L’op­po­si­tion crie à la fraude élec­to­rale

À l’an­nonce des ré­sul­tats d’un pré­si­den­tielle fa­vo­rable au sor­tant

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

La ten­sion mon­tait hier au Ke­nya où l’op­po­sant Rai­la Odin­ga re­jette en bloc les ré­sul­tats pro­vi­soires d’une élec­tion pré­si­den­tielle ma­ni­pu­lée, se­lon lui, par pi­ra­tage in­for­ma­tique, le sor­tant Uhu­ru Ke­nyat­ta étant cré­di­té d’une confor­table avance.

Au len­de­main de l’élec­tion, la police a ti­ré des gre­nades la­cry­mo­gènes en di­rec­tion de plu­sieurs cen­taines de ma­ni­fes­tants dans des fiefs de l’op­po­si­tion cou­tu­miers de ce genre d’échauf­fou­rées en pé­riode élec­to­rale : un quar­tier de Ki­su­mu (ouest) ain­si qu’à Nai­ro­bi.

La Com­mis­sion élec­to­rale (IEBC) a pu­blié hier, à la mi­jour­née, les ré­sul­tats trans­mis élec­tro­ni­que­ment par plus de 95 % des bu­reaux de vote, cré­di­tant Uhu­ru Ke­nyat­ta de 54,35 % des suf­frages, contre 44,78 % pour Rai­la Odin­ga, sur un to­tal de 14,4 mil­lions de votes comp­ta­bi­li­sés. Ces ré­sul­tats pro­vi­soires doivent en­core être va­li­dés sur la foi des pro­cès­ver­baux des bu­reaux de vote.

« Il s’agit d’une fraude d’une gra­vi­té mo­nu­men­tale, il n’y a pas eu d’élec­tion », a dé­cla­ré Rai­la Odin­ga, le can­di­dat de la coa­li­tion d’op­po­si­tion Nasa, des ac­cu­sa­tions qui, com­bi­nées aux ma­ni­fes­ta­tions, fai­saient res­sur­gir le spectre des vio­lences de la pré­si­den­tielle de 2007.

Se­lon le ri­val de Uhu­ru Ke­nyat­ta, des pi­rates in­for­ma­tiques ont « ma­ni­pu­lé » l’élec­tion à l’avan­tage du pré­sident sor­tant en pre­nant le contrôle du sys­tème de comp­tage des voix grâce aux codes d’ac­cès d’un res­pon­sable in­for­ma­tique de la Com­mis­sion élec­to­rale as­sas­si­né un peu plus d’une se­maine au­pa­ra­vant.

« Uhu­ru doit ren­trer chez lui », a lan­cé ce­lui qui avait éga­le­ment contes­té ses dé­faites en 2007 et 2013. Rai­la Odin­ga a sou­te­nu être en tête de l’élec­tion et a éga­le­ment ap­pe­lé les Ke­nyans au calme avant tou­te­fois d’ajou­ter : « Je ne contrôle pas le peuple. »

Le pré­sident n’a lui pas en­core ré­agi aux ré­sul­tats pro­vi­soires pu­bliés par l’IEBC, alors que son par­ti a re­je­té les ac­cu­sa­tions de l’op­po­si­tion.

PHO­TO AFP

TEN­SION. Les par­ti­sans d’Odin­ga ont contes­té dans la rue les ré­sul­tats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.