À Guam, la vie conti­nue

Le gou­ver­neur as­sure être « par­fai­te­ment équi­pé »

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Le gou­ver­neur de Guam a as­su­ré, hier, que cet avant­poste stra­té­gique des forces amé­ri­caines dans le Pa­ci­fique était « par­fai­te­ment équi­pé » pour af­fron­ter une frappe nord-co­réenne.

Pyon­gyang a dé­taillé son plan pour ti­rer quatre mis­siles vers Guam. Mais le gou­ver­neur Ed­die Cal­vo ex­plique que l’île du Pa­ci­fique s’est ha­bi­tuée à être une cible de­puis que Wa­shing­ton y a des bases mi­li­taires.

Ed­die Cal­vo n’a pas four­ni de pré­ci­sion sur les dé­fenses amé­ri­caines mais l’île compte une base aé­rienne et une base na­vale.

Guam abrite aus­si un bou­clier an­ti­mis­siles so­phis­ti­qué, ca­pable de dé­truire les mis­siles de courte et moyenne por­tée ain­si que les en­gins de por­tée in­ter­mé­diaire, dans leur phase fi­nale de vol.

Grâce à « la fa­çon dont nos in­fra­struc­tures ont été construites – avec un séisme de ma­gni­tude 8,3 il y a une dé­cen­nie et de puis­sants ty­phons – nous sommes par­fai­te­ment équi­pés pour nous co­or­don­ner avant et après un évé­ne­ment », a ajou­té le gou­ver­neur.

« Si ça se pro­duit, ça se pro­duit »

En at­ten­dant, les ha­bi­tants de la ca­pi­tale, Ha­gat­na, ne semblent guère émus par les me­naces nord­co­réennes de ti­rer des mis­siles sur une zone proche de l’île. « Si ça se pro­duit, ça se pro­duit », dit Loiue Joyce, une femme d’une ving­taine d’an­nées. « Est­ce que ce­la fait peur ? Oui, mais qu’est­ce qu’on peut faire ? On vit sur une pe­tite île. Il n’y a nulle part où se ca­cher en cas d’at­taque. » Guam était le point de dé­part des bom­bar­diers B­52 char­gés d’at­ta­quer Ha­noï pen­dant la guerre du Vietnam (1955­1975).

Le ter­ri­toire s’ap­puie éco­no­mi­que­ment sur la pré­sence de l’ar­mée mais l’île aus­si est très dé­pen­dante du tou­risme qui lui four­nit un tiers de ses em­plois. Pour l’heure, les tou­ristes sont tou­jours là.

Ce qui n’em­pêche pas le Guam Dai­ly Post d’ex­pli­quer dans un édi­to­rial que si les ha­bi­tants ont l’ha­bi­tude des me­naces nord­co­réennes, la si­tua­tion est plus pré­caire au­jourd’hui car « il y a main­te­nant un com­man­dant­en­chef fou­gueux, qui n’a pas au­tant de sang froid que ça, à la Mai­son Blanche ».

La der­nière fois que le ter­ri­toire avait craint d’être at­ta­qué, en 2013, la si­tua­tion s’était cal­mée car l’ad­mi­nis­tra­tion Oba­ma avait évi­té l’es­ca­lade ver­bale avec Kim Jong­Un, ajoute le jour­nal. Guam n’est « pas sim­ple­ment l’hôte de bases aé­rienne et na­vale. C’est la mai­son d’en­vi­ron 162.000 per­sonnes, pour la plu­part des ci­toyens amé­ri­cains », pour­suit le Dai­ly Post.

RÉ­SI­LIENCE. Sur l’île, la vie des 162.000 ha­bi­tants se mêle étroi­te­ment à celles des 6.000 sol­dats amé­ri­cains dé­ployés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.