Deux ar­res­ta­tions, l’en­quête contre la fraude s’ac­cé­lère

Les di­ri­geants d’une en­tre­prise néer­lan­daise au­raient ap­pli­qué le fi­pro­nil dans les éle­vages

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

L’en­quête sur la fraude à l’ori­gine de la conta­mi­na­tion de mil­lions d’oeufs en Eu­rope s’est ac­cé­lé­rée, hier, en Bel­gique et aux Pays-Bas où les di­ri­geants d’une en­tre­prise ont été ar­rê­tés.

Aux Pays­Bas, deux di­ri­geants « de l’en­tre­prise qui a pro­ba­ble­ment ap­pli­qué le pro­duit dans les éle­vages avi­coles » ont été ar­rê­tés, se­lon le par­quet, qui ne ré­vèle pas de nom. Mais se­lon les mé­dias néer­lan­dais il s’agit de Chi­ckF­riend, dé­jà mise en cause par les éle­veurs tou­chés.

En Bel­gique, 11 per­qui­si­tions ont été me­nées « dans tout le pays » dans le cadre de l’en­quête qui cible dé­sor­mais 26 per­sonnes et en­tre­prises sus­pectes, se­lon le par­quet d’An­vers.

Il pré­cise que « près de 6.000 litres de pro­duits in­ter­dits » – du fi­pro­nil se­lon les mé­dias – ont été sai­sis en juillet dans une so­cié­té belge. Là en­core la jus­tice n’a pas dé­si­gné nom­mé­ment la so­cié­té, mais elle est iden­ti­fiée comme le dis­tri­bu­teur de pro­duits sa­ni­taires pour l’éle­vage Poul­try­Vi­sion, à l’ori­gine du scan­dale avec Chi­ckF­riend, se­lon les mé­dias. Le di­ri­geant de Poul­try­Vi­sion a été « en­ten­du » en juillet, puis « re­lâ­ché sous strictes conditions », pré­cise le par­quet.

« Par ap­pât du gain »

Le par­quet d’An­vers a as­su­ré qu’il prend les faits « très au sé­rieux, vu leur gra­vi­té, leur am­pleur, leur ca­rac­tère or­ga­ni­sé et leur contexte in­ter­na­tio­nal ». « Ajou­ter des pro­duits in­ter­dits à des pro­duits uti­li­sés dans l’in­dus­trie ali­men­taire par ap­pât du gain met en dan­ger la sé­cu­ri­té ali­men­taire et abîme la confiance du consom­ma­teur », in­siste­t­il.

Ces opé­ra­tions in­ter­viennent alors que la crise des oeufs conta­mi­nés conti­nue de pré­oc­cu­per les au­to­ri­tés sa­ni­taires en Eu­rope, même si les risques pour la san­té du consom­ma­teur sont a prio­ri li­mi­tés.

En cause, l’uti­li­sa­tion du fi­pro­nil, un an­ti­pa­ra­site pour­tant stric­te­ment ban­ni dans les éle­vages de poules, par des so­cié­tés de dés­in­fec­tion in­ter­ve­nant dans des ex­ploi­ta­tions agri­coles aux Pays­Bas, en Bel­gique et en Al­le­magne. Dès que la Bel­gique a don­né l’alerte à ses par­te­naires eu­ro­péens, le 20 juillet, des di­zaines de pou­laillers ont été blo­qués, et des mil­lions d’oeufs ont été re­ti­rés des su­per­mar­chés à titre pré­ven­tif ou parce que leurs taux dé­pas­saient les seuils ré­gle­men­taires.

En de­hors des trois pays d’ori­gine, six pays ont an­non­cé avoir été li­vrés en oeufs conta­mi­nés. Hier soir, la Rou­ma­nie a an­non­cé avoir sai­si une tonne de jaunes d’oeufs conte­nant du fi­pro­nil, en pro­ve­nance d’Al­le­magne.

PHO­TO AFP

IM­PROPRES. Des oeufs sont dé­truits dans un éle­vage avi­cole belge.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.