Ra­ka, tou­jours au bon en­droit et au bon mo­ment

L’ai­lier fid­jien s’est mon­tré im­pec­cable à la fi­ni­tion avec trois es­sais à son ac­tif

La Montagne (Vichy) - - Sports - À Tou­lon, Jean-Fran­çois Nu­nez L’ar­rière de l’ASM, vic­time d’une pe­tite alerte à un ge­nou, n’a fi­na­le­ment pas été ali­gné face à Tou­lon.

Le stade Mayol connaît dé­sor­mais son nom. In­con­nu, il y a deux ans pour sa pre­mière ve­nue dans le Var à l’oc­ca­sion d’un match de pré­pa­ra­tion où il avait fait ap­pré­cier sa vi­tesse et ses cro­chets, Ali­ve­re­ti Ra­ka a fait beau­coup de che­min de­puis.

Bien sûr, l’ai­lier fid­jien de l’ASM avait dé­jà mar­qué les es­prits du peuple « rouge et noir » en ins­cri­vant l’es­sai de Clermont, le 4 juin der­nier, lors de la der­nière fi­nale du Top 14. Hier soir, il a don­né une nou­velle fois des sueurs froides aux 14.195 spec­ta­teurs de Mayol et aus­si à ses ad­ver­saires, en réus­sis­sant un tri­plé rare sur au­tant de bal­lons de ré­cu­pé­ra­tion ju­di­cieu­se­ment né­go­ciés.

Une fa­cul­té à prendre la lu­mière et à créer des dif­fé­rences qui ont sau­té aux yeux et per­mis aux Asé­mistes de se for­ger un jo­li ma­te­las d’avance, avant que la mé­ca­nique va­roise ne se mette à tour­ner à plein ré­gime et à le se­vrer de mu­ni­tions. Car avant ce­la, il avait si­gné un pe­tit fes­ti­val qui en dit long sur son état de forme.

Des réa­li­sa­tions qui doivent moins à sa ca­pa­ci­té à cas­ser les pla­quages, à mettre sur les ta­lons et sur le re­cu­loir ses ad­ver­saires, à les faire ex­plo­ser comme des bou­chons, qu’à cette fa­cul­té à tou­jours se re­trou­ver au bon en­droit au bon mo­ment.

Le ser­vice de Ya­to

Il est vrai Pe­ce­li Ya­to a en ef­fet bien dé­brous­saillé le ter­rain et réa­li­sé du beau tra­vail sur le pre­mier es­sai pour ser­vir son ai­lier au mo­ment le plus op­por­tun sur un deux contre un ha­bi­le­ment réa­li­sé. Et d’un. Sur son deuxième es­sai, le Fid­jien a ex­ploi­té au mieux un bal­lon grat­té dans un ruck. Et de deux.

Le troi­sième doit beau­coup à l’in­ter­cep­tion de Fer­nan­dez alors que Tou­lon pous­sait fort, mais Ra­ka s’est une nou­velle fois pro­po­sé au­près de Sep­tar pour conclure le mou­ve­ment. Et de trois pour un coup du cha­peau plein de réa­lisme. Nick Aben­da­non.

TRI­PLÉ. Ali­ve­re­ti Ra­ka était in­ar­rê­table, hier soir, pour la dé­fense de Tou­lon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.