Coup d’ac­cé­lé­ra­teur sur le front de l’em­ploi pri­vé

On­zième tri­mestre consé­cu­tif en hausse avec 91.700 créa­tions de postes entre avril et juin

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités - Sa­laire. L’in­dice du sa­laire men­suel de base (SMB) dans le sec­teur pri­vé a aug­men­té de 0,4 % au deuxième tri­mestre, se­lon des don­nées pro­vi­soires du mi­nis­tère du Tra­vail pu­bliées hier. Le SMB, me­su­ré dans les en­tre­prises de 10 sa­la­riés ou plus (hors agric

Les ef­fec­tifs des en­tre­prises fran­çaises ont pro­gres­sé pour un on­zième tri­mestre consé­cu­tif avec 91.700 créa­tions de postes entre avril et juin, un re­cord au dia­pa­son de la so­lide crois­sance du dé­but d’an­née.

Les ef­fec­tifs du sec­teur pri­vé ont crû de 0,5 % au deuxième tri­mestre, es­sen­tiel­le­ment grâce au dy­na­misme des ser­vices et de l’in­té­rim, se­lon une es­ti­ma­tion de l’In­see pu­bliée hier. En un an, le sec­teur a créé 291.900 em­plois sa­la­riés (+1,5 %) pour at­teindre 19,2 mil­lions de postes.

Tous ces chiffres – pro­gres­sions tri­mes­trielle et an­nuelle, ef­fec­tifs cu­mu­lés – consti­tuent des re­cords de­puis fin 2011, quand l’in­di­ca­teur a com­men­cé à être me­su­ré sous ce for­mat.

Ce sont une nou­velle fois les sec­teurs ter­tiaire mar­chand (+52.300, +0,5 %) et de l’em­ploi tem­po­raire (+27.700, +4,1 %) qui ont connu les plus fortes hausses. Les ser­vices mar­chands, prin­ci­pale lo­co­mo­tive de l’em­ploi pri­vé, sont en pro­gres­sion qua­si constante de­puis fin 2013. Quant à l’in­té­rim, il dé­passe pour la pre­mière fois la barre des 700.000 sa­la­riés, s’éta­blis­sant pré­ci­sé­ment à 709.200.

Au dia­pa­son des autres in­di­ca­teurs

Autre mo­tif de sa­tis­fac­tion, l’éclair­cie se confirme dans le sec­teur de la construc­tion. Après avoir dé­truit des em­plois sans dis­con­ti­nuer pen­dant huit ans – en­vi­ron 200.000 entre fin 2008 et fin 2016 –, il vient d’en­chaî­ner dé­but 2017 deux tri­mestres de créa­tions de postes. Entre avril et juin, ses ef­fec­tifs ont aug­men­té de 5.400 per­sonnes (+0,4 %).

L’hé­mor­ra­gie s’in­ter­rompt éga­le­ment dans l’in­dus­trie, où l’em­ploi s’est qua­si­ment sta­bi­li­sé (­600, ­0,0 %). Les usines ont per­du près d’un mil­lion de postes de­puis dé­but 2001.

Les ten­dances sont iden­tiques sur l’an­née avec de fortes pro­gres­sions de l’em­ploi ter­tiaire mar­chand (+163.800, +1,5 %) et de l’in­té­rim (+106.000, +17,6 %), une pe­tite hausse dans la construc­tion (+9.100, +0,7 %) et une baisse dans l’in­dus­trie (­12.200, ­0,4 %).

Ces ré­sul­tats sont au dia­pa­son de la plu­part des in­di­ca­teurs éco­no­miques, au beau fixe de­puis le dé­but de l’an­née, à com­men­cer par la crois­sance éco­no­mique. Le pro­duit in­té­rieur brut de la France a aug­men­té de 0,5 % au deuxième tri­mestre, comme aux deux tri­mestres pré­cé­dents, et la crois­sance pour­rait dé­pas­ser 1,6 % sur l’an­née. Elle n’avait plus connu de tels ni­veaux de­puis 2011.

Les dé­cla­ra­tions d’em­bauches at­teignent, elles aus­si, des re­cords. Elles ont dé­pas­sé pour la pre­mière fois la barre des deux mil­lions au deuxième tri­mestre, grâce no­tam­ment à une nette hausse des si­gna­tures de CDI (+5,7 %).

En­fin, mal­gré les à­coups de son in­di­ca­teur, Pôle em­ploi a vu 24.900 chô­meurs quit­ter ses listes d’avril à juin en mé­tro­pole.

PHO­TO AFP

IN­DUS­TRIE. L’hé­mor­ra­gie semble en­fin s’in­ter­rompre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.