l’apai­se­ment et in­sis­tait sur les ef­forts di­plo­ma­tiques en cours.

Après avoir pro­mis mar­di le « feu et la co­lère » au ré­gime nord­co­réen, Do­nald Trump s’est mon­tré hier, d’un simple tweet, plus me­na­çant, af­fir­mant que l’ar­se­nal nu­cléaire amé­ri­cain était « plus fort et plus puis­sant » que ja­mais.

S’il a dit es­pé­rer ne pas avoir à uti­li­ser l’arme dé­vas­ta­trice, ses pro­pos, qui font écho à la rhé­to­rique en­flam­mée de Pyon­gyang, marquent un nou­veau pa­lier. Ils contrastent sin­gu­liè­re­ment avec ceux de son se­cré­taire d’État, Rex Tiller­son. De­puis le ter­ri­toire amé­ri­cain de Guam, au cours d’une es­cale pré­vue de longue date, il a in­sis­té sur le fait qu’il n’exis­tait à ses yeux « au­cune me­nace im­mi­nente ».

Quelques heures au­pa­ra­vant, Pyo­nyang avait me­na­cé de ti­rer des mis­siles sur cette pe­tite île du pa­ci­fique, d’une im­por­tance stra­té­gique pour les ÉtatsU­nis.

« Je pense que les Amé­ri­cains peuvent dor­mir tran­quille­ment et ne pas s’in­quié­ter de la rhé­to­rique de ces der­niers jours », a ajou­té Rex Tiller­ son, in­sis­tant sur les in­tenses trac­ta­tions di­plo­ma­tiques en cours.

Le calme ré­gnait à Guam où les au­to­ri­tés se vou­laient ras­su­rantes in­vi­taient les ha­bi­tants et les nom­breux tou­ristes à « se re­laxer et à pro­fi­ter du pa­ra­dis ».

In­quié­tudes

Cette île re­cu­lée de quelque 550 km2 est un avant­poste clé pour les forces amé­ri­caines sur la route de l’Asie, où vivent 162.000 per­sonnes.

En­vi­ron 6.000 sol­dats y sont dé­ployés et elle dis­pose sur­tout d’une base aé­rienne ca­pable d’ac­cueillir les bom­bar­diers lourds amé­ri­cains du B­52 au B­2 en pas­sant par le B­1.

Sur la scène in­ter­na­tio­nale, nombre de pays ont ex­pri­mé, en termes di­plo­ma­tiques, leur in­quié­tude face au ton très bel­li­queux adop­té par le lo­ca­taire de la Mai­son­Blanche. Ber­lin a en ef­fet ap­pe­lé toutes les par­ties « à la re­te­nue ».

La Chine, le seul vé­ri­table al­lié du ré­gime nord­co­réen, a ex­hor­té à évi­ter « les pa­roles et ac­tions » sus­cep­tibles d’ac­croître la ten­sion dans la pé­nin­sule.

PHO­TO AFP

TWEET. En ré­ponse à Pyon­gyang, le pré­sident amé­ri­cain a, hier, van­té la force de frappe de son pays.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.